Flash

BAN2

 

*Pour clôturer l’année 2021 en toute transparence sur les questions sensibles en rapport avec la sécurité des populations dans la partie Est de la République Démocratique du Congo, le Ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya Katembwe, a eu le privilège d’offrir à la Presse, jeudi 30 décembre 2021, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en République Démocratique du Congo, Bintou Keita, pour chasser, ensemble, toute équivoque qui taraude encore le chef de la population. Dans leurs interventions respectives, les deux personnalités ont brossé un tableau complet des opérations menées par la Monusco, durant les tout derniers mois, dans la traque des forces négatives qui endeuillent les provinces situées dans la partie orientale de la RDC.

Il faut retenir qu’au nombre de ces opérations déclenchées par la Monusco, très spécifiquement au cours de l’année 2021, il y a notamment, l’appui feu, la donation des rations, la maintenance des ambulances, le soutien aérien aux opérations des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, les échanges avec les officiers de l’armée congolaise, l’appui en logistique, le ravitaillement en carburant… Tout récemment, avec l’attentat de Beni, la Monusco a également renforcé les dispositifs sécuritaires par des patrouilles dans la ville pour protéger les congolais de cette partie du pays.

Toutes ces actions, d’après le Ministre Patrick Muyaya, constituent une série d’avancées. Car, a-t-il insisté, la mission de l’instauration totale de la paix en République Démocratique du Congo revient aux autorités du pays et non à Bintou Keita et à la Monusco. Autrement, voulait-il dire, la Mission onusienne aura été d’un apport capital dans le maintien de la paix en RDC en dépit de quelques cas d’insécurité qui résistent encore. «Vous connaissez tous dans quel état, dans quel contexte la Monusco est arrivée ici après les guerres successives que nous avons connues entre 2001 et 2003. Donc, aujourd’hui, il ne faut pas regarder la Monusco comme étant la structure qui doit régler les problèmes ou ramener la paix. Non, c’est une structure qui est venue nous appuyer. Nous faisons face à des difficultés structurelles qui sont connues. Fort malheureusement, lorsqu’on parle d’un mort de plus dans un pays où on est censé avoir la mission qui était, à l’époque, la plus grande mission des Nations Unies au Congo, c’est tout à fait normal qu’il y ait des ressentis aux styles», a déclaré Patrick Muyaya, pour exhorter les congolais à adopter un style de jugement objectif par rapport au travail qu’abat les casques bleus de la Monusco. Dans son exposé, Bintou Keita a fermement rassuré sur la poursuite des opérations d’instauration et de maintien de la paix en République Démocratique du Congo au cours de l’année 2022. Mieux placée pour parler des actions de Monusco, la Représentante spéciale du SG de l’ONU a rappelé l’apport de la mission onusienne en termes d’hélicoptères de surveillance, au mois de mai dernier, après l’éruption de Nyiragongo. « Nous continuerons de faire tout ce qui est de notre pouvoir pour soutenir votre armée, y compris par des opérations conjointes FARDC-Monusco contre les groupes armés les plus violents et les plus barbares, en particuliers les ADF et la Codeco. Ces opérations ont commencé et vont se poursuivre. C’est le sens de la collaboration renforcée que nous avons…», a promis Bintou Keita qui, toujours dans son allocution, a déploré la montée en puissance des fausses informations et propos de haine entre congolais sur les réseaux sociaux.

La Pros.

 

 

 

Pin It