Flash

BAN2

 

Le 27 septembre est la date de son anniversaire de naissance. Ses projets pour la jeunesse et sa carrière politique sont des sujets qui ont fait l’objet d’une entrevue, à cette occasion,  entre la presse et la Diva africaine Kanam Barbara, une des chanteuses en vogue, de la Rumba congolaise.  Fally Ipupa Aigle, Boss Abed Achour, Dadju  et tant d’autres invités de marque ont été au rendez-vous de son anniversaire pour sublimer la chaleur de cette chanteuse romantique dont la voix porte l’identité musicale d’un peuple unique au Monde. Quarantaine révolue, l’auteur de la célèbre chanson «Djarabi» attire et impression toujours les yéyés qui admire sa beauté  glamour. Au-delà de sa passion pour l’art d’Orphée, cette chanteuse engagée pour les droits de la femme en Afrique reste verticale dans ses ambitions en politique.

 Découvrons-la :  

Est-ce que votre vie privée influence-t-elle aussi l’écriture de vos chansons ?

Barbara Kanam : En grande partie, on s’inspire souvent de nos expériences. Et, nos émotions ont un impact sur notre écriture. La musique est le langage de l’âme avant tout.

Vous avez été reçue récemment par le ministre de la Jeunesse et de la nouvelle citoyenneté ainsi que par votre ministre de tutelle. Quel a été l’objet de votre échange ?

BK : Etant leaders d’opinion, nous avons l’obligation de défendre la jeunesse parce que nous en sommes le miroir. Nous avons discuté sur plusieurs sujets qui concernent l’avenir de notre pays dont l’Etat a un rôle fondamental pour outiller les  jeunes à travers les diverses formations. S’agissant de notre métier, je soutiens une politique culturelle claire qui mettrait en avant les jeunes talents dans toutes les branches de la culture et des arts. Tandis qu’avec la Ministre de la culture, arts et patrimoine, nous avons échangé au sujet de l’amélioration du cadre de travail des artistes, et sur la numérisation et l’instauration du système de diffusion gratuite des œuvres d’art en demeure une. A cet effet, j’appelle mes collègues à plus de solidarité pour un aboutissement heureux de leurs revendications auprès du gouvernement.

Vous étiez candidate aux élections législatives de 2018, qu’est-ce que vous avez appris de cette expérience après avoir raté le siège au parlement ?

BK : Que je dois encore me battre pour atteindre mes objectifs et que le Congo a besoin de l’implication de tous pour un Congo plus fort et un avenir radieux pour son peuple.

Pensez-vous de tenter encore une aventure en politique ?

BK : Je ne pense pas. Mais, j’ajouterais plutôt une nouvelle corde à mon arc.

Propos retransmis par J.Diala

Pin It

Statistiques

19145690
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1617
15776
60479
18982833
410334
470413
19145690

Your IP: 66.249.64.134
2021-10-28 02:27

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg