Flash

En marge de son Assemblée générale tenue vendredi 6 septembre 2019, le Conseil Syndical des Services Publics et Privés, COSSEP, a salué la nomination du nouveau Gouvernement par le Chef de l’Etat.

Et, dans une déclaration qui vaut le mémorandum adressé à l’Exécutif national, le COSSEP demande l’intégration de ses différentes revendications dans le budget 2020. Ces revendications sont, entre autres, le paiement du premier palier de 100 dollars à l’huissier de la Fonction Publique à partir de janvier 2019, la gratuité de l’enseignement de base pour l’année scolaire 2019-2022 et ses conséquences sur la situation socio-économique des travailleurs du secteur… Ci-après, in extenso, la déclaration syndicale du COSSEP.

DECLARATION SYNDICALE N°003/COSSEP/2019
Le Conseil Syndical des Services Publics et Privés «COSSEP», réuni en Assemblée Générale ce vendredi 6 septembre 2019 à Kinshasa, salue la nomination de la première équipe gouvernementale de la présente législature par le Chef de l’Etat et l’en félicite.
Sept points étaient inscrits à l’ordre du jour à savoir :
1. Paiement du premier palier de 100 dollars à l’huissier de la Fonction Publique à partir de janvier 2019 ;
2. Revendications socioprofessionnelles des Professionnels et administratifs de la Santé, des Professionnels des Médias publics et rivés ainsi que des Magistrats ;
3. Détournement de la prime de risque de plus d’une année du Personnel de la Santé de Mahagi, Aru, Djugu, Mambassa dans la province de l’Ituri ;
4. Application du SMIG de 7075 FC/J adopté à la 33ème session du CNT, pour le manœuvre ordinaire dans les entreprises publiques et le secteur privé ;
5. La gratuité de l’enseignement de base pour 2019-2020 et ses conséquences sur la situation socio-économique des travailleurs du secteur ;
6. Dé-commissionnement des 32 chefs d’établissements du réseau catholique dont certains éligibles à la retraite, par le Coordinateur Diocésain de Molegbe-Sud, au motif de polygamie, dans la province du Sud-Ubangi ;
7. La suspension des activités dans quelques établissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.
Après échanges, le COSSEP note que les différentes revendications sont restées lettre morte à ce jour.
A cet effet, tenant compte du principe de la continuité de l’Etat, le COSSEP exige du Gouvernement ce qui suit :
1. L’intégration des différentes revendications dans le budget de l’Etat 2020, et, avec un agenda réaliste d’application ;
2. La matérialisation de l’application du SMIG tel que prévu ;
3. La satisfaction urgente des revendications dans le secteur de l’éducation aussi bien primaire, secondaire que de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.
4. La réponse adéquate et urgente aux revendications des Magistrats relatives à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail et l’assainissement du secteur.
La présente déclaration vaut un mémorandum à l’attention du Gouvernement dont la prise en compte est un gage pour la paix sociale, chère au succès de son action.
Fait à Kinshasa, le 6 septembre 2019-09-06
Jean-Pierre KIMBUYA L.
Secrétaire Général

Pin It

Statistiques

9960857
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
972
27231
107484
9636796
972
852369
9960857

Your IP: 3.92.74.105
2020-10-01 00:04

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg