Flash

BAN2

 

 Au moment où le Gouvernement de la République, par l’entremise du Ministre de l’Economie, Jean-Marie Kalumba Yuma, progresse à travers la rationalisation des prix des produits surgelés d’importation, une certaine opinion s’érige en obstacle, en distillant, de l’avis des experts de cet important Ministère, des rumeurs d’intoxications dangereuses et de désinformations grossières. Une opinion dont les intérêts sont manifestement opposés à ceux du peuple en cette période particulière de festivités de fin d’année. L’idée, affirme-t-on, c’est d’attiser le mécontentement général et de détourner l’attention du Gouvernement qui est actuellement engagé à rétablir le juste prix des produits de première nécessité en luttant contre les nombreuses pratiques peu recommandables utilisées par certains operateurs véreux pour gonfler illégalement les prix et extorquer la population. Des pratiques à dénoncer et dont la hauteur se chiffre à plusieurs dizaines de millions d’USD par an, qui méritent d’être vigoureusement dénoncées et non l’action salvatrice du gouvernement, note-t-on au Ministère de l’économie. Car, cet argent aurait pu contribuer à financer la gratuité de l’enseignement de base, à réhabiliter les hôpitaux, à améliorer la desserte en eau potable, à financer la diversification économique ou encore à créer des opportunités d’emplois pour la jeunesse. Seulement, il est aujourd’hui indûment confisqué au mépris de la loi par certains opérateurs qui, conscients de leur forfaiture, tentent de retourner les faits qui les accablent et de tromper l’opinion en jetant injustement de discrédit sur le gouvernement qui, pourtant, ne ménage aucun effort pour restaurer les prix justes.

Dans les milieux proches du Ministère de l’Economie, on rappelle que les concertations menées par Jean-Marie Kalumba Yuma durant plus de deux mois sur la rationalisation des structures des prix des produits surgelés d’importation, ont permis de constater une violation systémique de la réglementation économique en vigueur ainsi qu’une généralisation de la fraude dans ce secteur. Ces faits aujourd’hui largement documentés s’opèrent principalement selon deux modalités : fraude douanière en amont et les prix illicites en aval.

En amont, la fraude douanière est ici réalisée à travers des fausses déclarations faites à la douane en minorant substantiellement la valeur CIF des produites importés (jusqu’à 70%). Or, c’est cette valeur qui constitue la base de calcul de tous les droits et taxes à l’importation dus à l’Etat. C’est pour cette raison que des nombreux operateurs congolais jadis opérant dans le secteur ont été contraint à le quitter, ayant perdu toute compétitive car étant eux obligés de déclarer les vraies valeurs CIF et de payer tous les droits et taxes y afférentes comme l’exige la loi.

En aval, souligne-t-on, il a été constaté que les prix pratiqués sur le marché revêtent un caractère illicite dans la mesure où ils sont la résultante de valeurs CIF falsifiées d’une part, et d’une surcharge inexplicable et illégale des structures de prix d’autre part. Plus de 20 éléments non incorporables ont été identifiés au regard de la réglementation en vigueur, que les operateurs concernés ont été incapables de justifier après plus de deux mois de concertations laborieuses. C’est des faits.

De ce qui précède, par l’application des prix illicites artificiellement gonflés, les importateurs font supporter aux modestes consommateurs congolais le poids de leur fraude douanière et leur privent indûment d’une part importante de leur pouvoir d’achat depuis de nombreuses années maintenant. Ceci s’oppose directement et ouvertement à la vision du Chef de l’Etat plaçant les intérêts de son peuple avant toute autre considération.

De l’importation de chinchard en provenance de la Namibie

Des sources proches de l’économie rappellent qu’à l’issue des concertations avec les opérateurs du secteur et du constat de fraude généralisé, un consensus a été trouvé sur le niveau des prix indicatifs à appliquer pour les principaux produits surgelés importés notamment, le chinchard. Et, malgré la signature d’un procès-verbal, les importateurs ont systématiquement refusé d’appliquer les prix concertés et ont recouru à la pratique de la rétention des stocks, pour créer une rareté artificielle et une spéculation sur le prix. Cette pratique dangereuse de rétention des stocks, selon le Ministère de l’Economie,  a entrainé une surchauffe sur le marché, avec un risque avéré de compromission de la sureté de l’Etat. C’est à cause du risque évident découlant de la rétention des stocks dans les perspectives des festivités de fin d’année, que le Gouvernement a décidé de réaliser des approvisionnements d’urgence à travers le Ministère de l’Economie pour ne pas exposer la population à un risque de pénurie causée volontairement par certains importateurs.

Concernant le chinchard en provenance de la République sœur de Namibie, l’initiative du Gouvernement vise, selon le Ministère de l’Economie, à rapprocher les importateurs locaux désireux de respecter la réglementation, avec les producteurs namibiens en éliminant les intermédiaires et le commerce triangulaire qui consacraient la fraude et l’opacité. L’argent ainsi inverti dans l’acquisition d’un quota de pèche et le financement des opérations de pèche, (qui se poursuivent à ce jour) a permis non seulement d’obtenir d’importantes quantités de poissons chinchards qui seront disponibles sur le marché congolais au prix juste, mais aussi de mieux appréhender le circuit d’approvisionnement de ce produit important. Ceci en vue de permettre à l’Etat de stopper définitivement les pratiques frauduleuses qui lui font perdre chaque année plusieurs dizaines de millions d’USD et dont l’incidence sur le pouvoir d’achat est quant à elle estimée à plusieurs centaines de millions d’USD par an.

Difficultés logiques ?

S’agissant des rumeurs sur les prétendues difficultés logiques que le Gouvernement rencontrerait quant au transport et au stockage des produits qu’il a importés, le Ministère de l’économie Nationale dément toutes ces allégations et rassure l’opinion que toutes les dispositions logistiques ont été prises, que les produits sont correctement transportés et stockés et qu’ils seront commercialisés aux justes prix par les distributeurs qui en ferons l’acquisition. Sur ce point, Kalumba Yuma appelle la population à la plus grande vigilance et met en garde toute personne qui tenterait de saboter cette initiative gouvernementale bénéfique pour la population.

Nos sources soutiennent que le Ministère de l’économie nationale est informé du travail de lobbying négatif intense qui est en cours, tant en RDC qu’auprès des operateurs privés et des autorités Namibiennes pour nuire les intérêts de la République et de son Peuple. Sur ce point, il apporte un démenti ferme sur les fausses allégations portant sur une hypothétique crise diplomatique qui opposerait la RDC à la République de la Namibie dont les autorités ont d’ailleurs témoigné leur volonté sincère d’accompagner le gouvernement congolais dans ses efforts pour la recherche du juste prix des produits surgelés d’importation. Cette initiative vouée à l’échec, soutient-on à l’Economie, n’a d’autres objectifs que de semer le doute dans le chef de deux pays, espérant ainsi détériorer leurs rapports historiques, fraternels et harmonieux qui lient leurs deux peuples, pour préserver les intérêts égoïstes partout décriés.

C’est à cet effet que, Jean-Marie Kalumba Yuma, porteur d’un message d’amitié et de fraternité que le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a adressé à son homologue Namibien, le Président Hage Geingob, a été reçu hier, lundi 13 décembre 2021 par ce dernier. Cette visite de haut niveau a été l’occasion de réitérer la volonté des deux Etats de renforcer leurs liens en consolidant la coopération économique et commerciale, notamment en matière d’importation des produits de la pêche.

Le Ministère de l’économie nationale regrette cependant que certains médias acceptent, sans moindre effort de vérification, de diffuser des informations mensongères et d’apporter ainsi leur soutien indirect à des pratiques qui appauvrissent la population congolaise, en lui volant ouvertement une part importante de son pouvoir d’achat difficilement acquis par le dur labeur et considérablement affecté par des difficultés économiques liées aux effets de la Covid-19. Cependant, le Ministère dit rester ouvert et disposé à apporter la vraie information sur le processus en cours, en vue de préserver la population de la tentative de manipulation dont elle est victime.

Le Ministère de l’économie nationale, apprend-on, reste fermement résolu à déployer les efforts nécessaires et dans la mesure de ses prérogatives pour protéger le pouvoir d’achat de la population et restaurer le juste prix qui a été longtemps et injustement compromis par des intérêts égoïstes œuvrant pour l’appauvrissement de la RDC et de sa population.

La Pros.

 

 

Pin It

Statistiques

20268868
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9289
15855
25144
20149509
213788
417873
20268868

Your IP: 3.81.172.77
2022-01-17 15:50

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg