Flash

BAN2

 

 … Voici un rapport qui a fuité, on ne sait comment, du bureau de notre patron le ministre d’Etat des Questions Statistiques et Tactiques. J’en ai piqué une copie auprès du garde du corps, qui lui s’en est   procuré, parait-il, auprès de la secrétaire particulière grâce à la générosité du secrétaire de cabinet, lui-même couvert par le directeur de cabinet-adjoint, le  « dircaba ». Il s’agit du  témoignage d’un réfugié après l’attaque des rebelles ADF dans les localités de Drodo et Tse, territoire  de Djugu :

« Nous étions  en  file, pas contre pas,  comme  brebis. L’agent  devant   nous  se présente  à nous avec   comme nom-prénom-postnom : « HCR ». HCR nous a demandé nos  nom-prénom-postnom. Mon tour est justement là, en tête de ma famille (femme enfants-garçons, enfants filles). HCR me demande : nom ? « Réfugié ».   Prénom ?  « Réfugié ».  Postnom ? « Refugié ». HCR  pas content ; il insiste. Moi aussi je résiste : réfugié. Réfugié. Réfugié

…Juste   à ce moment-là, la panique. Des coups de feu. Des incendies. Des hommes masqués, armés de machettes et de fusils Kalachnikov. Je cours me cacher dans l’armoire abandonnée  par HCR. Plus tard j’apprendrai  que l’armoire de HCR m’a sauvé la vie, mais lui HCR est tombé dans les mains des rebelles et massacré. Du sang partout. Du  sang  jusqu’à  leur signature de rebelles  sur tous les murs : « ADF ». Nom-Prénom-Postnom-  : ADF. Vocation : égorgements   en série, au nom d’Allah !

… Ah, à présent les choses me reviennent petit à petit comme cauchemar. Cauchemar  sur cauchemar : ADF  est    devant  moi. Il me demande   nom-prénom-postnom- religion-village ?   Je réponds : « Réfugié ». ADF me gifle parce qu’il croit que je ris de lui. Je crie, je crie fort de douleur mais de rage. Et, surprise, de la foule immense massée dans la cour du camp des refugiés- prisonniers,  j’entends des échos de cris, des pleurs   derrière moi :  ma femme, mes enfants.

ADF me demande si je connais ADF ; je dis que je ne connais pas. Si  Lendu, si Hema ?  Je dis que je connais un peu un peu, comme ci comme ça. Par  la radio. Ah, dit ADF, tu as une radio ?    Je dis que je suis instituteur et   donc     j’écoutais radio, pour causer français, pour écrire français. ADF  m’a   chicoté au visage, aux fesses, au dos. Quatre fois chicoté, pour quatre crimes. Ne pas connaitre ADF, c’est premier crime.  Etre instituteur, c’est deuxième crime. Ecouter la radio, c’est troisième crime. Prendre à témoins femme    enfants, c’est   quatrième crime !

ADF dit : tu es condamné. Cris, injures  de ma femme. Révolte des enfants. ADF  a brutalisé ma femme. Devant les enfants et moi, il   a fait … il a fait   ma femme sa femme. Aie ! Plus grave : ADF  a visé, avec son arme, le cœur de mon petit ;   et a tiré.    Raide   mort,   le petit.   Alors ADF  s’est penché sur le corps et le cœur de mon petit. Il a arraché le cœur, il a bu tout le sang du cœur. Après ça,   j’ai vomi vomi,  et je me suis évanoui…

…Plus tard, bien plus tard.  Quelque part un soir, je ne sais où. A la recherche de la fosse commune des miens, comme on m’a  vaguement indiqué, après le départ d’ADF. Je regarde les cieux, les dieux. Rien.

Puis est venu un journaliste, je crois.   Il  parlait parlait. A tenté d’enregistrer mes pleurs dans son appareil. M’a demandé  de rejouer mes pleurs pour la pose-photo. Non, j’ai dit. Puis un venu un pasteur, je crois.  Lui ne parlait pas français ; il parlait quoi, je ne sais pas. Il priait beaucoup ; priait quoi, je ne sais pas. Regardait souvent  les  cieux, peut-être   les dieux. J’ai regardé   avec lui   les cieux, les dieux.   Rien. »

 

Yoka  Lye

Pin It

Statistiques

23012505
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
6126
21134
98327
22762824
144885
541505
23012505

Your IP: 44.200.40.195
2022-07-07 07:50

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg