Flash

BAN2

 

Lancé le mardi 19 octobre, l'atelier sur le processus de la mise en œuvre des recommandations du 3ème  cycle de l'examen périodique Universel (EPU), organisé par  l'organisation non Gouvernementale Suisse UPR.info,  en partenariat avec le Centre Carter,  a vécu.  Lors de sa clôture,  ce mercredi 20 Octobre 2021, les participants ont témoigné leurs reconnaissances en martelant sur des recommandations qui seront suivies à la ligne. 

Pour sa part, Astrid Tambwe, Activiste des droits humains et défenseuse des droits des femmes et des enfants, faisant partie du groupe droit économique et sociaux culturel et droit de la femme a épinglé les points saillants mis en évidence lors du dispatching en groupe.

'' En grande partie, la femme dans notre société vit dans la précarité. Pour  ce qui est de sa participation à la prise des décisions, la femme est faiblement représentée. Raison pour laquelle nous avons effectué des analyses qui nous ont permis d'identifier des indicateurs et avons proposé des pistes de solutions'', a-t-elle fait savoir.

Elle n'a pas manqué d'indiquer, par ailleurs,  que la loi électorale contient des dispositions qui sont contradictoires et qui réduisent la participation de la femme à la vie politique et Publique du fait que dès l'établissement des listes par les partis politiques, la femme est déjà désavantageux. 

''En matière des droits économiques et sociaux culturels la femme se donne plus dans le domaine informel sans protection sociale. Alors qu'elle a droit au travail décent, à l'accès aux ressources ou autres. Nous avons donc formulé deux recommandations, notamment l'adoption de certaines lois et mettre en application celles qui ont déjà été adoptées.'', a conclu Astrid Tambwe.

Représentant toutes les provinces, les autres membres de la société civile venu de l'intérieur du pays, dont Dismas Kitenge, Président du groupe Lotus et ancien Vice-président de la Fédération Internationale de la ligue des droits de l'homme basée à Paris, résidant à Kisangani, s'est dit satisfait d'avoir répondu à l'invitation du Centre Carter car il a été initié sur ces deux jours sur la formulation des indicateurs de suivi concret basé sur les choix stratégiques de recommandations qui devraient être mises en œuvre par la RDC. 

Droits civils et politiques, droits économiques et sociaux culturels, droits liés aux personnes vulnérables, femmes, enfants ou personnes vulnérables ou sur les questions liées à d'autres thématiques. 

Ces recommandations visent l'amélioration de la situation des droits de l'homme en République démocratique du Congo. Les organisateurs ont lancé un appel lors de l'ouverture demandant de ne toujours pas attendre la fin du cycle pour dénoncer les violations des droits de l'homme. A cet effet, pour les acteurs de la société civile, l'examen périodique universel constitue un dialogue continu entre tous les acteurs impliqués dans un pays pour la promotion et la protection des droits humains.

Joséphine Mawete

 

Pin It

Statistiques

19698525
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11939
11642
101753
19512626
61318
417380
19698525

Your IP: 40.77.167.5
2021-12-05 23:58

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg