Dernières publications

Flash

Jean-Bosco BARIHIMA, le coordonnateur adjoint de LAMUKA Nord-Kivu, s’est exprimé samedi 29 juin dernier à Kinshasa sur les questions de l’heure.

Il a épinglé, un à un, tous les faits marquants qui dominent l’actualité politique ces dernières semaines. A l’Hôtel INVEST de la RTNC, cet ancien député national a articulé son propos autour de la «Vérité des urnes», la dissolution ou pas du Parlement, la destitution du Président de la République, mais également de la Centrale électorale dont les membres sont fin mandat. Devant les professionnels des médias, Jean-Bosco BARIHIMA KA-BUTSIRI a parlé au nom du Comité de LAMUKA de la province du Nord-Kivu.

Fils de la province du Nord-Kivu, JB. BARIHIMA a abordé les préoccupations en rapport avec la paix, les guerres, les groupes armés nationaux et étrangers ainsi que la sécurité et la stabilité dans ce coin de la République Démocratique du Congo. Il reste bien entendu inquiet face à cela.
S’agissant de l’actualité politique, ‘’les élections ont eu lieu le 30 décembre 2018 et ont produit les résultats que nous connaissons tous. Félix Tshisekedi a été élu Président de la République Démocratique du Congo, mais a été privé d’une majorité à l’Assemblée Nationale, au Sénat, dans les Assemblées Provinciales avec pour conséquence l’élection des Gouverneurs des provinces qui ne sont pas de son obédience politique‘’, a-t-il argumenté.
Au vu de ce tableau politique, Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila se sont donc accordés à former une coalition autour de leurs plateformes politiques respectives, Cap pour le Changement et Front Commun pour le Congo. Ceci, à la suite des scrutins organisés le 30 décembre 2018.

Dans la foulée, des contestations des résultats de ces élections ont eu lieu tant contre le Président de la République que contre les Députés Nationaux, Provinciaux et les Sénateurs. ‘’Comme ci cela ne suffisait pas, des meetings et marches sont organisés ou les seront à travers toutes les provinces du pays, sans épargner Kinshasa la Capitale…‘’, déclare ce cadre de Lamuka.
D’ailleurs, la plus récente des marches était prévue le dimanche 30 Juin 2019, jour de l’anniversaire de notre indépendance. Une marche dont le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila n’a pas pris acte soutenant l’argument que l’organisation des manifestations de revendication en cette date, friserait le sabotage contre la mémoire de la République.

Selon LAMUKA section Nord-Kivu, cette manifestation était tout simplement inappropriée. Au cours du point de presse, Jean-Bosco BARIHIMA avait laissé entendre que ‘’cette marche me paraît inappropriée à cette date sacrée, le 30 juin, déclarée comme telle dans notre hymne national. Les organisateurs devraient songer à la post-poser pour l’organiser le 1er juillet ou à une autre date qui les conviendrait‘’.
Pour le reste, le coordonnateur adjoint de LAMUKA/Nord-Kivu a fait savoir que leur point de vue n’est pas éloigné de celui de Moïse Katumbi, actuel coordonnateur de cette coalition.

La Pros.

Pin It

Statistiques

11751364
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
3408
24932
166195
11402880
112562
845218
11751364

Your IP: 66.249.66.82
2020-12-05 02:44

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg