Flash

BAN2

 

 Plusieurs sources renseignent que Olivier Mpunga Tshibanda, sujet congolais, âgé de 32 ans, aurait été arrêté   dans le cadre de l’affaire d’une voiture donnée en gage. Une situation somme toute logique. Mais, c’était  sans s’imaginer  d’avance le sinistre qui s’en suivrait, attestant sa mort dans un local des services spéciaux de l’IPKIN, à la suite, semble-t-il,  de ses blessures.  Brisant l’omerta,  Patrick Muyaya Katembwe a, sans ambages,  annoncé que  des sanctions judiciaires sévères à l’endroit des auteurs de cet acte  répréhensible.

Compassion à la famille du défunt

‘’Tous les auteurs présumés seront jugés en flagrance pour que cela serve d’exemple’’, a déclaré le Porte-parole du Gouvernement,  dans un tweet publié sur son compte, hier dimanche 19 décembre 2021, dans la soirée. Dans ses propos, Patrick Muyaya, Ministre de la Communication et Médias, Porte-parole du gouvernement,  a aussi rappelé que ‘’les règles d’engagement recommandent le respect strict des droits humains’’.

Parallèlement, il a exprimé sa solidarité envers  la famille de l’illustre disparu, tout en compatissant au trouble qu’elle traverse par la perte de leur enfant de 32 ans, âge adulte et de responsabilité pour quiconque. ‘’Y a rien de plus troublant que perdre un jeune de 32 ans. Toute la solidarité à sa famille’’, a-t-il  dit.

Réaction de la PNC

De son côté, la Police Nationale Congolaise a, à travers un communiqué, condamné le recours aux actes de torture,  avant de souligner que les auteurs présumés ont été appréhendés et déférés devant l’OMP. ‘’Décès tragique du défunt Olivier Mpunga Tshibanda. La PNC condamne le recours aux actes de tortures. Actes isolés n’engageant pas tout le corps, auteurs présumés appréhendés et déférés devant l’OMP’’, lit-on,  dans ce communiqué.

La Police Nationale Congolaise a réaffirmé sa détermination à : ‘’accomplir ses missions régaliennes dans le respect des droits humains’’, avant de chuter en présentant ses condoléances.

La population invitée  au calme

Par ailleurs, quelques temps seulement après l’enveniment de la toile par cette nouvelle accablante pour les âmes, le Ministre des Droits Humains, M.  Albert Fabrice Puela,  a fait savoir que certains présumés auteurs de l’acte ont été acheminés au Parquet près le Tribunal de Grande Instance de la Gombe afin d’être auditionné. Et a émis le souhait que ces auteurs présumés des actes  soient jugés en procédure de flagrance, conformément à l’Ordonnance-loi N°78-001 du 24 février 1978 relative à la répression des infractions flagrantes, afin de servir de leçon pour les autres.

Ce, avant de conclure,  en invitant la population au calme et à  s’interdire  tout recours à la justice privée ou au règlement des comptes. ‘’La force reste et demeure à la loi’’, a-t-il insisté.

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

20268868
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9289
15855
25144
20149509
213788
417873
20268868

Your IP: 3.81.172.77
2022-01-17 15:50

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg