Flash

BAN2

 

Sans armes ni bataille, il aura chassé le vieux démon de l’autocratie et de la médiocrité dans la société. Sans armes ni dissimulation, il aura guidé avec tendresse ses brebis dans le droit chemin,  accomplissant ainsi fidèlement sa mission sur la terre des hommes. Laurent Monsengwo Pasinya, décédé le 11 juillet à Versailles, en France où il s’était rendu pour des soins de santé, et dont la dépouille mortelle a été rapatrié hier dimanche 18 juillet 2021 en début d’après-midi,  a reçu, juste après l’aéroport international de N’djili, des hommages mérités à la Cathédrale Notre Dame du Congo au cours d’une messe de funérailles dite par Monseigneur José Moko, Evêque du Diocèse d’Idiofa.

Une Eucharistie concélébrée par une multitude d’Evêques des diocèses de la RDC ainsi que des prêtres de l’Archidiocèse de Kinshasa et d’ailleurs. En présence du Premier Ministre Sama Lukonde Kyenge, des Présidents de deux chambres du Parlement ainsi que des fidèles chrétiens catholiques, l’Officient du jour et le Gouverneur Gentiny Ngobila, ont, respectivement, dans l’homélie et au terme de la célébration eucharistique, indiqué ce qu’aura été Laurent Cardinal Monsengwo de son vivant : Un bonhomme. Un homme aux vertus séduisantes. Un Combattant de la dignité rempli de sens d’humanisme.

Tout est parti du district de la Tshangu où enfants, jeunes et vieux, mêlés, catholiques ou non, tenaient coûte que coûte à voir le cortège funèbre transportant la dépouille mortelle de Feu Cardinal Monsengwo au sortir de l’Aéroport international de N’djili. Même phénomène le long des Boulevards Lumumba, Sendwe et sur l’ex 24 novembre. Devant un peuple immense rassemblé pour rendre grâce à Dieu pour la naissance au ciel de leur fervent pasteur, Monseigneur José Moko a alerté, dans son homélie, sur la  gestion du temps, invitant les fidèles à poser des actes de charité, des actes dignes pour le bonheur de tous. « Le ciel se prépare maintenant », a-t-il souligné. Le Gouverneur de la ville Gentiny Mbaka Ngobila, très affecté par la disparition d’un de deux cardinaux que comptait sa province, regrette un vide difficile, voire impossible à combler le plus vite possible. « Malgré la douleur ressentie à cet instant et qui transperce le cœur, nul moment ne serait plus propice à un éloge appuyé à l’illustre disparu. La mort vient de nous ravir un baobab, un monument dont Kinshasa et le pays tout entier avait encore besoin. Je bénis le Seigneur Dieu Tout-Puissant qui, grâce à sa divinité, a permis que je sois Gouverneur de la ville de Kinshasa en cette période spéciale de l’histoire de l’église catholique de Kinshasa. Que son nom soit sanctifié », a déclaré, dans sa prise de parole avant la bénédiction finale, le premier Citoyen de la ville qui voit en la disparition de Feu Cardinal Laurent Monsengwo, la naissance au ciel d’un Intercesseur attentif aux prières des Kinois pour la réussite de plusieurs projets dans leur ville notamment, l’opération ‘’Kin Bopeto’’. Pour finir, le Gouverneur Gentiny Mbaka Ngobila, très affecté, a entonné la chanson-repère de Tata Cardinal Laurent Monsengwo, ‘’Kinshasa teleme ongenge’’, dont il a eu du mal à scander les strophes vu l’immensité de l’émotion.

Juste après la Cathédrale Notre Dame du Congo, aux alentours de 19 heures,  le cortège funèbre a pris la direction de l’hôpital Saint Joseph de Limete où est gardée la dépouille mortelle. Mardi 20 juillet 2021, renseigne la Chancellerie de l’Archidiocèse de Kinshasa, le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya sera décoré à titre posthume par le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo lors des hommages officiels prévus au Palais du peuple. Le lendemain, mercredi le 21 juillet prochain, messe de funérailles suivie de l’inhumation aux côtés de ses prédécesseurs, les cardinaux Etsou et Malula, toujours à Notre Dame du Congo.

Gloire Mfemfere

Pin It