Flash

BAN2

 

De naissance pour avoir vu le jour à Kinshasa, de connaissance parce qu’ayant vécu pendant longtemps à Kinshasa et maîtrisé beaucoup de ses contours, ou de circonstance pour s’être installé à Kinshasa après une visite circonstancielle qui devient une solution à son problème vital.

Historiquement, celui qui se disait Kinois dans la trilogie ci-dessus définie était possesseur de la carte modèle A, puisque nés à Kinshasa, ou de la carte modèle B pour celui qui répondrait aux deux dernières catégories des Kinois. Avec le temps, il y a eu des Kinois sans carte modèle A ni modèle B, ici à Kinshasa.
Avec ce mixage où est née une culture des mentalités positives renfermée par la « Kinoicité », chère au professeur YOKA lye MUDABA, et celle de mentalités négatives dictée volontairement ou involontairement par la « Kinoiserie » qui est une symbiose d’un petit comportement de bonnes manières, et d‘une dose exagérée de mauvais comportement symbolisé par des antivaleurs comme l’insalubrité, le commérage, la flatterie, le fatalisme, le mensonge, le masochisme, la corruption, l’impunité et autres, que la « Kinoiserie » a développé dans sa culture.
Ce mixage culturel de la Kinoiserie et de la Kinoicité des Kinois est à la base de la naissance culturelle du passage progressif de « KIN-la-Belle » à « KIN-la-Poubelle » où le libertinage qu’elle renferme semble supplanter la liberté.
Aussi, les Kinois de la « Kinoiserie » qui sont plus nombreux que ceux de la « Kinoicité »privilégient peut-être inconsciemment la culture de l’insalubrité mentale et de l’environnement physique. D’où la remise en question de la vie des Kinois qui semblent confondre exigence de bonnes manières et tracasseries même pour une infraction fondée de méconduite d’un nouveau citoyen ou d’un citoyen nouveau du Congo démocratique qui n’a pas encore compris ce qu’est le changement de mentalités.

Puisque que le changement de mentalités est transversal, il va être d’une importance capitale pour l’opération de salubrité lancée par le Président de la République le 19 octobre pour la ville de Kinshasa en particulier, et pour toute la République Démocratique du Congo en général. Pour que l’opération « Kinshasa BOPETO » nous amène à « Kinshasa la Belle » le remède est le changement de mentalités de nouveaux citoyens et des citoyens nouveaux de la RDC en général, et de la ville province de Kinshasa en particulier. Car, toutes les idées avancées par le Gouverneur de la ville de Kinshasa, et les orientations données par le Président de la République devront être capitalisées sectoriellement par les Kinois que nous sommes, afin d’éviter de tomber dans l’insuccès que nous avons connu avec « le SALONGO » hebdomadaire pendant la 2ème République.
Si nous voulons un meilleur puits de la récolte avec «KINSHASA BOPETO» dans ce paysage politique que traverse notre pays, il nous faudra une gestion par objectif de cette importante opération qui doit être obligatoirement assise sur les trois moyens nécessaires de gestion par objectif ainsi que sur l’application de ses neuf piliers, qui ont fait défaut lors de notre «SALONGO» hebdomadaire dont le résultat est connu de nous tous. La réussite de l’opération «KIN BOPETO» est conditionnée des actions sectorielles concrètes à mener sur les avenues de chaque quartier de Kinshasa dont les échos seront médiatiquement faits pour encourager les uns et décourager les autres. Le constat sur le changement de mentalités pourrait se faire remarquer à travers le résultat de « Kinshasa BOPETO ». Autrement cette opération risquerait de connaitre un insuccès comme en 2ème République. Insuccès qui serait dû à la négligence de l’évaluation périodique de ladite opération.
Patriotiquement et professionnellement, les entités administratives et les médias installés à Kinshasa doivent collaborer étroitement pour que la « Kinoicité » qui est mentale se manifeste physiquement au détriment de « Kinoiserie ». Ainsi, le rêve de « Kinshasa-la-Belle » deviendrait une réalité en tant que fruit du changement de mentalités des Kinois, dont la propreté de la ville de Kinshasa se constaterait progressivement dans les différents quartiers de nos communes de la ville province de Kinshasa.
Déjà le travail qui est fait dans « Weekend en Bonne Compagnie » de la RTNC, à travers la tranche « En Savoir Plus », les auditeurs sont indirectement initiés au changement de mentalités comme cela est le cas pour ceux qui lisent attentivement le Quotidien d’Actions pour la Démocratie et le Développement « LA PROSPERITE » dans lequel nous exploitons rationnellement et hebdomadairement l’article 23 de la Constitution de notre pays.
Soyons donc mentalement Kinois de la « Kinoicité » que de la « Kinoiserie », pour qu’avec des programmes médiatiques d’éducation de la population par les professionnels du secteur, la ville province de Kinshasa, puisse effectivement mettre de nouveau sa belle robe si pas sa plus belle robe de « KIN-la-BELLE ». Tout est donc conditionné par le changement de mentalités des Kinois que nous sommes, et des sanctions sans complaisance que mériterait chacun de nous, suivant les actes qu’il poserait. Car, «qui aime bien, châtie bien».
Aimé Isidore KAKUSA GULUNDUGA MULONDO
Professionnel de Médias-RTNC/Administration Centrale

 

Pin It

Statistiques

26452955
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
921
18804
76306
26188710
167775
690642
26452955

Your IP: 34.229.119.176
2022-12-07 01:13

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg