Flash

BAN2

 

Après cet atelier, tenu ce jeudi 25 août 2022 à Kinshasa, le Bureau Central de Coordination va commencer à payer les avances pour le démarrage des travaux. Et,  les ALES pourront descendre, à partir de la semaine du 29 août prochain  sur le terrain,  pour commencer les travaux dans les 48 territoires dont l’intervention a été  attribuée au   BCeCo.
Gestion des Conventions signées
Hier,   jeudi 25 août 2022 à Kinshasa, il s'est tenu un atelier axé sur  la mise en œuvre du Programme de Développement Local des 145 Territoires (PDL-145 T) et la gestion des conventions signées entre le Bureau Central de Coordination (BCeCo) et les Agences Locales d'Exécution (ALES) pour l'implémentation du Programme de Développement Local de   145 Territoires.
Initié et présidé par le Directeur Général du BCeCo, M.  Jean Mabi Mulumba, cet atelier s'est penché sur la gestion opérationnelle des contrats, des activités de la sous-traitance, la présentation des factures et le contrôle financier.
Il a visé, en effet,  à renforcer les capacités de ces agences dans la gestion des conventions et à maîtriser les procédures de passation des marchés. « On organise cet atelier pour renforcer les capacités des ALES dans le cadre de la gestion des contrats et de présentation des factures », a précisé le Directeur Général Jean Mabi Mulumba, tout  en ajoutant qu'il était aussi question d’aider les ALES à maîtriser les procédures de passation des marchés.
Car,   ces agences sont tenues à sous-traiter une partie des lots qui leurs sont attribuées.
Travail de terrain
A l’en croire, le BCeCo pourra, après cet atelier, commencer à payer les avances pour le démarrage des travaux. Et les ALES pourront descendre, à partir de la semaine du 29 août prochain, sur le terrain pour commencer les travaux dans les 48 territoires d'intervention du BCeCo.
Intervenant à cet atelier, Steve Mpiana qui est le Chargé des projets, s'est étalé sur la gestion opérationnelle des conventions.
D'après lui, cette dernière renvoie à l'ensemble des procédures et des actes qui sont poser pour pouvoir atteindre les résultats escomptés par la convention qui est signé par le BCeCo et les ALES. Quelles sont les procédures requises pour la gestion opérationnelle des contrats ?
Selon Steve Mpiana, il y a notamment la demande de paiement, les modalités contractuelles, le mécanisme de gestion au niveau du BCeCo, le processus de paiement, le processus de validation des factures, le processus de d'approbation des rapports qui ont produit et tout ce qui est même lié à la réception des travaux, le contrôle de la convention. Pour ce qui est de la facture à payer le BCeCo pour débuter les travaux au niveau des ALES, « le BCeCo décaisse 30 % du montant délégué des travaux à chaque Agence Locale d'Exécution comme avance de démarrage qui est complétée ensuite par d'autres apports financiers liés à l'avancement de travaux sur le site », a révélé le Chargé des projets Steve Mpiana.
Mécanismes de contrôle
Donc, tout est réglé  par les modalités contractuelles qui sont contenues dans la convention. En cas de non-respect des procédures, le BCeCo a mis en place des mécanismes pour contrôler les travaux. Ces mécanismes permettent d'avoir des alertes dans la gestion d'une convention.
« Lorsque des différents contrôles qui peuvent être exécutés démontrent une mauvaise utilisation des fonds, le BCeCo peut activer déjà les mécanismes de résolution des cas des contentieux qui peuvent se présenter dans la gestion d'une convention », a-t-il expliqué,  avant de préciser  que ces procédures existent dans le cadre des manuels de procédure de gestion administrative, comptable et financier qui ont été adoptés  au BCeCo et appliqués au niveau des ALES.
Au terme de cette séance de renforcement des capacités, les représentants des ALES ont exprimé leur satisfaction, pour avoir été   renforcés par des éléments de ces nouvelles  connaissances fournies par les BCeCo.
« Mon impression est tellement positive parce que on ne peut se lancer dans le travail sans avoir une formation et savoir ce qu'on doit faire sur le terrain », s'est réjoui Mimi Mushiya, Représentante de Soutaineble Change International  qui,  par ailleurs,  a  pris  soin de remercier le BCeCo pour cette formation devant faciliter davantage  la mise en œuvre du PDL-145 T.
« J'estime que cet atelier s'inscrit dans une logique de transparence parce que nous avons été éclairé par les procédures prévues par le BCeCo », a relevé M.  l'Abbé Alphonse Bongolo, Représentant de la Caritas Développement qui a tout de même indiqué qu’après la signature, son agence pourra se déployer sur le terrain,  en contactant les autorités concernées et impliquées afin de partager avec elles et la population.
Opportunité à tous 
Toutefois, il convient de rappeler que le PDL-145 T est une initiative du Président de la République qui donne l'opportunité à tous.
Raison pour laquelle le BCeCo a développé une stratégie qui est celle de travailler avec deux types des opérateurs,  à savoir : les Agences Locales d'Exécution et les Petites et Moyennes Entreprises.
Le BCeCo est aussi cette structure d'appui au développement pour la mise en œuvre du PDL-145 Territoires.
Avec la Cellule de Communication/BCeCo
Pin It