Flash

BAN2

 

  1. INTRODUCTION:

Nous sommes convaincus qu’il est très important de placer la recherche conjointe au centre des collaborations académiques Afrique-Chine dans la nouvelle ère. Nous soulignerons quelques politiques liées à ce domaine que nous soutiendrons avec notre  propre expérience ici sur le terrain en RDC.

Il y a plus de 50 ans, l’Université congolaise était à la 3ème place en Afrique. Aujourd'hui, elle ne fait même pas partie des 200 meilleures universités du continent, comme le rapporte RFI (11/09/2021). La dégradation du système éducatif en proie à la corruption et à la mauvaise gestion, la politisation du système d’enseignement supérieur, la commercialisation de l’enseignement, le mauvais recrutement des étudiants et les mauvaises conditions de travail des enseignants, en sont parmi les causes. Le système d’enseignement supérieur et universitaire congolais, comme ceux de nombreux pays africains, souffre d’un manque d’infrastructures de recherche, de bibliothèques et d’équipements technologiques de pointe, d’un manque de qualité des enseignants et des étudiants, d’un manque d’enseignement de qualité, de qualité de procédure d’évaluation, de qualité de moralité, et la qualité de l’administration et de la gestion – comme le dit Ajayi, IA (2009).

Il y a un nombre insuffisant de professeurs dans l’enseignement supérieur en raison de la fuite des cerveaux et cela est encouragé par les guerres et les incertitudes politiques. Celui qui devrait se consacrer à l’enseignement ne devient que cumulatif. Il est dans la politique, il est dans les affaires, dans le consulting et en même temps il est enseignant car l’éducation à elle seule ne lui permet pas de survivre (RFI (11/09/2021).

  1. INVESTIR DANS LE SYSTÈME D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET UNIVERSITAIRE

L’Assemblée générale sur l’enseignement supérieur et universitaire en RDC, qui s’est tenue le mois dernier à l’Université de Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga  a retenu comme principale recommandation la mise en place dès la rentrée prochaine du système d’enseignement LMD (Licence ou Bachelor – Master – Doctorat ou PhD) qui a longtemps été enseigné dans les universités des pays anglo-saxons (États-Unis, Canada, Grande-Bretagne, etc.). C’est une bonne nouvelle pour certains d’entre nous qui ont suivi le système LMD à l’étranger et ont beaucoup de mal à être acceptés ou intégrés dans le système supérieur et universitaire congolais hérité de la Belgique et de la France, surtout si vous avez étudié dans une langue autre que le français.

Ici en RDC, nous avons finalement adopté le système LMD. L’objectif est d'assurer une meilleure qualité de l'enseignement supérieur et universitaire, de délivrer des diplômes d’études supérieures compétitifs et hautement employables de valeur internationale qui permettront une certaine mobilité des étudiants et d'augmenter le nombre d’experts scientifiques et intellectuels en RDC. Autrement dit, le développement de ressources humaines performantes et hautement qualifiées pour assurer l’accélération du développement du pays.

III. POURQUOI LA CHINE ?

  1. Tout d'abord, la RDC n'a pas de système industriel développé, basé sur la science et la technologie de pointe, contrairement à la Chine. Les universités congolaises sous-financées (il y en a 38 au total) ont fortement besoin d'établir une collaboration avec les universités chinoises désireuses de former une alliance d'idées, d'objectifs et de valeurs communes partagées avec elles.

Selon la stratégie de collaboration européenne (février 2020), il est clair que l'Afrique en général et la RDC en particulier, ont besoin d'un renforcement des capacités académiques, notamment dans le domaine de la collaboration en formation doctorale, des bourses post-doctorales, des nominations académiques conjointes en des domaines sélectionnés entre les universités chinoises et africaines (rappelons qu’un Professeur Belge vient d’être nommé Recteur de l’IFA – l’Institut Facultaire des sciences agronomiques de Yangambi, Province de la Tshopo, pour redresser cet institut facultaire en difficulté), et soutenir les réseaux de collaboration de recherche avec les universités africaines dans des domaines hautement pertinents pour les deux parties, tels que le changement climatique, l'énergie durable, la sécurité, les technologies numériques, etc.,

Par conséquent, l'idée de la création d'un Conseil de recherche Chine-Afrique au niveau continental avec des branches au niveau national dans chaque pays, comme le Conseil de recherche Chine-RDC, est susceptible de promouvoir la qualité, la productivité ainsi que la visibilité et la pertinence au niveau international des recherches menées dans les universités africaines ou par des programmes de recherche conjoints d'universitaires chinois et africains.

  1. Deuxièmement, le nombre d'étudiants africains admis dans les universités occidentales diminue mais augmente dans les universités chinoises. En fait, ce n'est que le mois dernier que nous avons été scandalisés par l'arrestation et la détention à l'aéroport, le placement en centre fermé pendant deux semaines, et la menace d'une éventuelle expulsion forcée de Junior Masudi Wasso, un jeune de 20 ans Étudiant congolais admis à étudier l'économie à l'Université catholique de Louvanin. Il a traversé un long processus atroce pour obtenir un visa d'étudiant, pour obtenir l'autorisation de l'ambassade et son inscription à l’Université Catholique de Louvain, seulement pour se faire dire par le bureau de l’immigration à l'aéroport qu'il « ne remplissait pas les conditions d'entrée et n'était pas à la hauteur sur le plan académique pour étudier à l'Université Catholique de Louvanin ».

Dans le même temps, favoriser le talent intellectuel, en particulier dans les sciences, est devenu une priorité plus urgente pour la Chine alors que les États-Unis ferment de plus en plus leurs portes aux étudiants et universitaires chinois étudiant des « sujets sensibles » et limitent l'exportation de technologie et le partage d'idées. avec, son rival stratégique, comme l'a rapporté Yew Lun Tian pour l’agence de presse Reuters le 28 septembre 2021, citant l'agence de presse d'État chinoise Xinhua.

La Chine, la deuxième économie mondiale, vise à accroître le pool des talents, des scientifiques et d’intellectuels en Chine et à augmenter considérablement les investissements dans la recherche et le développement d’ici 2025 et sa capacité à nourrir les talents nationaux d’ici 2030, a rapporté Xinhua, citant les commentaires du Président Xi. Jinping lors d’une conférence de deux jours à Pékin (28 septembre 2021). C’est exactement ce dont l'Afrique en général et la République Démocratique du Congo en particulier ont aussi besoin : augmenter le vivier de talents, des scientifiques et des intellectuels. C’est pourquoi nous sommes convaincus que la coopération sino-africaine en matière d’enseignement supérieur et universitaire deviendra la priorité des priorités dans le cadre du Forum sur la Coopération Sino-africaine. C’est aussi parce que la Chine et l’Afrique sont également confrontées à une sorte de mentalité occidentale de guerre froide, même dans le domaine de l’enseignement supérieur et universitaire.

A cet effet, récemment, alors que certains pays développés hésitaient, voire refusaient de délivrer et de partager des brevets pour rendre les vaccins COVID-19 plus accessibles aux pays africains pauvres en haute technologie, la Chine a été la première à aller plus loin - du don de flacons de vaccins à la fabrication, mise en place de la production de vaccins sur le sol africain même.

On peut citer la joint-venture entre la compagnie chinoise Sinovac Biotech et le groupe pharmaceutique algérien Saidal, susceptible de produire un million de doses à partir d'octobre 2021. On peut également citer l’accord entre le chinois Sinovac et l’égyptien Holding Company for Biological Products and Vaccines (VACSERA) pour fabriquer conjointement des vaccins contre la Covid-19 (Veda Vaidyanathan, The Diplomat, 5 Octobre 2021. Ceci est aussi essentiellement dû au fait que la situation politique algérienne et égyptienne est relativement stable et prévisible.

Ces deux cas démontrent que la Chine est un « changeur de jeu » dans les relations internationales dans l'ère de l’après-guerre froide. La pandémie de Covid-19 nous a montré que la « fracture vaccinale » est perpétrée par des pays qui veulent maintenir le statu quo de l’Afrique intact afin de continuer à en bénéficier. La Chine ne partage pas cette option. Ces deux cas ont indiqué la voie à suivre pour la coopération de tout pays développé avec l'Afrique : Mettre la recherche conjointe au centre de cette coopération pour un apprentissage mutuel le partage d'expertise.

  1. Troisièmement, un proverbe chinois dit : « L'or a son prix ; l’éducation est hors de prix». Bien que la RDC, notre pays à faible revenu doit attirer les investissements dans l'extraction des ressources naturelles car il est riche en toutes sortes de minéraux stratégiques dont le monde entier a besoin : or, cobalt, coltan…, nommez-le, plus le bois, l'hydroélectricité, etc., cela ne nous mènera nulle part sans l’investissement dans la recherche et le développement au niveau local, mais également combiné à une contribution externe, par exemple, dans le cadre d’un partenariat académique égal et mutuellement bénéfique et d’une collaboration de recherche et d'enseignement avec les universités chinoises. Cela aidera la RDC à exploiter de nouvelles technologies susceptibles de transformer les ressources naturelles en un avantage industriel mutuel ainsi que d'autres domaines de recherche qui peuvent stimuler les intérêts nationaux à long terme du pays.

Nous attendons, par exemple, la mise en place de projets de recherche communs d’experts, de scientifiques et d'intellectuels chinois et congolais (certains formés par la Chine d'ailleurs) qui pourront fructifier en fabrication de téléphones portables à plus forte valeur ajoutée avec du coltan congolais ou en fabrication de batteries. avec le cobalt congolais dans des centres de recherche et d'expérimentation conjoints sino-congolais ici en RDC. La Chine a déjà acquis une expérience accumulée dans la transformation de ses terres rares, faisant des entreprises chinoises des exportateurs de produits en aval plus sophistiqués. La transformation des ressources congolaises sur place pour créer des emplois et des marchés doit être au centre de notre coopération avec la Chine dans la nouvelle ère. Si cela est fait, l’impact d’une telle recherche conjointe sera ressenti par l’ensemble de la communauté nationale et internationale qui en bénéficiera d’une manière ou d’une autre.

  1. Quatrièmement, les programmes ou projets de recherche conjoints Chine-Afrique ont besoin d’un fort soutien politique des deux côtés. La Chine et la RDC ont récemment connu des frictions diplomatiques à la suite des révélations selon lesquelles certaines entreprises chinoises se livraient à des activités minières illicites en RDC. Maintenant que la poussière est retombée sur la question, nous avons également réalisé que bien que certaines allégations soient vraies et que la Chine ait rappelé certains de ses citoyens, il y a aussi une « main cachée » occidentale derrière la campagne anti-chinoise en RDC. L'hystérie anti-chinoise que cet incident a provoquée ici, même parmi les intellectuels, nous a choqué et a prouvé que dans ce pays, on peut devenir facilement manipulable. Après un siècle de colonialisme occidental, nous sommes trop occidentalisés, manquons d’esprit critique. Qui ont donc remplacé les Chinois rappelés dans ces carrés miniers ? Nous ne nous posons plus cette question. D’ailleurs on en parle plus. Notre avenir en tant que peuple et en tant que pays est en danger si nous n'apprenons pas à penser de manière plus critique et non hystérique. Les pays voisins nous exploitent pratiquement pendant plus de trois décennies et le reportage d’Alain Foka de la RFI, qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive récemment a prouvé qu’à Bisie, dans le territoire de Walikale au Nord Kivu, les concessions minières (qui regorgent d’étain, de coltan, d’or, etc.) de la compagnie minière américaine Alphamin sont totalement bouclées et donc hors de tout contrôle (Tino Mabada, AfricaNews / MCP, via mediacongo.net, 14.09.2021). Qu’à cela ne tienne, le Président Félix Tshisekedi procède déjà soit à l’annulation (le cas du projet Grand Inga), soit à la revisitassions de nombreux contrats miniers sino-congolais signés par son prédécesseur Joseph Kabila (le cas de Sicomines), et donnés à de nouveaux investisseurs venus d’Israël, du monde occidental anglo-saxon et arabe. Peu importe ce qui motive ses choix, à la fin des comptes, ce dont ce pays a besoin ce sont de nouvelles technologies pour transformer ses ressources sur place et créer des emplois et des marchés pour sa population, notamment pour les jeunes chômeurs.
  2. CONCLUSION

Nous pouvons accepter de l’aide parce que le besoin est si grand. Mais à long terme, l’aide ne nous mènera nulle part. Nous avons besoin de nouvelles technologies pour transformer nos ressources ici même en RDC. Nous ne connaissons aucun pays africain qui a une agence d’aide internationale. Mais  presque tous les pays développés ont des agences d’aide dont le principal récipiendaire est l’Afrique qui visiblement se trouve au bas de l’échelle de l’indice de développement humain. Par conséquent, en Afrique, il est difficile de différencier l’aide et le "soft power" (quand le pouvoir est de l'ordre de la persuasion et non de la contrainte). Le soft power s'y traduit en aide car le besoin est immense et un ami dans le besoin est un ami en effet. Cependant, force est de répéter qu’à long terme, l’aide ne nous mènera nulle part. Ce n’est que par l’éducation que nous augmenterons non seulement nos chances de gravir les échelons du développement, mais aussi que nous résisterons à la corruption - mieux éduqué, moins corrompu, j’y crois! Pour y parvenir, nous avons besoin à apprendre de la Chine et nous devons travailler avec la Chine, un pays qui, il n’y a pas longtemps était pauvre et sous-développé (comme l’est la RDC  actuellement en dépit de ses énormes potentialités), mais qui s’est pris en charge et dans un lapse de temps, a changé son destin et devenu la deuxième puissance mondiale. C’est pourquoi la RDC doit s’intéresser à l’initiative «Une Ceinture, Une Route», lancée par la Chine (construction de nouvelles infrastructures dans le but de désenclaver et développer les régions en retard et favoriser ainsi la montée en gamme de leur industrie) pour améliorer les perspectives de son développement.

  1. REFERENCES

Ajayi, I. A. (2009). Efficiency of education. In J. B. Babalola and A. O. Ayeni (Eds). Educational Management: Theories and tasks. Nigeria: Macmillan Nigeria Publishers Limited.

“Developing equal, mutually beneficial partnerships with African universities”, INSIGHT PAPER 1, Recommendations for a new European collaboration strategy. https://www.the-guild.eu/publications/insight-papers/insight-paper-one

Pin It

Statistiques

19698107
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11521
11642
101335
19512626
60900
417380
19698107

Your IP: 3.81.89.248
2021-12-05 23:11

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg