Flash

BAN2

 

Tous, à l’unisson, ont boycotté la plénière du lundi 1er novembre récent, à l’Assemblée nationale, consacrée à la 11ème prorogation de l’état de siège. Ils se disent indignés de constater que plusieurs mois après la proclamation de cette mesure d’exception au Nord-Kivu et en Ituri par le Président Félix Tshisekedi, les groupes armés et groupes rebelles opèrent en force et continuent de massacrer les populations dans ces deux provinces situées à l’Est de la République Démocratique du Congo. Eux, ce sont les Députés nationaux et Sénateurs du Nord-Kivu, de l’Ituri et d’autres provinces du pays. A travers une déclaration publiée lundi 1er novembre 2021, ces parlementaires exigent des Honorables Modeste Bahati Lukwebo et Christophe Mboso, respectivement Président du Sénat et Président  de L’Assemblée nationale, l’organisation d’une rencontre ‘’des vérités’’ autour du Chef de l’Etat pour des solutions efficaces aux problèmes de toutes les deux provinces sous état de siège. En cas de rejet de leur appel, ils promettent de ne plus participer à toute prorogation. Dans l’entretemps, précise la déclaration, ils suspendent jusqu’à nouvel ordre leur participation aux plénières que convoquent les deux chambres du Parlement pour l’adoption de la Loi portant prorogation de l’Etat de siège au Nord-Kivu et en Ituri.

«Unis par le sort, les parlementaires de l’Ituri, Nord-Kivu et ceux d’autres provinces se sont réunis ce lundi, 01 novembre 2021, au Palais du peuple pour examiner la précarité de la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu en plein régime exceptionnel. Après débat et analyse approfondie, les participants ont constaté avec regret et déception que la situation sécuritaire de ces deux provinces s’est détériorée davantage pendant l’état de siège en cours», déplorent les parlementaires de l’Ituri, Nord-Kivu et d’autres provinces. Au regard de la persistance de cette situation, ils exigent la démission pure et simple des Gouverneurs militaires et de Gilbert Kabanda, Ministre de la Défense nationale et des Anciens Combattants qui, d’après eux, a prouvé suffisamment ses limites. Dans leur déclaration évoquée ci-haut, ces représentants du peuple dénoncent la persistance de l’activisme des groupes armés locaux étrangers au Nord-Kivu et en Ituri, les tueries quasi permanente de la population civils dans leurs villages, le pillage des biens, l’incendie des maisons et des infrastructures sociales de base, le déplacement massif de la population dans tous les sens, l’occupation facile des entités par les groupes armés locaux et étrangers ainsi que le massacre et pillage de bétails par les groupes armés.

«Etant préoccupés par ces souffrances extrêmes de nos populations, nous n’avons cessé d’entreprendre plusieurs démarches institutionnelles notamment, les audiences suivies de dépôt des memos, cahiers des charges, déclarations, descentes sur terrain, travaux en commissions parlementaires et adoption des résolutions pertinentes pour recadrer la marche de l’état de siège et des contacts téléphoniques personnels avec différentes autorités concernés, etc. Malheureusement, toutes ces démarches n’ont pas toujours été suivies des mesures appropriées de nature à améliorer la situation sécuritaire dans les deux provinces sous état de siège», font savoir les parlementaires du Nord-Kivu, Ituri et consorts. Alors, enfin, ils se disent disponibles pour tout échange, avec quiconque, pour le rétablissement de la sécurité à l’Est du pays.

La Pros.

Pin It

Statistiques

19697895
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11309
11642
101123
19512626
60688
417380
19697895

Your IP: 207.46.13.50
2021-12-05 22:41

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg