Flash

‘’Nous demandons à notre peuple de se mobiliser à travers une opération de grande envergure dénommée « 18 ans ça suffit » pour exprimer clairement son indignation à travers des coups des sifflets, des tambours, des casseroles, de klaxons à partir de la semaine prochaine, chaque vendredi à 19 heures’’, soutient Valentin Kabengele, le Secrétaire général du Mouvement pour le Renouveau de Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua.

Dans un communiqué, il soutient mordicus qu’après analyse, les ordonnances présidentielles n’ont pas violé la Constitution et qu’elles sont bel et bien valides et de stricte application.Le MR encourage, par ailleurs, le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, à ne pas se laisser distraire, à avancer sans désemparer dans cette année dite des actions et à continuer les réformes nécessaires et à opérer un nettoyage profond en privilégiant les critères de moralité et de compétence dans l’armée et la justice. Il rappelle qu’au qu’aucun marchandage n’est acceptable quant à ces deux secteurs et que le Chef de l’Etat use de son pouvoir discrétionnaire.
DECLARATION POLITIQUE DU MOUVEMENT POUR LE RENOUVEAU
Kinshasa, le 25 juillet 2020
Le Mouvement pour le Renouveau, MR en sigle, s’est réuni en réunion extraordinaire pour analyser la situation politique de l’heure.
En effet, après que le Président de la République, Chef de l’Etat, ait opéré des nominations au sein de l’armée et de l’appareil judiciaire, nous avons observé une forte agitation dans le camp de l’ancienne majorité présidentielle.
Nous, le MR après examen, affirmons que les ordonnances signées par le Chef de l’Etat n’ont pas violé la Constitution, elles sont bel et bien valides et de stricte application.
C’est pourquoi, nous voulons mettre en garde tous ceux qui se sont évertués à saborder l’action du Chef de l’Etat dans ces secteurs alors que l’ensemble du peuple congolais, optant pour le changement, avait souhaité des profondes réformes dans ces secteurs clés de la vie nationale, qui ont été l’objet d’un dysfonctionnement total sur fond d’instrumentalisation.
Il est d’autant plus surprenant que quand l’ensemble du peuple aspire au changement et particulièrement ceux victimes de l’insécurité récurrente à l’Est du pays, aspirent à une vraie paix, les forces du statu quo empêchent le Chef de l’Etat à réorganiser ces deux secteurs pour les rendre plus efficaces.
C’est pourquoi, nous voulons encourager le Chef de l’Etat à ne pas se laisser distraire et à avancer sans désemparer dans cette année dite des actions, à continuer les réformes nécessaires et à opérer un nettoyage profond en privilégiant les critères de moralité et de compétence dans l’armée et la justice.
Et rappelons qu’aucun marchandage n’est acceptable quant à ces deux secteurs ; que le Chef de l’Etat use de son pouvoir discrétionnaire.
Par ailleurs, nous voulons rappeler que l’Etat de droit ne peut s’accommoder avec une quelconque violation des lois de la République telle que nous avons vu certains personnages, téléguidés par certaines officines en mal de positionnement, s’adonner à un exercice de dénigrement, de diffamation et des propos outrageants à l’endroit du Chef de l’Etat, alors que la plupart n’ont jamais levé un seul doigt quand l’ancien Président de la république posait les mêmes actes dans les mêmes conditions.
Nous nous réservons le droit de saisir la justice pour que tous ces délinquants répondent de leurs actes, si le Procureur général de la République ne s’en saisit pas d’office.
Aussi, nous avons été surpris de voir l’ancienne majorité au pouvoir, en coalition avec le Chef de l’Etat, marcher dans la rue avec une série de revendication telles que :
- le respect de la Constitution, alors que nous savons que le respect de la Constitution n’a jamais été leur point fort pendant les 18 ans de règne de Joseph Kabila ;
- le taux de change, alors que ce sont leurs délégués qui contrôlent tous les circuits financiers notamment le ministre des finances, le gouverneur de la Banque centrale du Congo ;
- l’insécurité à l’Est du pays avec la multiplicité des groupes armés, alors que le ministère de la défense est dirigé par un membre de leur famille avec des officiers qui ont été nommés par l’ancien Chef de l’état, chef de leur famille politique.
Les membres de cette ancienne majorité feraient mieux de se repentir et de demander pardon au peuple congolais, au risque de nous voir demander au Chef de l’Etat de revenir sur sa décision de ne pas fouiner dans le passé ; ils en connaissent les conséquences. Dix-huit ans ça suffit.
Alors que nous pensons que ceux qui ont amené ce pays au chaos pendant 18 ans devraient demander pardon et se repentir, nous assistons à une forme de témérité et de mauvaise foi de leur part, comme pour se moquer de la population.
C’est pourquoi, nous demandons à notre peuple de se mobiliser à travers une opération de grande envergure dénommée « 18 ans ça suffit » pour exprimer clairement son indignation à travers des coups des sifflets, des tambours, des casseroles, de klaxons, etc. Ceci à partir de la semaine prochaine, chaque vendredi à 19 heures.
Fait à Kinshasa, le 25 juillet 2020
Le Secrétaire général
Valentin Kabengele

 

Pin It

Statistiques

8617706
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8819
29512
200676
8196630
448748
979134
8617706

Your IP: 3.228.10.34
2020-08-15 07:48

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg