Flash

BAN2

 

‘‘Rien ne pourra passer sans consensus’’. Après les deux groupes parlementaires proches de Ensemble, parti politique de Moïse Katumbi, c’est le tour du groupe parlementaire du Front Commun pour le Congo de s’inviter à la danse. Dans un communiqué signé en date du 15 octobre 2021, le groupe parlementaire du Front Commun pour le Congo hausse le ton. Ces députés disent NON à tout assujettissement de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI); suite au défaut de consensus au sein de la Sous-composante Confessions religieuses de la Composante Société civile; et, l'absence des signatures du PV de désignation par le Présidium de la susdite Sous-composante de la Société civile constitué de la CENCO (Président) et de l'ECC (Vice-président). (Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration)

DECLARATION POLITIQUE

Nous, Députés Nationaux, Membres des groupes parlementaires du Front Commun pour le Congo, FCC en sigle,

Ayant à l'esprit les prescrits de la constitution, les lois de la République démocratique du Congo, du Règlement intérieur de l'Assemblée Nationale et du contenu de la lettre du Président de la République, Chef de l'Etat, adressée à l'Assemblée nationale et portant refus d'entériner la désignation d'un Candidat Président de la CENI pour défaut de consensus et absence de signature du Président et du Vice-président de la Sous-composante Confessions religieuses de la Composante Société civile, en l'occurrence la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) et de l'Eglise du Christ au Congo (ECC);

Considérant diverses alertes dénonçant la barbarie caractérisant le processus de désignation des animateurs de la CENI notamment l'institution irrégulière d'une commission paritaire en violation des dispositions pertinentes de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI et du Règlement intérieur de l'Assemblée Nationale qui voudraient notamment que «... la présidence d'une Commission permanente ne peut être cumulée avec la présidence du Comité des sages, d'une Commission spéciale et temporaire, d'une Commission de contrôle, d'un Groupe parlementaire ou d'une Sous-commission (Article 53 in fin du Règlement intérieur de l'Assemblée Nationale);

Considérant l'indifférence du Président du Bureau de l'Assemblée Nationale à s'affranchir de ses irrégularités tant décriées et entachant des règles et usages parlementaires en encourageant la composition monolithique d'une Commission paritaire ainsi que la volonté manifeste d'imposer un passage en force dans la désignation des susdits animateurs de la CENI de manière non-consensuelle;

Prenant l'opinion tant nationale qu'internationale à témoin, par la présente déclaration, déclarons :

  1. Notre refus de cautionner la procédure irrégulière et cavalière enclenchée par le Bureau de l'Assemblée Nationale en enfreignant aux prescrits de son règlement intérieur;
  2. Condamnons avec la dernière énergie le comportement anti démocratique, arbitraire et dictatorial d'un Bureau de l'Assemblée nationale au service d'une seule et unique famille politique, brisant tous les efforts et sacrifices en vue de l'instauration d'un véritable Etat de droit, de la cohésion nationale et de tous les espoirs de notre peuple quant à son avenir radieux;
  3. Tout en réaffirmant notre adhésion unanime à nos déclarations antérieures en rapport au processus de désignation des animateurs de la CENI, REITERONS par la présente Déclaration, notre ferme détermination à combattre et à barrer la route, par toutes les voies politiques possibles, la dérive dictatoriale qui s'installe notamment à l'Assemblée nationale.

Aussi, Nous disons NON à tout assujettissement de la Commission électorale nationale et indépendante (CENI);

  1. Rappelons au Président de la République, Chef de l'Etat, ses responsabilités de Garant de la Nation et du bon fonctionnement des Institutions de la République mais aussi son refus d'entériner, dans le même contexte, par sa lettre du 13 juillet 2020 reçue au Cabinet du Président de l'Assemblée nationale en date du 16 juillet 2020 à 12H53', les choix opérés, entre autres d'un candidat Président de la CENI, pour causes notamment:

- De défaut de consensus au sein de la Sous-composante Confessions religieuses de la Composante Société civile; et,

- D'absence des signatures du PV de désignation par le Présidium de la susdite Sous-composante de la Société civile constitué de la CENCO (Président) et de l'ECC (Vice-président);

  1. Demandons au Président de la République, Chef de l'Etat, de ne pas entériner, le cas échéant, la désignation d'un Président de la CENI et des autres animateurs de cette institution, obtenue dans des conditions d'irrégularités manifestes sus-évoquées et d'éviter ainsi à la République démocratique du Congo la rupture des équilibres nécessaires à sa survie, en tant qu'Etat et Nation!

Que vive la démocratie!

Que vive la Nation Congolaise !

Que vive la République !

Fait à Kinshasa, le vendredi 15 octobre 2021

Pin It

Statistiques

19698363
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11777
11642
101591
19512626
61156
417380
19698363

Your IP: 3.81.89.248
2021-12-05 23:43

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg