Flash

Contrairement aux informations faisant état d'une probable sanction de la République démocratique du Congo par le Comité des droits des personnes handicapées basé à Genève, la Ministre déléguée aux affaires sociales en charge des personnes handicapées, Irène Esambo, est montée au créneau pour éclairer l'opinion nationale et internationale. Pour elle, en effet, la RDC n'est pas sous sanctions.


"C'est vrai que la RDC n'a pas encore déposé son rapport initial sur la question de handicap au niveau du comité des droits des personnes handicapées qui est rattaché au Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme. C'est une situation que nous avons trouvée parce que c'est depuis 2015 que la RDC a ratifié la Convention des Nations Unies aux droits des personnes handicapées. Mais, dire que la RDC est sous sanctions, c'est faux, du fait que cela ne vient pas des organes compétents des Nations Unies, tels que l'Assemblée générale et le Conseil de Sécurité. Dommage que lesdites sanctions seraient venues d'un groupe d'experts", précise-t-elle.

En effet, la vraie information pour Irène Esambo est que les Nations Unies attendent le rapport initial de la République démocratique du Congo. Et, des efforts sont inlassablement en train d’être conjugués au niveau du Gouvernement congolais. Car, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a placé la promotion et l'inclusion des personnes handicapées parmi ses priorités.
"Depuis notre nomination, le Président de la République nous a demandé à ce que nous puissions tout faire pour honorer tous nos engagements aux niveaux national, régional et International. Et, au niveau international, c'est la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées d'abord", a souligné la Ministre Esambo.

Les exigences et efforts inlassables
On ne se réveille pas un matin et présenter un rapport initial. Il existe impérativement des étapes à suivre pour y arriver. C'est la raison pour laquelle Irène Esambo se mortifie pour finaliser ledit rapport tant entendu par le Comité des droits des personnes handicapées. D'ailleurs, il existe déjà une feuille de route qui sera bientôt connue. Car, l'élaboration d'un rapport initial exige l'implication des structures de la société civile, des ONG des personnes handicapées et les partenaires tant techniques que financiers qui accompagnent les personnes handicapées.
A entendre la Ministre Irène Esambo, le rapport initial sera prêt d'ici le mois de mai 2020 parce qu'au mois d'août, cela sera discuté au niveau des Nations Unies. Après avoir fouiné sur le site dudit comité des personnes handicapées, Irène Esambo a conclu que la RDC est dans le bon du fait que rien ne filtre en termes de sanctions.

Un travail de titan est en train d'être fait en faveur des personnes handicapées de la RDC. Et, cela reste inspirateur pour d'autres pays qui ne promeuvent pas les droits des personnes handicapées. Les efforts fournis par RDC, indique la Ministre, ont été salués par les Nations Unies. D’ailleurs, Irène Esambo réfléchi, d’ores et déjà, sur la scolarisation gratuite des enfants handicapés.

Ce qu’oblige la Convention
Il convient de rappeler que la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées oblige les Etats membres de présenter un rapport détaillé sur la question de handicap chaque 2 ans et un rapport périodique chaque 4 ans à ce Comité qui est rattaché au Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme.

Jules Ntambwe

Pin It