Flash

BAN2

 

*Dans le contexte politique congolais plein d’ondulations, Adolphe Muzito Fumutshi  est de ceux qui sont décidés à  ne pas souscrire au culte du silence. C’est par une déclaration politique, sous le label du Nouvel Elan, parti politique dont il est initiateur, qu’il a  fait entendre son  de cloche sur la situation politique de la RDC. Il réitère sa proposition du 16 novembre 2021 invitant les Forces Sociales et Politiques à trouver un consensus sur un projet de révision de la Loi relative à la CENI en vue de sa dépolitisation. Il appelle également  à la multiplication des actions de rue et à l’intensification des pressions diplomatiques en vue d’obtenir gain de cause de la part du régime au pouvoir de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. « Nouvel Elan considère que l’autorisation accordée,  par le Gouvernement,  aux troupes ougandaises d’entrer dans le Territoire national, soi-disant pour traquer les rebelles de l’Ouganda, traduit le déficit de souveraineté de notre pays, en ce qui concerne sa capacité de défense et sécurité du Territoire. Cette souveraineté ne pourrait être restaurée que par des institutions légitimes », conclut-il,  dans cette même  déclaration politique, telle publiée, in extenso,  dans cette édition.

NOUVEL ELAN

DECLARATION POLITIQUE

A la suite de sa réunion de ce dimanche 28 novembre 2021, la Direction politique de Nouvel Elan fait la déclaration suivante :

  1. Nouvel Elan réitère la proposition de son Initiateur du 16 novembre 2021 invitant les Forces Sociales et Politiques à trouver un consensus sur un projet de révision de la Loi relative à la CENI en vue de sa dépolitisation.
  2. Il les encourage à multiplier les actions de rue et à intensifier les pressions diplomatiques en vue de contraindre le Régime à choisir entre le consensus sur les réformes électorales à réaliser et l’insurrection pacifique du peuple.
  3. Nouvel Elan constate une volonté délibérée du Régime Tshisekedi d’entretenir la confusion entre, d’une part, les confits ou divergences qui l’opposent à l’Eglise (CENCO et ECC) relatifs aux revendications de Celle-ci, et d’autre part, ceux qui l’opposent au Peuple, concernant sa souveraineté, laquelle passe par des élections transparentes, gage de la vérité des urnes ; élections susceptibles de mettre fin à l’illégitimité des institutions de notre pays, perpétuée par le chaos électoral de décembre 2018.

Pour Nouvel Elan, une entente éventuelle entre le Gouvernement et la hiérarchie de l’Eglise sur quelques désidératas exprimés par cette dernière, laisserait encore entier le problème lié à la souveraineté du Peuple (de ses fidèles et laïcs), à son devenir et à son destin. Elle ne suffira pas pour l’amener à abandonner sa lutte pour l’autodétermination ; qui passe par une CENI non politisée.

  1. Ainsi donc pour Nouvel Elan, la lutte du peuple pour sa souveraineté ne prendra fin que quand celui-ci aura à la tête du pays, des dirigeants choisis par lui, d’une manière transparente, libre et démocratique, dans la paix et la cohésion nationale.
  2. Nouvel Elan considère que l’autorisation accordée par le Gouvernement aux troupes ougandaises d’entrer dans le territoire national, soi-disant pour traquer les rebelles de l’Ouganda, traduit le déficit de souveraineté de notre pays, en ce qui concerne sa capacité de défense et sécurité du territoire. Cette souveraineté ne pourrait être restaurée que par des institutions légitimes.

Mwinda !

Epela !

Fait à Kinshasa, le 28/11/2021

Pour la Direction politique de Nouvel Elan,

Adolphe MUZITO FUMUTSHI

Initiateur du Parti

Pin It

Statistiques

20268695
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9116
15855
24971
20149509
213615
417873
20268695

Your IP: 41.243.28.51
2022-01-17 15:34

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg