Flash

BAN2

 

 (Par Félix Kalala Mwanza/Acteur politique)

 

Le point chaud du quartier Kingabwa dans la commune de Limete a connu une chaleur particulière, le  samedi 11 décembre 2021. Pour cause : l’affrontement entre la police et les militants et militantes de l’Alliance des élites pour un Nouveau Congo (A.e.N.C.), parti politique piloté par Mme Marie-Josée Ifoku, bien connue en RDC pour avoir été la première la  femme candidate aux élections présidentielles de 2018.

Au regard de l’attitude peu recommandable adoptée par la police du coin face à un meeting ayant obtenu le quitus de l’autorité urbaine, il y a bien lieu de condamner l’excès de zèle qui s’est invité à une démarche pédagogique  destinée à réveiller le peuple congolais et la nécessité du changement de la mentalité collective en vue de définir urgemment un programme de développement communautaire fondé sur les valeurs morales.

C’était sans compter avec la détermination des jeunes, des femmes et des hommes qui, balais à la main, se sont déjà rangés derrière la «Kombolisation» qui est la philosophie politique bien incarnée par Madame Marie-Josée Ifoku selon un néologisme relevant de la seule ambition de reconquérir notre conscience nationale à travers la symbolique d’une remise en question profonde pour l’émergence d’un nouveau Congo avec un peuple au cœur nouveau.

Etant donné  le besoin affiché par  la RDC pour le respect des valeurs universelles face aux enjeux de la mondialisation et de la globalisation ;

Au regard de la flopée de frustrations qui caractérisent la majorité de la population congolaise faute d’une culture politique et managériale capable de définir conséquemment les priorités sociales et politiques conditionnant le mieux-être communautaire ;

Convaincu que l’hymne national de la République Démocratique du Congo  mérite d’être chanté en actes et en paroles pour une citoyenneté capable de léguer à notre postérité des valeurs dignes d’une nation aux aspirations nobles ; l’A.e.N.C trouve commode de joindre sa voix à celle de tous ceux qui, comme elle, partagent la conviction selon laquelle, la classe politique congolaise, continue à faire montre d’une jouissance vaniteuse et d’une démission intellectuelle face à  ses responsabilités et face aux défis du développement et de la paix durable dans notre pays. Pour rappel, la « Kombolisation »,  qui est la vision fondatrice de sa philosophie politique  procède de son plaidoyer en faveur du changement de la mentalité collective pour la reconquête de notre identité nationale et de nos valeurs culturelles.

Etant donné que la gangrène qui a toujours rongé  la mentalité de notre classe politique reste et demeure l’absence d’engagement politique fondé sur un idéal librement conçu ainsi que la carence d’honnêteté   intellectuelle  et de probité morale, force lui est donc de continuer à poursuivre son idéal, mieux sa lutte pour extirper  les antivaleurs qui fondent la mauvaise qualité des habitudes sociales, politiques, économiques, etc.

Dans l’état actuel des choses où la RDC  tend à se relever après plusieurs années d’une marche à genoux, l’Alliance des élites pour un Nouveau Congo  estime, pour sa part, que nul n’a besoin d’une distraction de trop. Il faudra donc s’atteler à la reconquête de notre identité humaine et de notre conscience collective en optant pour un renouveau psychosociologique qui se résume en un concept-clé : « La Kombolisation ». Pour ce faire, une introspection profonde et une remise en question sincère s’imposent tant au niveau individuel que collectif pour relever le défi du développement intégral de notre nation.

Par ces multiples descentes sur terrain qu’elle compte organiser à travers toute l’étendue de la République, l’A.e.N.C. trouvera bien  le temps et le lieu de dissuader tous ceux qui, par mauvaise ambition ou par fausse pudeur, ont toujours misé  sur leur politique nombriliste, égoïste et machiavélique…Ceux  qui n’ ont toujours juré que par l’achat des consciences, par le clientélisme politique ou la tribalisation de notre espace vital. Par une culture du nettoyage de soi, de l’unité dans la diversité, de la bonne gouvernance…,  le parti de Marie-Josée Ifoku les invitera toujours à prendre conscience de la gravité des périls qui menacent notre pays tant sur plan politique social, économique que sécuritaire.

DU POINT DE VUE POLITIQUE

 Il sied de rappeler que l’A.e.N.C. était au-devant de la scène pour mettre fin à la coalition FCC- CACH qui n’offrait aucune perspective meilleure au regard de la cacophonie qui fondait cette cohabitation aux allures pharisaïques. Voici donc déjà plus d’une année depuis que la majorité parlementaire a basculé, mettant ainsi fin à ce mariage contre-nature longtemps décrié par l’ensemble du peuple congolais. Peut-on déjà, au mieux, saluer les premières lueurs d’espoir d’un peuple longtemps meurtri et affamé, ou doit-on, au pire, penser que le bout du tunnel  se fait encore attendre ?  Peut-on croire aux effets escomptés selon toutes les promesses faites ? De l’avis de l’A.e.N.C, chaque responsable politique doit faire face à cette question que lui posent sa conscience et sa responsabilité citoyennes : Qu’est-ce que le pays attend de moi quant au  programme de développement ? Chacun, face à sa conscience se doit à la question suivante : Qu’est-ce que le pouvoir que j’exerce exige de moi ?

A l’approche des échéances électorales, Il y a un verdict qu’il serait juste et bon que nous acceptions tous : la pauvreté du Congo vient de la pauvreté d’intelligence de la vie politique nationale. Par une rébellion des intelligences historiques ; vengeons cet affront en intellectuels révoltés ; en architectes aguerris du bien –vivre ensemble congolais, en patriotes exemplaires, désormais incorruptibles et dorénavant  armés d’une probité morale irréprochable.

Au regard du tableau sombre que présente l’actualité nationale tant sur le plan politique, économique, social et sécuritaire, l’A.e.N.C pense que tout parti politique sérieux doit être capable de condamner l’hypocrisie qui caractérise la classe politique, dénoncer l’habitude de manipuler le peuple congolais sur fond de son ignorance… Telle est l’ultime ambition de la « Kombolisation » qui est une philosophie innovante capable d’aiguiller le peuple souverain dans son exercice de la démocratie participative.

Du  point de vue social

Vu l’ampleur et la profondeur d’une crise socio – économique qui n’en finit point, une solution salvatrice, quelle qu’elle soit, exige une transformation culturelle substantielle de la mentalité politique, de la manière même de faire la politique et d’exercer le pouvoir en RDC. Si nous nous montrons incapables de capitaliser cette opportunité pour rendre possible cette transformation, autrement dit, si nous faisons toujours preuve d’incapacité à échafauder des réponses ingénieuses, concrètes, précises et volontaristes à nos tragiques problèmes, nous courons le risque de donner raison à ceux qui, depuis  la conférence de Berlin en 1885, ont toujours cru  que nous sommes des êtres crées sans beaucoup d’intelligence!

Pendant cette période charnière où notre pays tend résolument à basculer, selon de l’A.e.N.C, dans une dynamique pour le changement de la mentalité collective,  il y va de l’honneur de l’humanité que nous représentons au cœur de l’Afrique, et sous le leadership du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,  que nous ouvrions un débat d’idées porteur des perspectives de renouvellement en profondeur de notre société.

Qu’il s’agisse du mieux-être social de la population congolaise, nombreux pensent que la culture de la jouissance vaniteuse à laquelle s’ajoute l’injustice sociale due à l’absence de la justice distributive, est diamétralement aux antipodes  du concept « Le-peuple-d’-abord ». Cette absence de la justice distributive se vérifie de façon flagrante dans la distribution du revenu national. Pour preuve, le gros du budget  national est consacré au fonctionnement des institutions tant et si bien que les secteurs-clés de la vie nationale s’en trouvent mal servis. Il s’agit  notamment de l’éducation, de la santé, de l’emploi, de l’environnement, etc.

Qui pis est, la métastase pestilentielle des poubelles déshumanise les milieux de vie. Les difficultés de transport et la vétusté des routes traumatisent le quotidien congolais. Les coupures intempestives du courant électrique, les moustiques, les mouches, les maringouins,  et les rats persécutent les congolais tous les jours. Et comble du paradoxe : l’eau des robinets nous devient une denrée rare, alors que notre pays compte plus de 4000 Cours d’eau et qu’il concentre au moins 52 % d’eau douce de toute la République. Alors quel compromis sociétal, qui soit un ensemble de réponses concrètes à tous ces besoins primitifs et ordinaires que beaucoup de gouvernements au monde garantissent facilement à leur peuple ?

La justice distributive implique immédiatement la redéfinition absolue de la répartition du revenu national en orientant l’essentiel du budget vers les secteurs-clés qui conditionnent la qualité de la vie sociale de la population et de la paix durable sur toute l’étendue de la République.

Qu’il s’agisse principalement du secteur de  production, la priorité doit être impérativement  accordée à l’entreprenariat, gage de l’autoprise  en charge économique des citoyens qui, depuis des siècles, constitue la base du développement individuel et collectif.

De l’insécurité  à l’est de la  RDC

Au regard des défis à relever quant à la situation qui prévaut à l’ Est de notre pays depuis plus de deux  décennies, chacun de nous doit se disposer à investir au maximum pour l’émergence d’un nouveau Congo  fort, digne et prospère avec à la clé la conscientisation de l’élite congolaise de manière à la tirer de sa torpeur et de sa somnolence pour qu’elle mette  ses atouts militaires, policiers, scientifiques, culturels et artistiques au service de la paix sur toute l’étendue de la République et particulièrement  dans sa partie orientale.  Ainsi, notre postérité pourra hériter des valeurs qui n’auront rien à voir avec les ambitions égoïstes, l’injustice sociale, la corruption érigée en mode de vie par ceux qui ont déjà choisi de piller les biens de l’Etat pour leurs intérêts mesquins.

Depuis le martyre du prophète Simon Kimbangu et le supplice de Patrice Emery Lumumba, la souffrance accompagne le peuple congolais tel un nuage noir… une malédiction. Comment comprendre toutes ces actions, toutes ces politiques de destruction de notre pays par nous-mêmes, et de clochardisation de notre peuple par nos propres élites politiques ? C’est vrai et vérifiable : l’insécurité à l’Est de la RDC et le produit d’une complicité tacite entre les congolais et les étrangers qui, à longueurs des années, ne cessent de convoiter nos richesses. Les plus lucides parlent «  de la guerre des minerais » imposée à la RDC dont le seul péché est de posséder une diversité de richesses du point de vue de sa faune, sa flore, son sol, son sous-sol, ses cours d’eau, etc.

 L’unité nationale n’ayant pas de prix au regard des tentatives de la décomposition apocalyptique du tissu social qui expose le pays au risque d’implosion sous forme de balkanisation, l’A.e.N.C se préoccupe du type d’armée et du  nouveau système de défense susceptibles de mettre fin à l’insécurité qui sévit dans la partie orientale de notre pays. Le parti de Marie-Josée Ifoku se demande comment faut-il donc cimenter l’unité du peuple congolais, et faire respecter l’intégrité et la souveraineté de notre patrie.

Pour sa part, étant donné que l’impérialisme, l’interventionnisme et le colonialisme constituent un refrain qui se chante déjà au passé, il appartient maintenant au Congolais eux-mêmes  de faire montre, sur le plan national et international, d’ouverture d’esprit pour un bon degré de respectabilité plus conséquent ; de développer, à l’interne, les capacités politiques, militaires, diplomatiques et managériales pour reformer les institutions et restaurer la véritable autorité de l’Etat tributaire d’une forte cohésion nationale et d’une cohérence globale.

 

Pin It

Statistiques

20268551
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8972
15855
24827
20149509
213471
417873
20268551

Your IP: 185.191.171.19
2022-01-17 15:19

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg