Flash

BAN2

 

Li Sheng, Directeur général de la Sino-Congolaise des Mines (SICOMINES S.A.), a adressé au chef de l'Etat la lettre portant les références 0156/DG/SCM/2021 du 23 septembre 2021. Il y a exprimé la position de son entreprise par rapport au rapport intérimaire de l'extension congolaise de l'ITIE (Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives), organisation sans but lucratif créée en 2003 et ayant son siège international à Oslo, en Norvège dont le but affiché est d'“évaluer dans quelle mesure les revenus des ressources pétrolières, gazières et minérales d’un pays sont gérés de manière transparente”. SICOMINES réagit au rapport intérimaire d'évaluation de l'ITIE-RDC fortement médiatisé à l'étranger et relayé au pays par les mêmes acteurs. Après avoir relevé son soutien ferme au développement de la RDC au travers du financement des projets d’infrastructures et d'exploitation minière, la SCM se dit surprise d'un rapport qu'elle qualifie d'“inacceptable (...) et basé par des jugements non fondés” et “ gravement dénoué de réalité "...

Deux exemples de la mauvaise foi de l'antenne congolaise de l'ITE

La SCM cite deux exemples. Dans le premier, note-t-elle, ‘’l'ITIE-RDC estime que l'Etude de Faisabilité réalisée par CHINA ENFI approuvée par les gouvernements de deux pays est «inexploitable, partisane, incomplète et inachevée» et prétend que la réserve des ressources est sous-estimée malgré que les chiffres sont obtenus après de nombreuses statistiques professionnelles basées sur une grande quantité des données de forage et sondage qui sont acquis par les travaux conjoints des experts de deux pays’’.

Elle fait plutôt observer que l'extension congolaise de l'ITIE ‘’ne dispose pas de capacités professionnelles suffisantes pour évaluer les notions hautement professionnelles telles que la réserve des ressources et l'étude de faisabilité, sans parler de porter des jugements sans enquête approfondie et dans un laps de temps aussi court. Ceci démontre l'irresponsabilité’’.

Le second exemple est l'opinion émise par cette antenne après la remise récente à la SICOHYDRO du ‘’Prix entreprise de développement EXCEPTIONNELLE 2021’’ grâce à la contribution de cette entreprise dans le développement du domaine d'énergie de la RDC. ‘’Curieusement, l'ITIE-RDC a demandé de révoquer l'Accord de Joint-venture relatif à l'exploitation d'une Centrale Hydro-électrique à Busanga, voire la dissolution de la SICOHYDRO sur base de faits déformés’’, note SICOMINES qui considère que ‘’Cette conclusion absurde entame sensiblement la crédibilité de l'ITIE-RDC’’.

Aussi, dans sa lettre au Chef de l’Etat, SICOMINES affirme : ‘’En toute sincérité, la plupart des présentations et conclusions dans ce rapport intérimaire fait par l'ITIE-RDC se caractérisent par le manque de fondement factuel. Rédigé sur base d'une ignorance du contexte et de l'exécution réelle de la coopération Sino-Congolaise, le rapport intérimaire de l'ITIE-RDC vise à compromettre la bonne entente qui a toujours régné entre les peuples Chinois et Congolais, en manipulant dangereusement l'opinion publique et en utilisant des interprétations et commentaires malveillants”.

A son avis, ‘’La publication du rapport de l'ITIE-RDC aura un impact négatif sur la réussite de la mise en œuvre de la coopération Sino-Congolaise, contrairement au large consensus atteint lors de la réunion par visioconférence, par Votre Excellence et votre homologue chinois le Président XI Jinping, sur l'approfondissement de la coopération dans divers domaines’’.

Après avoir souligné son rôle en tant qu'acteur de coopération et partenaire du développement suffisamment impliquée dans la construction d'infrastructures en République Démocratique du Congo,  SICOMINES S.A. termine sa correspondance par souligner sa détermination ‘’à mener positivement la production minière afin de fournir de solides garanties pour le financement et le remboursement des infrastructures’’, et sous le leadership du Chef de l'Etat Félix Tshisekedi, ‘’à s'efforcer de réaliser’’ sa vision ‘’du développement économique et d'amélioration du bien-être du peuple’’.

Objectif : “Chercher à opposer la partie chinoise et la partie congolaise

En résumé, dans un mémo en 7 points d'accompagnement, la Direction générale de SICOMINES retient :

- Primo, “Les investisseurs chinois ont amené 4 milliards de dollars d'investissement, projet minier et projet d'infrastructures compris”. Cependant, la partie chinoise a jusqu'à présent peu reçu en retour au motif que la Joint-venture sino-congolaise n'est pas encore entrée dans la phase de grande production minière, contrairement à la partie congolaise qui jouit des infrastructures de base sont les unes déjà opérationnelles, d'autres sont en cours de réalisation ;

- Secundo, le projet sino-congolais est “un projet conjoint. Si le projet se développe bien, les deux parties gagnent. S'il échoue, tout le monde perd ”, sauf celle “qui n'est pas dedans, qui parle à côté”. Elle n'a effectivement rien à perdre ;

- Tertio, le projet SICOMINES S.A. est un projet de développement. “Dans ce projet, les investisseurs chinois prennent tous les risques”, note-t-elle. D'ailleurs, elle révèle qu' “Aucun autre investisseur ne voulait prendre ces risques en acceptant les mêmes conditions de coopération proposées par la partie congolaise pour l'aider à développer ce pays”. Il s'agit du “troc Infrastructures contre Exploitation minière” ;

- Quarto, dans le projet de Busanga, poursuit-elle, “les investisseurs chinois financent la totalité de la construction de la centrale hydroélectrique. Mais, ils mettent quand même 25 % des parts sociales à la disposition des sociétés congolaises dans le but du développement du pays et partenariat gagnant-gagnant ”.

- Quinto, pour SICOMINES S.A., “la construction des projets d'infrastructures et l'exonération totale sont des piliers principaux de ce projet”, l'exonération fiscale n'étant “point liée à la répartition de bénéfices entre les actionnaires”.

- Sexto, réfutant le prétexte du refus de répondre aux préoccupations de l'antenne congolaise de l'ITIE, SICOMINES S.A. confirme avoir reçu dans ses installations une délégation de cette organisation concernant la fourniture des documents et informations.

Elle relève que “Les membres de la délégation étaient contents du travail de SICOMINES”. Mais, elle souligne leur aveu d'impuissance en reconnaissant  “ne pas avoir la maîtrise du rapport final”. SICOMINES S.A. en est évidemment venue à déduire que si elle ne répond pas aux questionnaires, elle sera présentée en non coopérante, tandis que si elle répond, l'antenne congolaise de l'ITIE pourrait “utiliser, interpréter et commenter les documents et informations d'une manière incorrecte”. C'est du reste par cette procédure que cette antenne coince les sociétés d'extraction et manipule l'opinion ;

- Septimo, la SICOMINES S.A. est convaincue que “La personne qui a rédigé ce rapport n'a pas de connaissance de base d'économie et d'expérience de développer un projet. Donc, son interprétation est dans l'ensemble erronée et non crédible”.

Pour faire bref – c'est au point 2 – dans l'entendement de cette entreprise, l'antenne congolaise n'a qu'un objectif : “Chercher à opposer la partie chinoise et la partie congolaise’’.

Empêcher le peuple congolais de jouir amplement de ses ressources

On peut dire qu'on y est de plain-pied, cela à l'observation et à l'analyse du battage médiatique actuel. Depuis une dizaine de jours, chaînes de radio et de télévision, journaux papier, réseaux sociaux occidentaux se ruent sur ce rapport intérimaire avec une telle frénésie qu'on pressent ce que sera le rapport définitif.

Après tout, les intervenants sont restés constants : depuis l'annonce du contrat sino-congolais en 2008 jusqu'en cette année 2021, ils font feu de tout bois, osant même mettre dans le même panier l'exploitation minière légale (comme le projet conjoint SICOMINES S.A. dans le Grand Katanga) et l'exploitation minière illégale effectuée dans le Grand Kivu, indexant de ce fait la communauté chinoise !

En grande partie financée par des multinationales étrangères, occidentales principalement, l'antenne congolaise de l'ITIE est dans son rôle : empêcher le peuple congolais de jouir librement de ses ressources. Et, à cette période précisément, faire rater au président Félix Tshisekedi la réalisation de sa vision “Le Peuple D'Abord”.  Pendant qu'aucun investisseur occidental n'a encore mis un seul dollar ou euro dans un seul projet de développement annoncé avec pompe, c'est plutôt dans le contrat sino-congolais qu'on trouve des projets déjà réalisés, des projets en cours de réalisation et des projets à réaliser, le financement ne faisant pas défaut. “Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras ”, dit-on.

(Club Vigilance Congo/LP)

Pin It

Statistiques

19145083
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1010
15776
59872
18982833
409727
470413
19145083

Your IP: 3.85.150.110
2021-10-28 01:23

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg