Flash

*L’ouverture, le 15 mars prochain, de la session parlementaire à l’Assemblée nationale comptera au moins un point important à son ordre du jour : il s’agira de désigner, après convocation par les présidents des deux chambres, le porte-parole de l’opposition, conformément aux prescrits de la loi régissant le fonctionnement des partis politiques.


Le député pro-Katumbi Muhindo Nzangi a donné le ton. Se basant sur on ne sait quelle réunion, il affirme dans les médias qu’il a été convenu que Jean-Pierre Bemba (MLC) et Moïse Katumbi (Ensemble pour le Congo) assureraient la présidence tournante de porte-parole de l’opposition à raison de deux ans chacun.

Nulle part, il n’est fait mention de la coalition LAMUKA, à laquelle les deux leaders appartiendraient encore. La fissure apparue depuis plusieurs mois entre les rescapés de l’accord de Genève et le tandem Bemba-Katumbi va s’élargissant. Pendant que Martin Fayulu (soutenu par Adolphe Muzito) cramponné à sa vérité des urnes se considère toujours comme le président élu, le duo Bemba-Katumbi a résolument opté pour une opposition républicaine pour l’un, et une opposition exigeante pour le second.

La multiplicité d’initiatives rendues publiques par leurs lieutenants respectifs vient rajouter à la confusion ambiante. Pendant qu’un Daniel Mbawu, député MLC du Mont Amba embouche la trompette de la suppression de la Cour constitutionnelle, Christophe Lutundula (pro-Katumbi) appelle à la refonte de la loi électorale, tandis que Delly Sessanga va en croisade pour la révision de la Constitution.
Les uns et les autres sont, pourtant, conscients du poids numérique de la Majorité parlementaire à l’Assemblée nationale. Et qu’aucun projet de loi qui viendrait de leurs plateformes respectives, n’a aucune chance de l’emporter face à la machine redoutable du FCC.

Alors, à quoi jouent-ils ?
Ou les anciens sociétaires de LAMUKA jouent les prolongations, connaissant le rythme des débats à la chambre basse, ils n’entendent nullement baliser la voie à un porte-parole de l’opposition qui serait l’interface attitré de Félix Tshisekedi.
A moins qu’ils jouent la montre au point de renvoyer aux calendes grecques, la désignation du porte-parole de l’opposition, s’appuyant sur la déclaration du Chef de l’Etat, lors de son discours sur l’état de la Nation et selon laquelle la désignation du porte-parole de l’opposition est une affaire éminemment parlementaire.

La Pros.

Pin It

Statistiques

7443293
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
14135
33475
116534
7092551
253469
932920
7443293

Your IP: 35.175.133.127
2020-07-08 09:40

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg