Dernières publications

Flash

Le Congrès National Congolais, parti politique cher à Pius Muabilu, Ministre d’Etat, Ministre de l’Urbanisme et Habitat, a fait, ce mercredi 28 octobre à son siège sis 6ème rue Limete résidentiel, une mise au point concernant la suspension préventive de son Autorité morale de la présidence du regroupement politique Alliance pour l’Avenir (AA/a), membre du FCC.

Une décision qui a été prise suite à la présence de l’élu de Mont-Amba à la cérémonie de prestation de serment de trois juges organisée le 21 octobre dernier au Palais du Peuple. Acte qui n’a pas été digéré par ses collègues du FCC qui lui reproche d’avoir désobéi au mot d’ordre donné, celui de ne pas y prendre part.
La ladite déclaration a été lue par le Président a.i Léopold Muyembe.
Ainsi, eu égard à cet acharnement sur la personne de Pius Muabilu, le Bureau politique du Congrès National Congolais a décidé de fixer l’opinion au sujet de cette controverse, et cela en présence de quelques cadres et militants du parti.
Pour le CNC, la présence du Ministre Pius Muabilu se justifie par le fait que c’est un homme d’Etat. Et, qu’à ce titre, conformément à l’article 97 al2 de la Constitution congolaise, qui souligne l’incompatibilité des fonctions de membre du gouvernement avec l’exercice de toute responsabilité au sein d’un parti politique, il ne pouvait que répondre à l’invitation du Chef de l’Etat. Encore que, rappelle le CNC, dans le cadre du fonctionnement des institutions de l’Etat, l’on est ministre pour son pays et non pour un parti. Bien plus, Pius Muabilu n’avait pas reçu de correspondance l’interdisant de ne pas y prendre part. C’est ainsi qu’il s’est permis d’y être du moment où il a reçu l’invitation personnelle du Chef de l’Etat.
De ce qui précède, le CNC rejette toutes les sanctions prises à l’encontre de son Autorité Morale et se réserve le droit de saisir les instances judicaires de la République, pour réparation.

Par ailleurs, le CNC regrette le non-respect de la procédure interne qui édicte spécifiquement la sanction disciplinaire qu’il faut prendre à l’endroit d’un membre. Il s’agit, ici, des mesures qui devraient être prononcées qu’après la mise sur pieds par le Comité Directeur, sur proposition du Président, d’une commission ad hoc. Plus grave, cette suspension temporaire ne rime pas avec les statuts du regroupement AA/a.
Partant, le CNC qualifie ces sanctions de fantaisiste et sans conséquence juridique sur son leader. Car, la réunion a été convoquée en l’absence du Président ainsi que du Vice-président qui n’ont pas été tenus informés au préalable, ni délégué les pouvoirs. Cela, souligne la formation politique chère Muabilu Mbayu Mukala, va à l’encontre de l’article 14 des statuts et 13 du règlement intérieur de la plateforme.
Enfin, le Congrès National Congolais réaffirme son appartenance au Front Commun pour le Congo, envers lequel il témoigne beaucoup de gratitude, contrairement à ce qui se dit sur une éventuelle traversée. Le CNC lance un appel au calme et à la sérénité à la base du Parti, tout en lui demandant de s’occuper des activités respectives de leur plateforme et de ne pas céder aux différentes provocations, ni aux rumeurs que font circuler les réseaux sociaux.

Niclette Ngoie

Pin It

Statistiques

11676739
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9290
28647
91570
11402880
37937
845218
11676739

Your IP: 66.249.64.153
2020-12-02 08:37

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg