Flash

*La meilleure alternative politique pacifique à la coalition gouvernementale, aujourd’hui problématique, est la cohabitation. Cette modalité de gouvernement n’est pas irrémédiablement consubstantielle à la catastrophe. L’expérience Française démontre que si les forces et acteurs politiques se conforment à la Constitution, la «coexistence» (selon la formule mitterrandienne) d’un président et d’un gouvernement émanant des groupes politiques différents est possible. Comparaison n’est pas raison. Certes.

Quand on parle du discours du 30 juin, on pense au discours de Patrice Emery Lumumba le jour de l’indépendance. Ce discours a recueilli plusieurs qualificatifs : « inattendu », «nationaliste », « lèse-majesté », « brûlot », « diatribe passionnelle », «incartade », « goujaterie », « inopportun ». Mais en fait, ce jour-là, le jeudi 30 juin 1960, il y a eu deux autres discours pour la reconnaissance de l’indépendance du Congo-Kinshasa - hier Congo belge.

La pandémie de Covid-19 a créé une crise sanitaire inédite. La quasi-totalité de la population mondiale s’est retrouvée enfermée à domicile et contrainte de revoir ses habitudes de vie du tout au tout. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation Internationale du Travail (OIT) ont fortement fait la promotion des mesures barrières, conditions sine qua non pour la limitation de la propagation de la pandémie. Des concepts innovants et de nouveaux mots sont devenus d’usage courant et c’est bien en période de crise que se mesurent les engagements RSE d’une entreprise.

Bien que l’Eternel Dieu ait décidé de le rappeler auprès de lui, l’honorable Sénateur Pierre Lumbi Okongo part tête haute après avoir combattu le bon combat, et laissé derrière lui toute un héritage politique. La Représente de ‘‘Ensemble pour la République’’ du Benelux, Marcelline Lokengo, l’une des enfants politiquement bien formés de Pierre Lumbi, lui rend un vibrant hommage, exprimant sa détermination de poursuivre le combat, qui était celui de qui elle appelle ‘‘Papa’’.

Peu connu, du moins par le commun des mortels, la Direction Générale de la Dette Publique, DGDP, a attiré la curiosité de la population après la nomination de Laurent Batumona en qualité de Directeur Général. Nombreux sont ceux qui veulent savoir c’est quoi la DGDP ? Que peut-on attendre du nouveau DG? C’est donc pour éclairer la lanterne d’une certaine opinion que Batumona Laurent a expliqué brièvement la mission de cet établissement public.

Le collectif Citoyen Congolais a traduit en justice le président du Conseil national de suivi de l’accord de la Saint Sylvestre et du processus électoral (CNSA), Joseph Olenghankoy, pour deux chefs d’accusation. Il s’agit de « détournement » d’une part et, d’autre part, « faux en écriture et usage des faux ».

Lundi dernier, le président de l’Assemblée provinciale du Kongo central Pierre-Anatole Matusila a indiqué qu’un groupe de voyous veut attenter à sa vie et veut s’attaquer à ses biens. Ces jeunes étaient prêts à agir et brandissaient des papiers avec mention «Matusila dégage !» et scandaient «Voici le sorcier».

La dernière audience foraine du procès 100 jours était consacrée au réquisitoire du Ministère public et aux plaidoiries des avocats. Le jugement sera rendu ce samedi 20 juin 2020, exactement dans quarante-huit heures. Le prévenu Kamerhe, la grande vedette de ce procès, avait tenu ces ultimes propos : «Ce n’est pas moi qui suis attaqué, c’est le Président de la République et tout le monde peut le comprendre».

*Le verdict est tombé ce mardi 23 juin 2020. Le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe siégeant en audience foraine à la Prison Centrale de Makala a condamné Fulgence Bamaros Lobota, Directeur Général du Fonds National d’Entretien Routier (FONER), Benjamin Wenga, DG de l’Office des Voiries et Drainage (OVD), à trois ans des travaux forcés.

Pendant que l’attention des Congolais se trouve focalisée sur les tueries à l’est de la République, le psychodrame judiciaire de la Prison de Makala, qui étale à la face du monde la banalisation éhontée des détournements des deniers publics en République Démocratique du Congo, l’amateurisme de la gestion de la riposte contre le coronavirus, en plus de l’incessante lutte quotidienne pour leur survie, voilà que les plus hautes autorités des confessions religieuses choisissent de décevoir.

La Chine mettra effectivement en œuvre l’initiative du G20 sur la suspension du service de la dette pour les plus pauvres. Le pays de Mao reste disposée à engager des consultations d’égal à égal amicales pour accroître son soutien aux pays africains durement touchés par l’impact de la Covid -19.

L’actualité en République Démocratique du Congo est dominée par différents procès portés devant les instances de justice. Parmi les plus médiatisés, figurent sans nul doute celui de Vital Kamerhe portant sur les 100 jours des travaux d’urgence du Chef de l’Etat et naturellement sur l’affaire Jean-Marc Kabund contre Jeanine Mabunda et l’Assemblée nationale qui est sous examen au Conseil d’Etat.

La pandémie à coronavirus a, depuis son ancrage, déstabilisé plusieurs vies sociales et même éteint d’autres. Car, ses effets néfastes prennent plusieurs formes dont la forme de la crise financière, entrainant plusieurs pertes d’emplois – la réduction du train de vie de plusieurs familles – et le resserrement de la marge des opérations économiques et professionnelles.

Ce n’est ni plus, ni moins qu’une réaction patriotique contre le plan de trésorerie du premier trimestre 2020 et les deux déficits budgétaires au 31 Décembre 2019 que l’Auteur a intitulée : «Le plan de trésorerie de l’entreprise physique ou morale. Analyse financière réfletant le point de vue de LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO, Directeur retraité et maltraité de la SNEL, SA ».

Statistiques

9835464
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
10084
30514
198668
9434426
727948
938558
9835464

Your IP: 34.205.93.2
2020-09-26 07:45

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg