Flash

BAN2

 

Membre de l’Union pour la Nation Congolaise et Coordonateur National de la Ligue des Jeunes en charge du Recrutement, Implantation, Mouvements Associatifs et Mobilisations des fonds, Quedrick Chiruza n’a pas remué sa langue sur la proposition de loi sur la Congolité qui, pour la plupart, revêt d’un caractère controversé et inopportun en cette période où la Nation Congolaise aspire à l’unité de la classe politique, au front pour le progrès du pays. Dans une interview accordée au Quotidien La Prospérité dont l’intégralité est reprise ci-dessous, Quedrick Chiruza a insisté sur la séparation sociale que causera l’adoption puis la promulgation de cette loi initiée par le Docteur Noël Tshiani. D’un côté, ceux qui sont nés de père et de mère congolais et, de l’autre, ceux qui ont un parent étranger pendant que nous sommes tous congolais. Ne considérant pas cette démarche comme gage de victoire la prochaine présidentielle pour le camp de l’actuel Président, ce proche collaborateur de l’ancien Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe, s’exprimant en son nom propre, s’est réservé d’épouser cette opinion populiste. Demeurant objectif, Quedrick Chiruza persiste à croire que la confiance renouvelée des Congolaises et Congolais à Félix Tshisekedi, principal allié de l’UNC de Kamerhe dans l’accord de Nairobi concrétisant la vision du Cap pour le Changement, dépendra de la réussite ou de l’échec de son mandat présidentiel en cours.

La Prospérité : Quedrick Chiruza, depuis quelques semaines, un débat enflamme la toile sur la proposition de loi sur la Congolité, initiée par le Dr. Noël Tshiani. Les uns crient à des plans politiques d’écartement de certains acteurs aux prochaines élections, d’autres approuvent la démarche et la jugent pertinente. Vous, en tant que membre de l’UNC, quel est votre avis sur le sujet ?

Quedrick Chiruza : D’entrée de jeu et mes dires n’engagent que moi, je dirai que je ne suis pas d’accord avec cette loi qui risque de créer une fissure au sein de notre société en mettant de côté ceux qui sont nés de père et de mère congolais et ceux qui ont un parent étranger pendant que nous sommes tous congolais. Cette loi est inopportune pour l’instant car je ne trouve même pas sa raison d’être.  

La Pros. : Pensez-vous que réellement, seul un Congolais né de père et de mère est en mesure de porter la vision de développement du pays à la tête de la présidence ?

QC : Non, je ne suis pas dans la logique où seul un congolais né de père et de mère congolais peut porter une vision qui pourrait développer notre pays. Nous sommes tous congolais et avons le devoir de nous battre ensemble pour faire avancer notre pays.

La Pros. : Les partisans d’Ensemble pour la République menacent de rompre leur pacte avec l’Union Sacrée, si cette proposition de loi arrivait à passer. D’après vous, quelles conséquences politiques peuvent découler de cette situation au cas où elle tournait au vinaigre ?

QC : Les conséquences seront néfastes, c’est-à-dire, nous connaissons tous la force politique de l’Ensemble à travers son leader politique qui n’est pas à négliger… Moïse Katumbi  a donné du poids et a crédibilisé l’union sacrée à travers sa participation donc son départ sera un coup fatal pour l’actuel constituant du pouvoir.

La Pros. : En conclusion, pensez-vous qu’au terme de toutes ces démarches qui dénotent d’une volonté de conserver à tout prix le pouvoir, le Président Félix Tshisekedi sera réélu aux élections présidentielles de 2023 ?

QC : Je reste dans l’optique où le président Tshisekedi sera réélu ou pas sur base de son bilan et rien d’autre… Le Président Tshisekedi sera face à la population en 2023 et devra la convaincre de lui redonner un autre mandat tout en énumérant ce qu’il a déjà fait des premières années au pouvoir. Il n’y a pas un autre moyen à part celui-là.

Propos recueillis par John Ngoyi

Pin It