Flash

BAN2

 

 La couverture santé universelle vise à faire bénéficier au peuple congolais de soins médicaux gratuits dans des meilleures conditions. Mais, au regard du rapport entre les défis majeurs du pays qui sont multiples, et le budget national qui, selon lui, doit répondre à chacun de ces grands défis, un problème se pose : comment rendre cette couverture santé accessible même aux indigents, sur qui l’Etat ne peut prélever aucune taxe ? A ce sujet, le Docteur Jean-Pascal Tshamala, congolais vivant à Sidney, en Australie, a donné des pistes des solutions selon le modèle australien.      

Jean-Pascal Tshamala estime que le gouvernement n’a pas en sa possession des ressources nécessaires à la réalisation de ce projet, même si, a-t-il reconnu, ce projet s’avère salutaire pour les congolais.

N’ayant jamais été déconnecté des réalités de son pays natal, Dr Jean-Pascal Tshamala a relevé que ce grand pays devra passer impérativement par la rénovation, la construction, et la dotation des équipement aux hôpitaux, d’un côté, ainsi que la formation et l’amélioration des conditions socioprofessionnelles du personnel soignant, de l’autre côté.

Tous projets gouvernementaux puisant sa subsistance dans le prélèvement systématique d’impôts et des taxes sur les revenus des citoyens, il a soutenu qu’en Australie les personnes sans ressources sont à charge de l’Etat. Elles bénéficient de la couverture santé au même titre que les citoyens imposables.

En dépit de multiples difficultés que rencontrent les pays, le Docteur Tshamala croit que la réussite de ce projet de santé universelle  exige une volonté politique manifeste. Alors, il exhorte toutes les tendances politiques à soutenir ce projet, et demande à la population de s’en approprier, car, a-t-il déclaré, rien n’est impossible lorsque tous les efforts sont employés dans un seul but.    

Lascony Mabiala

Pin It