Flash

BAN2

 

Insécurité à Kinshasa

Matthieu Kalele ka-Bila en danger !

 

Descente musclée d’une équipe d’assaillants armés jusqu’aux dents. Fouilles systématiques des biens dans toutes les chambres et au salon. Menaces et autres actes inadmissibles. Tel est le récit de ce qu’a connu Matthieu Kalele ka-Bila en sa résidence familiale, dans la nuit du vendredi 26 à samedi 27 mars dernier à Kinshasa. Professeur de son état, acteur politique de renom et, surtout,  Patriarche d’une famille issue de la souche songye, qu’a-t-il fait pour mériter une telle expédition punitive ? Rien, en tout cas, n’aurait laissé  entrevoir la moindre idée  d’un passage, si  impromptu de ce groupe insolite  à deux heures du matin,  dans son lieu de résidence.  ‘’Durant trente-cinq minutes, après des cris ainsi que d’autres appels à l’intervention des voisins,  ils sont, finalement, partis sur la pointe des pieds’’, rapporte une source sûre.  

Aujourd’hui,  même s’ils  n’ont ni tué, ni emporté les biens de la maison, cette situation place, cependant,  le Professeur Kalele et sa famille dans une inquiétude totale. D’où, les autorités académiques actuelles à l’Université de Kinshasa sont les premières à être interpellées sur leur passivité à s’enquérir de ce qui s’est passé, ni même d’envisager la riposte en cas de récidive.

La police nationale ainsi que les forces de l’ordre devraient, au regard de la détérioration du climat social et de la recrudescence  de l’insécurité doublée de criminalité et du  banditisme urbains remonter, elles aussi, la barre pour la placer à la hauteur des défis.

Si un groupe de ce genre a réussi à s’introduire chez un Professeur qui, de surcroit, est censé être protégé par le fait que le site universitaire est clairsemé d’étudiants et donc, par une  présence humaine massive et  dissuasive, à combien plus forte raison ailleurs, dans des favelas à travers la capitale et dans les provinces ?

‘’Ici, l’attention du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi et de son Premier Ministre Sama Lukonde Kyenge est toute aussi interpellée  pour placer la restauration de l’autorité de l’Etat et la lutte contre l’insécurité  parmi les priorités des priorités de  l’action du gouvernement de l’Union sacrée de la Nation’’, recommande un analyste qui a requis l’anonymat. 

Toutes les autres autorités de la capitale, en commençant par le gouvernement de la Ville-Province de Kinshasa, les Bourgmestres,  doivent mettre la main à la pâte. Car, ces derniers jours, cette même insécurité prend des proportions d’une généralisation surprenante à Kinshasa.

LPM

 

Pin It