Dans le souci d'éviter la chaîne de contamination de la troisième vague de la Covid-19 dans les milieux scolaires, le Fonds National de Solidarité Contre le Coronavirus (FNSCC) poursuit sa mission de soutenir les formations hospitalières engagées dans cette lutte. Ce mardi 6 juillet 2021, le personnel de l’Institut Ango Ango, situé dans la Commune de Bandalungwa a bénéficié d’un dépistage rapide de la Covid-19. C'est après avoir reçu une brève exhortation de la part de M. Patrick Onema, Secrétaire Permanent en charge des projets du FNSCC. Celui-ci a souligné le bien-fondé de ce dépistage qui facilite, en amont, la prise en charge des contaminés.

 

Loin de toutes imaginations sceptiques aux tests rapides, ce dépistage, révèle M. Patrick Onema, n'a pas d'effets secondaires. Il a précisé que le FNSCC ne dépiste pas, mais accompagne des formations hospitalières habilitées. Raison pour laquelle cette activité combien salutaire pour préserver des vies humaines a été effectuée avec le concours du personnel de santé du Centre Vijana, à qui un lot important de tests rapides a été remis pour le dépistage volontaire de la population.

Cette activité cadre également avec la mission du FNSCC qui est celle de rechercher et collecter les moyens financiers qui aideront le pays à soutenir les patients et le personnel soignant. Aussi, accompagner la République Démocratique du Congo dans sa lutte  pour l'éradication de la Covid-19 sur toute l'étendue du territoire national.

« Nous avons beaucoup apprécié cette descente de l'équipe de dépistage contre la Covid-19, du fait que nous sommes en face des enfants d'autrui. Il était tout à fait normal que les enseignants sachent leur état de santé afin d'éviter la contamination aux élèves. Et nous invitons tant d'autres écoles d'emboîter le pas afin de prévenir la propagation de la Covid-19», a laissé attendre le Préfet de l'Institut Ango Ango, M. Maurice Kabamba Kibasa.

En effet, cette activité vient s’inscrire dans l’axe d’intervention du Fonds en appuyant la sensibilisation de la population face à cette pandémie, afin d’éviter sa chaîne de contamination.

Au total, 70 agents de cette institution ont  été testés. Pour la biologiste médicale du centre hospitalier Vijana, Patricia Luto, il y a eu quelques cas isolés qui ont été enregistrés. Et, ces cas seront orientés dans les zones de santé les plus proches de leurs domiciles. Ces activités de dépistage, apprend-on, ont été également organisées, la semaine dernière à l’Institut Moderne de Ngaliema et au Lycée Tobongisa. Dommage, quelques cas positifs ont été enregistrés au Lycée Tobongisa.

Il y a lieu de souligner que ces tests rapides Covid-19 ne sont que le don de la firme Coréenne Biosensor qui l’a remis au FNSCC. Et, 1000 tests rapides ont été repartis dans 17 formations hospitalières de la Ville-province de Kinshasa. A l’occurrence, le centre Vijana, l’Hôpital de l’Amitié Sino-congolais, le centre de santé Libikisi, l’hôpital de référence de N’djili et autres. 

Jules Ntambwe