Flash

BAN2

 

*L’histoire est allée vite, voire très vite. Deux auditions mardi et mercredi 13 et 14 juillet 2021 auront suffi. Et puis, après à la troisième, celle qui aura  été d’ailleurs la plus courte,  le Parquet Général près la Cour Constitutionnelle en a tiré tous les renseignements nécessaires jusqu’à se faire la conviction d’ordonner la main levée sur le mandat d’arrêt provisoire émis et sur son assignation à résidence surveillée. Toutefois, les investigations se poursuivront. Et, comme  sa résidence de l’avenue du Chemin des Dames, au numéro 1, à Binza Macampagne,  est connue, il  n’y  a point d’ombre du  moindre   doute de  sa disponibilité à répondre en homme libre aux convocations du Parquet Général près la Constitutionnelle pour présenter ses moyens de défense.

Mais, jusqu’ici, selon l’un des ses Avocats,  Matata  aurait fourni toutes les  pièces justificatives qui,  dans le cadre de la procédure préjuridictionnelle, ont déterminé le Parquet près la Cour Constitutionnelle  à le  libérer  de l’emprise des  vigiles    dont il n’avait certainement   pas besoin   en ce temps de port des masques obligatoire, de lavage des mains et  de distanciation sociale en raison du respect des gestes barrières contre  la pandémie à   Covid-19.

 

Annulation de l’assignation à résidence

Me Laurent Onyemba, membre du Collectif des Avocats de Matata, salue, en effet,  l’annulation de la mesure d’assignation à résidence qui pesait, depuis mardi 13 juillet dernier,  sur son client. 

«Sa fuite n'est pas à craindre. Pour la suite de l'affaire, il répondra désormais aux invitations du parquet en homme libre », soutient-on, du côté de l’Organe de la loi en charge de mener des enquêtes sur cette affaire de Zaïrianisation dont les racines remontent en 1973, du temps où le Maréchal dépossédant les opérateurs économiques étrangers de leurs biens sans pour autant les indemniser.

Que lui reproche-t-on ?

La justice reproche à l'ancien Premier ministre d'avoir « payé plus de 110 millions USD à des créanciers fictifs, victimes de la Zaïrianisation des entreprises étrangères », lorsqu'il était encore  au gouvernement.

«Au terme justement des autres éléments nés du réquisitoire du procureur général  notamment,   à la DGDP [Direction générale de la dette publique], et au ministère des Finances pour vérifier les dossiers qui manquaient, dans le paiement de la dette publique extérieur, Matata Ponyo  a été rappelé très tard dans la nuit pour être confronté à ces pièces ; et la conviction du parquet est allée dans le sens positif justement pour dire que tous les dossiers pour lesquels il a été reproché on a donc trouvé des soubassements », explique Me  Onyemba qui confirme, enfin,  que c’est au terme de cette audition-là que le Parquet  a  levé  la mesure d’assignation à  résidence surveillée.

Un ancien de la DGDP libéré

Parallèlement, ‘’un ancien Directeur Général de la DGDP détenue à la prison centrale de Makala, depuis le  mardi 13 juillet dernier,  a, lui  aussi,  été libéré au cours de cette même audience du  mercredi 14 juillet’’, a-t-il conclu. 

LPM

Pin It

Statistiques

19106401
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8666
12524
21190
18982833
371045
470413
19106401

Your IP: 3.236.218.88
2021-10-25 14:31

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg