Flash

BAN2

 

En marge de la marche organisée par la coalition Lamuka le samedi 24 avril dernier, le conseil des avocats du parti Engagement citoyen pour le développement (Ecidé) s'est organisé afin de traduire en justice le Général Sylvano Kasongo, dès ce lundi 26 avril 2021

à la Haute cours militaire, pour les coups et blessures volontaires, pillage et destruction méchante au siège du parti de Martin Fayulu à Kinshasa.

Devos kitoko, l’un des communicateurs de ladite plateforme, précise dans un média local que les manifestants voulaient dénoncer les massacres qui sévissent dans l'est de la RDC. C’est ainsi que des heurts violents se sont déroulés au siège de l'Ecidé entre les forces de l'ordre et les militants.

"Le cabinet-conseil de l'Ecidé va s'organiser pour porter plainte contre la police, on ne peut pas admettre cela. Si c'est le Général Kasongo qui répond au nom de la police, il répondra", a-t-il fait savoir.

Selon la même source, des crânes fracturés, mâchoires et dents cassées, œil perdu. Une dizaine de victimes de violences policières étaient enregistrés, en dénonçant les bavures policières. D’autres ont affirmé avoir été tabassés à coups de matraque alors qu'ils ne représentaient aucune menace.

"J’ai appelé personnellement le Général Kasongo pour lui dire de demander à ses hommes d'évacuer les policiers qui se trouvaient au siège de l'Ecidé parce que la marche s'est tenue à Tshangu et non au siège sur triomphal. Nos militants qui revenaient de la marche étaient au siège pour des modalités de retour à leurs domiciles, mais malheureusement ils ont été la cible de la police", a révélé Devos Kitoko.

Martin Fayulu et d’autres cadres de son parti condamnent, avec fureur, le comportement qu'il qualifie de barbare dont ont fait montre les hommes en uniforme. "Ce n'est pas un motif pour piller notre bureau. Nous condamnons ces agissements avec la dernière énergie et ce comportement barbare d'une police nationale qui a pour mission de protéger les personnes et leurs biens mais qui s'adonnent malheureusement à des pillages de triste mémoire", indique Devos Kitoko.

Malgré la répression sanglante de la marche du samedi 24 avril dernier, les leaders de la coalition Lamuka (aile Fayulu-Muzito), promettent d'intensifier des actions de terrain pour dénoncer des massacres qui sévissent dans la partie est du pays.

Raphaël Mansangu

Pin It

Statistiques

15903648
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
16092
32039
78528
15644506
474056
736710
15903648

Your IP: 41.243.2.40
2021-05-18 11:43

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg