Flash

C'est Constant Omari Selemani très détendu qui s’est livré devant les journalistes sportifs ce mercredi 12 février, à l’hôtel Sultani, dans la commune de la Gombe, pour un échange fructueux dans ce qu’il a appelé café de presse.

Le président de la Fédération congolaise de football association (FECOFA), a articulé son intervention autour de différentes équipes nationales, la participation des clubs congolais aux compétitions interclubs de la Caf, le championnat de la Linafoot, les infrastructures sportives, le football des jeunes, le football féminin, la problématique de sponsoring et tant d’autres.
Parlant des infrastructures sportives, Constant Omari a annoncé la fermeture très prochainement du stade de Martyrs de la Pentecôte, par manque d’entretiens et modernisation. A en croire le patron de la Fecofa, le dernier rapport d’inspection des experts de la Confédération africaine de football (CAF) a classé le stade de Martyrs parmi les trois premiers stades africains qui doivent être fermés à cause de la vétusté de plusieurs compartiments dont l’aire de jeu. «Je vous informe que l’aire de jeu de ce stade n’est pas en bon état. Ce tapis est devenu trop dur. Même les services médicaux de nos propres clubs professionnels nous écrivent pour se plaindre. En continuant à organiser les matches dans cet état-là, nous sommes en train de tuer les joueurs ».

L'un des buts de ce café de presse, a-t-il précisé, c'est pour sensibiliser et prévenir : «que les décideurs ne viennent pas demain nous dire que nous n’étions pas informés, parce que le grand risque c’est de voir les Léopards jouer les éliminatoires de la CAN et de la Coupe du monde en dehors de Kinshasa», a-t-il prévenu. «L’état de stade Maracana de Rio, au Brésil, en 1948 est plus mieux que le stade de Martyrs de Kinshasa en 2020», a-t-il comparé.
Avec une telle négligence, la CAF ne pardonne plus. Elle vient de fermer, dit-il, le plus grand stade de Madagascar, chez Ahmad Ahmad, pourtant président de la CAF. Et moi, que dois-je faire pour le stade de Martyrs? « Le football ne peut plus continuer à se jouer comme dans une sorte de champ de patate douce », a-t-il ajouté.

Les bourgmestres s’approprient des terrains de proximité
Toujours dans le chapitre des infrastructures sportives, Constant Omari a dénoncé le comportement de certains bourgmestres de Kinshasa qui se sont appropriés la gestion des terrains de proximité aménagés par la Fédération internationale de football association (FIFA) notamment : à Lemba, à Yolo, et à Assosa. «Nos entités sub-délégataire ne mettent plus leur pied là-bas, et pourtant c’est pour eux que la FIFA a sorti son argent pour aménager ces terrains. N’en parlons pas des stades municipaux construits à Barumba, Matete et Delvaux où, pour ne fut-ce que s’entraîner, il faut payer 300 dollars, mais pourquoi ? Je vous dis chers amis, nous avons un sérieux problème d’infrastructures sportives».

Il n’y a pas détournement à la CAF
Répondant à une question en rapport avec un prétendu détournement des fonds à la CAF, Constant Omari, très détendu, a indiqué qu’il n’y a pas détournement et il n’y en aura jamais parce que le système de gestion a changé, il n’est plus le même. La CAF s’est inscrit pour le moment dans une série de réformes dont la lutte contre la corruption des arbitres : «je vous informe que 20 meilleurs arbitres du Continent seront rémunérés mensuellement par la FIFA. Parmi eux, notre compatriote Jean-Jacques Ndala».

Guy Elongo

 

Pin It

Statistiques

9843192
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
17812
30514
206396
9434426
735676
938558
9843192

Your IP: 3.228.10.17
2020-09-26 14:22

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg