Flash

BAN2

 

Il se souvient de la date du 24 novembre 1965. Une date historique gravée dans les annales du Congo-Zaïre. Il, c’est Simon Nsimba M’vuedi, Président national du Comité des sages de la plateforme électorale Zaïre. Ce jour là, se rappelle-t-il, il y a eu ‘‘changement de la gouvernance de la République en RDC, et c’est fut une sorte d'élection triomphale. Car le président de la République d'alors, Son excellence Joseph KASA VUBU souhaitera bonne chance au nouveau chef de l'Etat, le général Joseph Désiré MOBUTU. Le premier ministre d'alors Moise TSHOMBE, s'est dit «absolument ravi et le parlement a applaudi. Le peuple de son côté s'est écrié « enfin il y a un changement », les étudiants dont nous-mêmes le proclamèrent « premier étudiant du Congo » et l'archevêque de Kinshasa, Joseph MALULA chanta «UN TE DEUM » d'action de grâce. Changement intervenu dans un continent où il est difficile de garder le pouvoir que de le conquérir’’.

 

COMMEMORATION DE LA JOURNEE DU 24 NOVEMBRE 1965

  1. De l'historicité

Changement de la gouvernance de la République en RDC, et c’est fut une sorte d'élection triomphale.

Car le président de la République d'alors, Son excellence Joseph KASA VUBU souhaitera bonne chance au nouveau chef de l'Etat, le général Joseph Désiré MOBUTU. Le premier ministre d'alors Moise TSHOMBE, s'est dit «absolument ravi et le parlement a applaudi. Le peuple de son côté s'est écrié « enfin il y a un changement », les étudiants dont nous-mêmes le proclamèrent « premier étudiant du Congo » et l'archevêque de Kinshasa, Joseph MALULA chanta «UN TE DEUM » d'action de grâce. Changement intervenu dans un continent où il est difficile de garder le pouvoir que de le conquérir.

Ce Général, personnalité qui sera plus tard controversée mais davantage jalousée, car dérangeant pour les esprits malveillants, corrupteurs, rebelles et anarchistes, mais fut aimée par son peuple puisqu'ayant façonné une nation, incluant la cohésion du peuple, une monnaie nationale, devenue même à une époque une monnaie de réserve internationale et par son nom « ZAIRE » devenu aussi bon que le dollar, lui-même aussi bon que l'or dans le système monétaire de gold exchange standard, induisit la naissance de la République du Zaïre, tout en rebaptisant dans le même temps le fleuve, l'état civil des compatriotes, les lieux et autres places publiques, en décommandant les costumes des occidentaux au profit des abacosts.

Changement auquel il faille connecter un drapeau national et un nouvel hymne national.

Il fera adopter au pays dans la foulée, une économie qui privilégiera le recours aux investissements à forte dose des mains d'œuvres (labour intensity) où il y aura association avantageuse des mains d'œuvre abondante avec la terre immense qui le conseillera de déclarer l'agriculture priorité des priorités. Et ce en temporisant le recours aux investissements à forte dose capitalistique (capital intensity), c'est-à-dire, les capitaux financiers pour les équipements capitalistiques que contrôlent les ingénieurs créateurs que le pays ne possède pas en quantité suffisante ni n'en jouit d'avantage comparatif. Ce qui lui aurait conseillé de recourir à l'épargne nationale pour laquelle il recommandait : « un zaire pour un grand zaïre ». Jouissant dans la suite d'un budget qui, à la réduction des comptes fera apparaitre un excédent heureux et induisant dans la foulée une croissance à deux chiffres. Le tout étant orienté par les vertus et les préceptes de l'authenticité zaïroise. Double révolution dont la vertu fut de gommer les traces de la colonisation. Sans cependant que cette authenticité fusse un retour à l'ancestralité plutôt qu'un recours aux mérites vertueux de l'ancestralité zaïroise

Et ce lieutenant général a été investi par le Haut commandement de l'armée, seule institution et structure du pays qui est restée respectueuse des lois et règlements du pays. Et qui donc dans une proclamation officielle et solennelle a indiqué que : « le lieutenant général Joseph Désiré MOBUTU (JDM) assumera les prérogatives constitutionnelles du chef de l'Etat. Pendant que les institutions démocratiques de la République, tel que prévu par la Constitution du 1er août 1964, continuent à fonctionner en exerçant leurs prérogatives, tel fut notamment le cas de la chambre des députés, du sénat et des institutions provinciales. »

Et aucune goutte de sang ne fut versée à l'occasion ni même par après, le tout fut fait dans l'amour de la patrie et du prochain, s'inscrivant dans l'option de la cohésion nationale qui rejette le tribalisme et le népotisme, tout comme il rejette le démembrement réducteur de l’entendue du territoire et l’ethnisation comprimant l’importance physique de la population.      

  1. Du temps présent
  2. Aujourd'hui et plus précisément en décembre 2023, le pays vivra pratiquement le même contexte que le 24 novembre 1965, car comme le haut commandement de l'armée nationale, institution de la République l'avait fait, la Cour constitutionnelle institution de la République proclamera en décembre de l'année 2023 dans un arrêt qu'elle rendra en respect de l'article 70 de la Constitution de la RDC, que le président de la République, son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI, bénéficiaire d'un mandat renouvelable une seule fois, et la Cour constitutionnelle le fera pour le surplus en respect aux principes judicaires de «NON BIS IN IDEM; c'est-à-dire la force de la chose jugée», principe qui ne laissera donc à la Cour nul champ libre pour se prononcer différemment de décembre 2018. C'est ce qu'indique au demeurant l'article 227 du code civil livre III.

Il. parlant de l'organisation et de l'exercice du pouvoir, le constituant congolais a, à propos des préoccupations majeures présidant à l'organisation des institutions, indiquant à l'effet d'assurer l'alternance politique que « mandat du président de la République n'est renouvelable qu'une seule fois».

La Cour constitutionnelle étant actionnée par le peuple qui a dressé la programmation des résultats électoraux qu’il lui a transmis via la CENI  (Commission Electorale Indépendante), proclamera renouvelable le mandat à l’image de bail renouvelable (dixit le dictionnaire français) et qui implique donc une tacite reconduction que connaitra le mandat du Président de la République, son Excellence Félix TSHISEKEDI.

Et ceci donc, conformément à la volonté légale sinon, légitime du peuple de la RDC qui l’a indiquée à l’article 70 de la Constitution (loi suprême) ; loi qu’il a adoptée à une majorité écrasante à plus de 80% lors du referendum populaire de 2006).  Et le constituant congolais qui est quelqu’un d’éminemment lucide et perspicace intellectuellement, a différencié le mandat du président de la République qui est renouvelable, du mandat du député national (article 103) et du sénateur (article 105) qui y accède en étant rééligible, c’est-à-dire en se soumettant absolument et inévitablement aux élections et c’est autant de fois qu’il le souhaiterait mais à la condition de jouir du vote favorable du peuple. Et le constituant congolais de préciser au point 4 de la constitution se rapportant à la révision fonctionnelle que : « pour préserver le principe démocratique contenu dans la présente constitution contre les aléas de la vie politique d’une part et les révisions intempestives d’autre part, les dispositions relatives (entre autre) au nombre et à la durée des mandats du président de la République) ne peuvent faire l’objet  d’aucune révision constitutionnelle ».

Il s’agit bien « DES MANDATS » ; ce n’est pas un « plusieurs » de majesté mais plutôt un « plusieurs » de grammaire. Et dire que le nombre (plusieurs) se chiffre à un minimum de 2 et s’étend jusqu’à l’approche de l’infini, au maximum !!!  

Et le constituant congolais qui est un érudit, connaissant bien le français et même la quintessence du droit, savait que suivant le sens du dictionnaire français, l’adjectif renouvelable signifie prolonger l’acte par tacite reconduction c’est-à-dire en se taisant et donc sans parole ni comportement contraire.

Et par ailleurs, et comme si l’avait entendu parler l’autre érudit mulâtre congolais qui a dit que : « l’on n’interprète pas un texte de loi qui est clair ». Aussi, il y a-t-il plus claire loi que la clarté que dégage le texte de loi à l’article 70 ?

Moralité

Ne serait-ce pas une grossière erreur que commettaient les évêques, pasteurs, évangélistes et autres politiciens qui déclaraient erronément bien entendu que son Excellence Félix TSHSEKEDITSHILOMBO chercherait à tripatouiller avec l’agencement structurel de la CENI aux fins de se ménager un nouveau mandat présidentiel. Grossier mensonge, car la CENI n’aura plus d’occasion d’épiloguer sur le mandat du président Félix TSHISEKEDI, ni aujourd’hui, ni en 2023 encore moins en 2028 (dixit la constitution).

Par contre, le chef de l’Etat, TSHISEKEDI TSHILOMBO, par ses rôles de régulateur et d’arbitre lui reconnus par la constitution votée par le peuple, a reçu mission légale donc légitime, d’arbitre du bon fonctionnement de l’Etat.

C’est donc lui, par ses qualités lui définies par la constitution qu’il est fondé à veiller au fonctionnement régulier des institutions dont la CENI où il a le droit de nommer et même d’ajuster administrativement les positions des cadres de la CENI.

C’est ainsi qu’il vient le nommer en toute régularité et en toute légalité les membres de la CENI, conformément au droit lui reconnu et que ne conteste aucune institution de la loi, ni même de la justice.

Que l’on s’arrête donc de distraire le chef de l’Etat qui s’investit avantageusement dans l’exécution idéale de sa politique de haute portée sociale, qui combat le misérabilisme du peuple d’une part et qui d’autre part, cherche par des dispositifs soutenant les crédits que distribueront les institutions de crédits qu’il entend créer prochainement, à soutenir la productivité agricole, minérale et même minière du peuple, améliorant conséquemment le bien être de la population.

En plus de tirer profit, pour le surplus, les retombées positives tant pour le peuple congolais qu’africain dont il assure le leadership de l’organisation d’unité africaine, consécutivement aux contacts relationnels qu’il vient d’avoir avec les dirigeants de pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique et lesquels ont apprécié sa vision développementiste. Et ce après avoir concouru à ramener la paix de cœur de la population dans les régions de l’Est attaquées par les calamités naturelles mais aussi par ceux que KABILA père, Laurent Désiré KABILA appelé les « rebelles », c’est-à-dire les destructeurs impénitents.

Au total

Quelle leçon, sinon quels avantages le pays et le peuple de la RDC pourront-ils tirer de cette notion sincèrement et profondément patriotique du constituant congolais qui a décidé de faire bénéficier au chef de l’Etat de la RDC d’un mandat renouvelable et non rééligible.

Aussi n’est-ce pas que, faire les élections présidentielles en 2023 relèvent d’abus du pouvoir d’une part, et d’autre part, et se présenter comme candidat aux éventuelles élections présidentielles de 2023 serait abuser de la confiance du peuple.      

En plus que les importants fonds c'est-à-dire des milliards de dollars américains et la débauche de l’énergie que le pays solidairement avec le chef de l’Etat allaient déverser pour le  financement des coûts d’organisation et de participation aux élections présidentielles seront avantageusement et utilement dirigés au financement d’actions  socialement profitables au peuple, par exemple d’assistance aux veuves et orphelins sans soutiens tous comme aux victimes des sinistres et calamités naturelles.

Ainsi  partant, le paradoxe ahurissant qui fait que la RDC, pays immensément occupé par des habitants pauvres, tel que le disent les statistiques adéquates, verra se retourner la courbe descendante de manière telle que le pays aura davantage des moyens pour financer la productivité de l’agriculture qui améliorera le régime alimentaire du peuple tout comme le bon état des routes de déserte agricole, connecté à la croissance de production énergétique et minière pour lesquelles le pays jouit d’un avantage comparatif évident par rapport aux autres pays qui ne disposent que d’une seule richesse, jouissent par contre d’un revenu nettement supérieur au nôtre.

Aussi 10 ans de présidence du chef de l’Etat est une option avantageuse, car le peuple ne se trompe jamais puisque la voix du peuple est la voix de Dieu. Ce trend de 10 ans permettra au chef de l’Etat de lancer un programme décennal qui jouira d’un temps suffisant même long pour rentabiliser la production minérale et agricole. Car le peuple congolais se devra de se rappeler que pendant la colonisation, il a vécu d’un plan décennal qui a vu le peuple bénéficier des cités modernisées d’habitation, des avenues macadamisées recouvertes d’un revêtement adéquat du statut unique du personnel et même d’une université. Dans tous les cas, par la vertu de plus décennal, le gouvernement de la colonie a eu l’opportunité d’améliorer très sensiblement la situation générale de peuple. Il sera ici question de s’inspirer et non d’imiter, car n’est- ce pas que le présent s’inspire du passé pour éclairer le futur.

Aussi, le peuple congolais actuellement ne se trompe guère en applaudissant l’actuel chef de l’Etat lorsqu’il accédera à son mandat renouvelable, c’est-à-dire par tacite reconduction.

Et si nous commémorons sans faste le glorieux anniversaire de l’avènement au pouvoir de feu le Maréchal MOBUTU, c’est parce que le deuil porté en sa mémoire ne sera retiré qu’au jour du rapatriement du corps à l’effet d’être inhumé dans la terre de ses ancêtres comme il l’avait souhaité dans son testament.

Ainsi soit-il.                                                                                                                                                                                                                    Pour la direction politique Nationale

Le Président National

N’simba M’vuedi Simon 

Membre du collège des fondateurs

Président national du comité des sages de la plateforme électorale ZAIRE MPR-UDEMO                                       

 

 

Pin It

Statistiques

19697779
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11193
11642
101007
19512626
60572
417380
19697779

Your IP: 3.81.89.248
2021-12-05 22:25

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg