Flash

BAN2

 

*L’acte de l’Honorable Mukalay Kionde illustre à suffisance que l’ombre du Pprd plane sur le feuilleton Bukanga-Lonzo dont Matata Ponyo est aujourd’hui  traîné en justice. Alors qu’elle avait librement  signé le mémo et la  voici, juste quelques jours seulement après,  écrire au Procureur près la Cour Constitutionnelle pour le retrait de sa signature en évoquant des raisons de convenance personnelle.  Elle confond, pourtant, la Cour Constitutionnelle et certaines pratiques érigées en règle d’or et, même, en mode de vie au Parlement congolais où l’on a vu, depuis quelques décennies, les Députés ou Sénateurs signer des pétitions la nuit  et se dédire en cherchant à   retirer leurs signatures, dès les premières heures de la journée, peu avant le début d’une plénière. Mais, jusqu’où irait-on dans ce pays avec ces genres de scories incrustées dans les veines et mœurs des politiciens congolais ? Quelle pourrait être l’attitude du Procureur près la Cour Constitutionnelle face à cette  volte-face  au goût d’inachevé ? Que dit la loi ? Matière à réflexion…

Trahison ?

Ancien Premier Ministre et aujourd’hui, Sénateur, Augustin Matata Ponyo est, depuis un certain, victime des ennuis judiciaires. Plusieurs astuces ont, en effet, été montées  pour tenter d’en découdre avec lui.

Mais, là où le bât blesse, c’est lorsque le Sénat, en tant que deuxième Chambre du Parlement, décide, à  sa majorité écrasante  lors d’une plénière,   de ne pas autoriser que  les poursuites soient engagées contre Matata, que ce dernier  soit encore la cible de tout un florilège de  flèches à fleuret moucheté dont certaines lui sont, curieusement,  tirées à bout  portant   par ses ex-camarades constellés au sein de l’ancien parti présidentiel, le PPRD. 

A en croire  des sources croisées, une forte   pression serait  exercée sur des Sénateurs de ce même parti en vue de retirer leurs  signatures  qu’ils avaient, pourtant,  apposée au bas du dernier  mémo adressé au Président de la Cour Constitutionnelle pour  lui demander d’ordonner l’abandon des poursuites en cours, conformément  à la première résolution du Sénat prise alors qu’il était  question autrefois  d’en avoir le quitus, dès le début du traitement de ce dossier aux allures d’un arbre qui cache toute une forêt.

Tireurs des ficelles ?

De plus en plus, on en sait un peu plus sur les tireurs des ficelles des ennuis judiciaires sur fond   d’un acharnement politique dont est victime le sénateur Augustin Matata Ponyo. Physiquement affaibli après son empoisonnement et n’étant pas autorisé à se rendre à l’étranger pour des soins appropriés, il est poignardé au dos par son ancien parti politique, le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD).

Pour cause, l’ancien parti au pouvoir, aujourd’hui en dispersion, via son Secrétaire permanent, Emmanuel Ramazani Shadary, a exercé une forte pression sur certains sénateurs, pour que ces derniers n’apposent  pas leur  signature  sur le mémorandum adressé au Président de la Cour Constitutionnelle, pour lui demander de respecter la décision de la plénière du Sénat, n’autorisant pas les poursuites contre Matata Ponyo dans l’affaire Bukanga Lonzo.

A cet effet, l’ombre du  candidat malheureux à la présidentielle  2018 serait interceptée derrière  la procédure judiciaire controversée lancée contre  Matata.

‘’Des sources croisées soutiennent  que le Secrétaire Permanent du parti politique de Joseph Kabila aurait intimé un ordre aux Sénateurs du PPRD et à ceux qui lui sont affiliés, de ne pas signer un mémorandum adressé au Président de la Cour Constitutionnelle dans lequel ils exigent le respect de la résolution du Sénat, qui avait décidé de ne pas autoriser les poursuites contre l’ancien Premier ministre dans l’affaire Bukanga Lonzo. C’est suite à cet ordre de Shadary, révèle notre source, qu’une sénatrice {Ndlr dont nous taisons le nom}, qui avait déjà signé ledit mémorandum, a adressé une lettre, en date du 29 septembre 2021, au Président de la Cour Constitutionnelle, pour  l’informer du retrait de de sa signature du mémorandum relatif à la procédure judiciaire à charge de Matata sur le dossier Bukanga Lonzo», révèle   Alternance.cd, un média en ligne,  dans une alerte flottant sur la toile.

La Pros.

Pin It

Statistiques

19144849
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
776
15776
59638
18982833
409493
470413
19144849

Your IP: 54.36.148.46
2021-10-28 00:51

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg