Flash

BAN2

 

L’actuel Président de la République et Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, est donc favori à remporter les prochaines joutes électorales avec 32% des voix, laissant à la traîne Moïse Katumbi Chapwe, Martin Fayulu Madidi et Jean-Pierre Bemba Gombo. Considérés, pour certains, comme des potentiels candidats et grands gabarits qui tenteront de se hisser au strapontin du pouvoir, ces acteurs politiques se partageraient respectivement, 16%, 13% et 12% des intentions de vote de la population congolaise. C’est ce que révèle le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) ainsi que le Bureau d’études, de recherche et de consulting international (BERCI), dans un rapport sondage d’octobre 2021, dont le titre en tête d’affiche se nomme : ‘’La RDC face à la démobilisation politique. Perte de confiance et risque d’une abstention élevée’’. Toutefois, ont-ils précisé, cette étude réalisée, deux ans avant les scrutins, ne sert qu’à donner une idée approximative de la popularité comparative.

Ce qui justifiera sa victoire…

Les deux organisations productrices de ce sondage préconisent que si Félix Tshisekedi reste en tête, c’est parce que le peuple congolais lui réitère visiblement sa confiance. Ce choix, cette confiance et cette volonté de le soutenir se fondent, entre autres, sur le fameux déboulonnage du système Kabila, la rupture de la coalition FCC-CACH et la désignation d’un nouveau gouvernement issu de la nouvelle majorité (Union Sacrée de la Nation) qui, depuis son investiture le 26 avril 2021 au Parlement, s’est lancé dans la mise en œuvre effective d’un Programme de gouvernance ambitieux.

Et ce n’est pas tout ! Le GEC et le BERCI affirment encore que la décision portant gratuité de l’enseignement, saluée par tous et en cours d’amélioration, la lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics renforcée et les indicateurs macroéconomiques au vert enfoncent le ‘’poignard dans la plaie’’ du favori Fatshi.

Bien sûr, complètent-elles, il faudrait y associer les moyens dégagés dans la riposte contre la pandémie à Covid-19, gérée efficacement dont la conséquence irréductible est la réduction du taux de létalité, l’ouverture de l’espace public notamment, par le retour des exilés politiques, la volonté ferme et clairement exprimée par la constitution des provisions financières pour la tenue des élections dans le délai constitutionnel sont autant des facteurs qui alimentent le nouveau narratif sur la RD. Congo.

CENI : contourner le pire qui profile à l’horizon

Cependant, constatent le GEC et BERCI, les différents acteurs politiques de l’Opposition et les Confessions Religieuses ne parviennent pas, depuis plus d’un an, à s’accorder sur les animateurs de la Commission Electorale. Hier l’on parlait de Ronsard Malonda, décalé au temps du règne de Mabunda par le même Félix Tshisekedi. Aujourd’hui, c’est désormais Denis Kadima Kazadi, choix porté par six de huit composantes des Confessions Religieuses, entériné par l’Assemblée Nationale samedi 16 octobre 2021.

Dans leur sondage, les deux organisations émettent leurs inquiétudes face à toutes les péripéties autour de l’installation du nouveau bureau de la CENI, censée plus qu’urgemment d’actionner le processus électoral dont les exigences restent les mêmes : transparence, crédibilité, liberté, vérité des urnes. Ce retard préjudiciable laisse planer en la population, elle aussi, des sérieuses inquiétudes sur la tenue des élections en 2023. Mais, donne positive pour l’instant, ‘’44 % des répondants sont plutôt confiants et estiment que ces scrutins se tiendront bien dans les délais, contre 37 % qui pensent le contraire’’, soutient, enfin,  ce même rapport sondage.

John Noyi

Résumé

Ce sondage national réalisé par le Bureau d'études, de recherche et consulting international (Berci) et le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) visait à évaluer le sentiment populaire six mois après la nomination du Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde. L'investiture du gouvernement de ce dernier a constitué un tournant déci­sif, car elle a consolidé la rupture entre le Président Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, son ancien allié.

L’enquête a été réalisée également en perspective de la nouvelle session parlementaire, au cours de laquelle les priorités budgétaires pour 2022 seront fixées. Parmi les autres points critiques de l'agenda politique figurent la désignation des membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui préparera et organisera l’élection présidentielle et les législatives de 2023, ainsi que la lutte contre le Covid-19. Notre sondage s'est aussi intéressé à la perception de l'état de siège, instauré début mai 2021 pour faire face aux violences en cours dans l'est du pays.

Nos principales conclusions sont les suivantes :

  • Par rapport au gouvernement précédent, Tshisekedi et Sama Lukonde sont tous deux relativement populaires, environ la moitié des personnes interrogées ayant une opinion positive du président de la République et de son Premier ministre, mais aussi de la direction prise par le pays.
  • Cependant, la méfiance semble s'installer : la popularité de tous les dirigeants, y compris Tshisekedi, Sama Lukonde et la plupart des figures de l'opposition, a baissé de manière significative au cours des six derniers mois. Cette perte de confiance dans les politiques est également visible en ce qui concerne les élections : seuls 40 % des sondés ont déclaré avoir l'intention de voter en 2023, contre 95 % en novembre 2017 et 97% en décembre 2018.

En revanche, l'état de siège reste populaire, avec 63% des personnes interrogées qui pensent que cette mesure exceptionnelle est une bonne chose. L’état de siège reste toutefois moins populaire dans l'est du pays. Là-bas, 66 % des répondants estiment que la situation sécuritaire s’est globalement dégradée depuis l’avènement du nouveau gouvernement.

Désengagement politique

Dans la lutte pour le pouvoir politique, Félix Tshisekedi a pris le dessus, bien qu'à la tête d'une coalition fracturée et fragile. Après avoir rompu avec le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila fin 2020, le chef de l’État a pris le contrôle du Parlement par le biais de sa coalition politique, Union Sacrée de la Na­tion (USN). Un gouvernement USN, dirigé par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, a alors été investi le 26 avril. Il s'agit du premier sondage d'opinion Berci/GEC depuis l’installation de la nouvelle équipe gouvernementale.

Six mois après l’investiture de ce nouveau gouvernement, 51% des personnes interrogées pensent que le pays va dans la bonne direction. Ce score est stable depuis l’ar­rivée de Tshisekedi au pouvoir, alors qu’une écrasante majorité des répondants estimaient que la RDC prenait une mauvaise direction pendant les dernières années du gouvernement Kabila. Le travail du gouvernement Sama Lukonde est plus apprécié dans le secteur de la justice, où 53 % des personnes interrogées se disent satisfaites. Suivent l'éducation, la liberté d'expression et les droits civils. Les personnes interrogées sont en revanche moins satisfaites de l'accès à l'eau et à l'électricité, où seulement 27 % ont des opinions favorables de l’action du gouver­nement dans ces secteurs.

Ces six derniers mois, la popularité du Premier ministre a considérablement chuté, passant de 66 à 48 %. Ce chiffre est probablement lié à la fin de sa période de grâce autant qu'il est une indication des actions de son gouvernement. Le Premier ministre est cependant nettement plus populaire que son prédécesseur Sylvestre Ilunga Ilunkamba, qui a quitté la primature avec 9 % d'opinions favorables en mars 2021. Sama Lukonde reste même plus popu­laire que n'importe quel autre politicien, à l’exception de

Tshisekedi. Ce dernier est également confronté à une baisse importante de sa popularité depuis 18 mois : en mars 2020, 67% des personnes interrogées avaient une bonne opinion du chef de l’État; en septembre 2021, ce score est tombé désormais à 48 %.

Autre point positif : l'appel du Premier ministre à réduire les dépenses de l'État a été massivement salué. Lorsqu'on leur a demandé quelles institutions devraient être plus économes, la grande majorité (80 %) des personnes interrogées ont ciblé la présidence et le parlement, qui sont générale­ment considérés comme ayant des budgets pléthoriques.

Ce déclin prévaut dans tout le spectre politique, ce qui est sans doute le signe d'un cynisme rampant à l'égard de la politique, deux ans et demi après la première alternance politique du pays par les urnes.

Même Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, qui sont partenaires de la coalition de Tshisekedi mais qui sont aussi considérés comme des con­currents probables à la présidentielle de 2023, ont vu leur cote de popularité baisser au cours des six derniers mois, passant respectivement de 61 à 46 % et de 49 à 40 %. Mar­tin Fayulu, le principal leader de l'opposition à l'heure ac­tuelle, est, lui, resté relativement stable, avec 44 % d’opinions favorables. Seul Kabila effectue un bond en avant et améliore son score, passant d'un maigre 15 % à 25 % en septembre 2021, peut-être lié au fait qu’il n’est plus perçu comme seul responsable pour les défis auxquels la popula­tion fait face.

Si les élections avaient lieu aujourd'hui, notre sondage suggère que Tshisekedi l’emporterait avec 32 % des voix. Katumbi, Fayulu et Bemba sont loin derrière, avec respec­tivement 16 %, 13 % et 12% des intentions de vote. Cette étude réalisée deux ans avant les scrutins ne peut ser­vir qu'à donner une idée approximative de la popularité comparative.

Une population politiquement démobilisée

Notre sondage révèle une population largement démo­bilisée. Seuls 40 % des personnes interrogées affirment qu’elles iraient voter si les élections étaient organisées demain, contre 67 % en mars 2021, soit une baisse de 27 %.

Les différentes controverses autour de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) semblent avoir renforcé ces velléités d’abstinence. Cette démobilisation s’observe aussi dans la participation politique de la population. Seuls 25,6 % des répondants disent avoir participé à une activité d’un parti politique au cours de l’année écoulée. Une faible participation politique qui contraste avec leur identification à un parti politique : dans le sondage mené en mars 2021 par Berci et le GEC par exemple, 69 % des personnes interrogées disaient être affiliées à un parti politique.

L’opinion générale de la population sur les partis poli­tiques est partagée : 43 % des sondés estiment que les partis politiques ne sont que des moyens pour obtenir du pouvoir et de l’argent, contre 45 % qui pensent que ces formations politiques permettent à leur voix d’être entendue et à la démocratie de fonctionner.

Un risque de glissement si la mise en place de la Ceni traîne

Les élections à venir se tiendront-elles dans les délais constitutionnels, soit d’ici fin 2023 ? Depuis plus d’un an, les différents acteurs politiques et de la société civile n’arrivent pas à s’accorder sur les animateurs de la com­mission électorale. Ce qui fait craindre aux confessions religieuses, à l’opposition et à la majorité parlementaire un risque de glissement. Mais 44 % des répondants sont plutôt confiants et estiment que ces scrutins se tiendront bien dans les délais, contre 37 % qui pensent le contraire.

Des retards dans l’organisation des élections de 2023 ne sont toutefois pas à exclure. Plusieurs contraintes pouvant conduire le pays dans cette situation sont pointées : la mise en place tardive de la Ceni pour 19,82 % des sondés, le financement des élections (18,24 %), la révision du fichier électoral (10 %), le manque de volonté politique (5,24 %).

Le manque de consensus dans la désignation du président de la Ceni constitue le grand blocage du processus actuel. D’une part, la Conférence épiscopale nationale du Con­go (CENCO) et l’Église du Christ au Congo (ECC) estiment que Denis Kadima, candidat désigné par les six autres confessions religieuses, souffre d’un déficit de neutralité

puisqu’il serait proche du président de la République. Cette position est partagée par 53 % des sondés, contre 38,7 %.

D’autre part, certains partis représentés au Parlement re­fusent de désigner leur représentant au sein de la future commission électorale. Dans leurs communiqués respec­tifs, ces organisations politiques exigent un large consen­sus avant toute mise en place des animateurs de la Ceni. La majorité des répondants trouvent raisonnable que la coalition Lamuka, aile de Fayulu (à 58,63 %), et Ensemble pour la République (59,91 %) de Katumbi prennent cette position. Mais ils sont 54 % à juger pas raisonnable que le FCC défende aujourd’hui la même ligne. Une illustration supplémentaire de l'impopularité persistante de la plate­forme politique fidèle à Kabila au sein de l’opinion publique.

Etat de siège populaire, mais sans amélioration

Face à la recrudescence de l’insécurité dans l’est du pays depuis le début de son mandat, le président Félix Tshise­kedi a proclamé, à compter du 6 mai 2021, un état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, qui est toujours en vigueur aujourd’hui. Cette mesure embléma­tique en matière sécuritaire est toujours plébiscitée qua­tre mois plus tard : 63% des personnes interrogées es­timent que l’état de siège est une bonne chose. Et une majorité des sondés (53%) pense même que cette me­sure conduira à l’éradication totale des groupes armés dans l’Est.

Dans le même temps, l’inquiétude des sondés sur leur sécurité personnelle au quotidien a baissé. La propor­tion des sondés qui s’estiment en insécurité lorsqu’elles marchent seules, la nuit ou tôt le matin, dans leur quartier ou leur village est passée de 49 % en mars à 29 % en septembre. Cette évolution est néanmoins beaucoup moins marquée pour les habitants des provinces de l’Itu­ri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu : 44 % se sentent toujours en insécurité dans ce contexte.

En réalité, tout en plébiscitant l’état de siège, les sondés sont réservés quant à son efficacité jusque-là : 47 % des personnes interrogées estiment que l’état de siège a amélioré la situation, 31% la jugent inchangée et 11% es­timent que l’état de siège a détérioré la situation.

L’appréciation est beaucoup moins positive si l’on se con­centre sur les habitants des trois provinces en conflit : chez ces derniers, une légère majorité estime que l’état de siège n’a rien changé (30 %) ou a détérioré la situation sécuritaire (22 %). Et une minorité d’entre eux (43 %) es­timent que l’état de siège conduira à l’éradication totale des groupes armés.

L’écart visible entre l’Est et le reste du pays

L’écart entre la population de l’Est et la population générale est en réalité visible à l’égard de toutes les insti­tutions chargées de la sécurité : 66 % des personnes rési­dant au Nord-Kivu, au Sud-Kivu ou en Ituri estiment que la situation sécuritaire s’est globalement dégradée dans l’Est sous l’action du gouvernement de Sama Lukonde (56 % des sondés en général) ; 57 % d’entre eux n’ont pas con­fiance en la Police nationale congolaise (53 % des sondés en général) ; les FARDC suscitent de la méfiance chez 51 % d’entre eux (contre 42 % dans la population générale). Seuls 39 % des habitants des trois provinces font confiance au gouvernement central pour assurer leur sécu­rité (contre 50 % en général) et les gouvernements pro­vinciaux font encore moins bien : seuls 36 % des habitants de l’Est leur font confiance (contre 44 % au plan national).

Une prolongation de l’état de siège dans la durée donc d’aggraver la méfiance entre les populations des provinc­es concernées et le gouvernement central.

Des opinions défavorables au sujet des voisins de l'Est

Le jugement à l’égard des voisins de l’Est n’est en re­vanche pas très différent selon que l’on vit dans la partie orientale du pays ou non. Les sondés ont une opinion ma­joritairement défavorable de tous les pays voisins de l’Est de la RDC testés : à 61 % d’opinions défavorables pour le Rwanda, 56 % pour le Burundi et 55 % pour l’Ouganda. Toute stratégie sécuritaire accroissant l’influence de ces pays en RDC court ainsi le risque d’être impopulaire.

Les sondés estiment par ailleurs que les poursuites contre les cadres sécuritaires de l’ancien président Joseph Kabila sont justifiées : à 65 % dans le cas de John Numbi et à

58 % dans celui de Kalev Mutond.

La popularité de la Monusco a pour sa part gagné qua­tre points par rapport à mars, avec 51 % d’opinions favorables. Mais elle reste très basse comparée à mars 2019 (elle était alors de 70 %) et elle reste minoritaire dans les provinces de l'est de la RDC (seuls 45 % de ses habitants en ont une opinion favorable).

Parlement ou intérêts personnels d’abord

À la chambre basse du Parlement, c’est par un aveu d’échec du bout des lèvres que Christophe Mboso a clôturé la longue session ordinaire de mars et ouvert, le même jour, celle de septembre 2021. « J’avais annoncé que l’Assemblée nationale accorderait la priorité aux lois en rapport les élections et la Ceni. Actuellement, nous avons l’obligation d’élever cette priorité au rang d'ur­gence », a-t-il préconisé. Et pour cause ? Le président de l’Assemblée nationale avait promis « le temps des réformes », surtout électorales, mais à l’arrivée, ce 15 septembre-là, seule une proposition de loi ayant trait aux élections sur au moins cinq a été examinée et adoptée¹. Au total, les députés n'ont voté que trois propositions de loi sur 33 déposées.

Quelle était alors leur priorité ? Si le bureau de l’Assem­blée nationale essaie de mettre ce résultat mitigé sur le compte des « effets pervers » du changement de la Ma­jorité parlementaire, 71 % des Congolais sondés estiment plutôt que des élus travaillent pour leurs propres intérêts.

Cette mauvaise perception des élus pourrait être due à la succession des controverses depuis le début de la troisième législature, en 2019. Il y a eu entre autres la polémique suscitée par le débat autour de l’augmentation du salaire des députés, le monnayage des votes et, plus récemment, l’affaire dite de l’achat des 500 jeeps Palisade pour les députés.

Ce qui fait dire à 27 % des répondants que le Parlement, c’est-à-dire l’Assemblée nationale et le Sénat, représente l’institution la plus corrompue du pays devant le gouvernement (11,60 %), les cours et tribu­naux (9,40 %), l’armée, la police et les services de santé

(8,80 %) et la présidence de la République (8,60 %).

La réduction du train de vie des institutions plébiscitée

Il n’est donc pas surprenant que plus de 73 % des sondés estiment qu’il est très urgent et/ou urgent de réduire le train de vie des institutions du pays, en commençant par celui du Parlement (45 %) et du président de la Répub­lique (34 %). Ils sont ainsi nombreux à souhaiter voir des fonds éventuellement déduits des dépenses des institu­tions être affectés à la création d’emplois (38 %), à l’édu­cation (19 %), à la protection sociale (14 %), à la sécurité (11 %) et à la santé (9 %).

Seront-ils entendus au cours de la session budgétaire ouverte à l’Assemblée nationale ? Sama Lukonde a en effet déposé, le 14 septembre, dans le délai con­stitutionnel, des prévisions de quelque 10 milliards de dollars américains pour 2022, soit un taux d’ac­croissement de 41,5 % par rapport à 2021. Selon le Premier ministre, à travers ce budget, son gouver­nement voudrait accorder la priorité à la sécurité, à l’éducation, à la santé, aux opérations de recense­ment et d'identification de la population et à l’orga­nisation des élections. Mais la majorité des sondés estiment que la plupart des allocations budgétaires dans des secteurs clés de la vie nationale sont encore insuffisantes. L’exécutif prévoit par exemple 11 % du budget pour la santé ; 62 % des sondés demandent aux députés de revoir cette quotité à la hausse. Il est de même de 21,61 % alloués à l’éducation, de 6,65 % aux services de l’ordre et de la sécurité publics ou de 4,36 % à la défense. En revanche, il ne se dégage pas un avis tranché sur les parts du budget réservées à l’agriculture (2 %) et à la protection sociale (2,14 %).

Au-delà des arbitrages budgétaires, au cours de cette session ordinaire de septembre, l’Assemblée nationale sera également attendue sur la question délicate de l'entérinement des membres de la future Ceni. Une commission dite paritaire mais décriée a été mise en place pour examiner et valider les candi­datures proposées par les composantes. À ce sujet, le positionnement des Congolais interrogés paraît ambivalent. La majorité d’entre eux qualifie la démarche de bonne chose (53,59 %) et, en même temps, se dit d’accord avec la position de l’ECC et la CENCO rejetant la désignation controversée de Denis Kabima comme président de la Ceni, comme expliqué plus haut.

Lutte contre la corruption, gouver­nement inefficace

Depuis son arrivée au pouvoir en 2018, Tshisekedi a fait de la lutte contre la corruption un des piliers de son pro­gramme. Le chef de l’État a créé l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption, des poursuites contre plu­sieurs personnalités accusées de corruption et de détour­nements des deniers publiques ont été engagées. Sous Tshisekedi, l’Inspection générale des finances (IGF) a été également redynamisée, notamment avec la nomination de Jules Alingete à sa tête. Depuis, ce dernier a entre­pris plusieurs enquêtes dans différentes entreprises pu-

bliques. L’inspecteur en chef des finances s’en sort avec 47 % d’opinions favorables, contre 34 %.

En revanche, notre sondage laisse transparaître une opinion très critique envers la politique gouvernementale de lutte contre la corruption. Plus

62 % des répondants estiment que le gouverne­ment Sama Lukonde n’agit pas de manière efficace dans ce domaine et près de près de 65 % indiquent que le niveau de corruption n’a pas changé ou a empiré pendant les six derniers mois.

Tout n’est cependant pas sombre. Plus de 68 % des répondants estiment en effet que les gens ordinai­res peuvent changer la donne dans la lutte contre la corruption. Ce qui pourrait encourager les dif­férentes organisations travaillant sur la bonne gou­vernance.

Un bilan négatif pour les 100 premiers jours

Si le Premier ministre bénéficie des opinions favorables, 52 % des sondés considèrent toutefois que le bilan des 100 premiers jours de son gouvernement, en matière de lutte contre la corruption, est négatif, contre 43 %.

Aussi 56% des Congolais interrogés jugent-ils néga­tive ou totalement négative la gestion des deniers publiques pendants les 100 premiers jours du gou­vernement Sama Lukonde. Et ce, malgré les progrès annoncés notamment par Nicolas Kazadi, le minis­tre des Finances. Le Fonds monétaire international a conclu un programme d’1,5 milliard de dollars avec le gouvernement, ce dernier s’engageant à procéder à des réformes économiques structurelles et à plus de transparence dans la gestion des finances publiques.

Lutte contre le Covid-19, popula­tion sceptique

Bien qu'il soit difficile de connaître le nombre exact d'in­fections et de décès, en raison de l'absence de tests bon marché, environ un tiers (32 %) des personnes interrogées dit connaître quelqu'un qui a été atteint de Covid-19.

Pourtant, 54,5 % des personnes interrogées maintien­nent qu'elles ne se feront pas vacciner ; leurs raisons se répartissent à peu près également entre le doute sur l'ef­ficacité du vaccin et les craintes d'effets secondaires.

Note méthodologique

Ce rapport est basé sur deux sondages Berci-GEC de la rentrée parlementaire réalisés en septembre 2021 en deux phases :

  • Le premier sondage s’est déroulé du 1er au 3 septembre 2021, auprès d’un échantillon de 2 213 sur 2 258 personnes interrogées répartis dans 25 des 26 provinces de la République démocratique du Congo.
  • Le deuxième sondage qui reprenait uniquement les questions liées aux intentions de votes pour les prochaines échéances électorales, s’est déroulé du 8 au 14 septembre 2021 auprès d’un échantillon de 904 sur 1 721 personnes interrogées, réparties dans 25 des 26 provinces de la RDC, âgées de plus de 18 ans.

Les données ainsi obtenues ont été pondérées en fonction du sexe, du milieu urbain-rural, de la localisation géographique des répondants et de la province d’origine, en fonction de la distribution géographique des données de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), et des données démographiques de l’Institut national de la statistique (INS). Pour la plupart des variables, il n’y a pas de différences significatives entre les données pondérées et les données brutes, excepté pour les questions liées aux intentions de vote et, dans une moin­dre mesure, aux préférences politiques et opinions sur les leaders des partis politiques, ainsi que les opinions sur les pays et/ou institutions opérant en RDC.

Soixante-sept enquêteurs et six contrôleurs formés en interne dans les techniques d’enquête dite - Computer Assisted Telephone Interview (CATI) pour la première enquête, et 20 enquê­teurs supervisés par deux contrôleurs pour la deuxième enquête, ont effectué les interviews téléphoniques et la supervision des deux enquêtes.

Les pourcentages présentés sont arrondis au chiffre près, ce qui pourrait, une fois additionnés, totaliser parfois plus ou parfois moins de 100%. Notre marge d’erreur est de +/- 3% pour les deux sondages.

Fondation Berci : créé en 1990, le Bureau d’études, de recherche, et de consul-

ting international (Berci) est une société à responsabilité limitée dédiée à la mise en oeuvre des projets de recherche et d’évaluation pour améliorer la prise des décisions fondées sur des données factuelles en RDC. Premier Institut de sondage congolais, les activités de recherche de Berci sont centrées sur des thématiques liées au développe­ment, à la bonne gouvernance, au renforcement de l’État et à la consolidation de la paix.

Le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) a été fondé en 2015 afin de promouvoir une recherche rigoureuse et indépendante sur la violence qui affecte des millions de Con­golais. Cela nécessite une approche large. Pour nous, les racines de cette violence se trouvent dans une histoire de gouvernance prédatrice qui remonte à la période colo­niale et qui relie les versants des collines du Kivu aux intrigues politiques et à la corrup­tion à Kinshasa, ainsi que dans les capitales d'Europe, de Chine et d'Amérique du Nord. Aujourd'hui, les recherches du GEC visent à expliquer à un large public les interactions complexes entre la politique, la violence et l'économie politique au Congo.

L’ensemble de nos publications, blogs et podcasts sont disponibles sur les sites suivants : www.congoresearchgroup.org.

 

Pin It

Statistiques

19730753
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
6018
13972
44167
19596772
93546
417380
19730753

Your IP: 66.249.65.27
2021-12-08 09:45

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg