Flash

BAN2

 

 De ses convictions politiques, Jonathan est membre de  l'Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti cher à l'honorable vital Kamerhe, où il est dans le corpus  de la coordination du sport et loisirs de la Fédération Nationale des Jeunes. Ce natif de Kinshasa avoue avoir d'énormes ambitions en politique et compte, pendant les prochaines joutes électorales, se présenter comme candidat député dans la municipalité de Ngiri-Ngiri, mais aussi de la FUNA.

Partant du tempérament sociopolitique de l’heure, Jonathan Mazambi apporte ses observations découlant de la réalité anthologique du vivre des congolais. Sur ce qui est de la récente initiative du gouvernement des Warriors, sur le contrat chinchards dans les eaux Namibiennes. Ce politico-économiste pense que c’est une décision naïve que puisse prendre le gouvernement congolais, et que l’on devrait, avant de songer de tourner le regard vers l'extérieur, toujours vérifier si à l'interne il n'y a pas des solutions. « Nous avons plus de cours d'eaux poissonneux que beaucoup de pays d’Afrique (...),en lieu et place de solliciter la Namibie, le gouvernement aurait dû mettre sur la table ne fusse  que 1 millions de dollar Américain pour doter le pays de 2 bateaux de pêche, pour ainsi pour non seulement résoudre de manière efficiente la question des vivres en RDC, mais aussi  positionner le pays parmi les grands producteurs du poisson en Afrique. », s’est-il exprimé

Le bien être du congolais est la chose qui importe plus, et que les actions pour y parvenir doivent, dans un domaine comme dans un autre, être plus fulminantes pour un succès durable. A cet effet,  Jonathan Mazambi affirme l’échec sans précédant de cette opération qui, dit-il, n’a en rien servi à la population congolaise, avant, pendant comme après les fêtes.

Fidel Songo

 

Pin It