Flash

BAN2

 

Face à la dérive de la jeunesse congolaise de plus en plus accro à l'alcool fort plus disponible sur toute l'étendue du territoire national de la RDC, le Député national élu de Pangi, Dr Bathé Ndjoloko Tambwe, tenant mordicus à ses prérogatives constitutionnelle et parlementaire, a déposé vendredi 10  septembre 2021, à l’administration de l’Assemblée nationale, une proposition de loi modifiant l'Ordonnance-loi n°018/002 du 13 mars 2018 portant Code des Assises. Il propose notamment, la surtaxation d'importation des produits de base de fabrication des boissons fortement alcoolisés.

Pour cet élu du peuple, parmi les facteurs qui favorisent et accélèrent ce dépérissement de la jeunesse se trouve l'insouciance due à l'abus d'alcool et des stupéfiants. «S'agissant particulièrement de l'alcool, la baisse significative du taux des droits d'assises sur l'alcool éthylique non dénaturé a notamment eu pour effet d'inonder le marché intérieur de ce bien commercialisé bon marché», déclare-t-il. Et de préciser : "En effet, à l'occasion de la dernière adoption du code de ces accises, ce taux a été réduit de 86 à 10%, entraînant du coup la baisse du prix à la consommation devenu à la portée de tous, voire des plus démunis’’.

Le député national Bathé Ndjoloko Tambwe, à travers cette proposition de loi portant modification du code des assises, veut ramener les droits d’assises sur l’alcool éthylique non dénaturé à son niveau originel qui, pour lui, constitue à la fois un défi et une contribution à l’accomplissement de cette obligation rappelée des pouvoirs publics.

Par ce texte, l’élu de Pangi (Maniema) veut réduire l’exposition de la jeunesse aux boissons fortement alcoolisées communément appelé « zododo » et autres stupéfiants, causes de l’insouciance et dépérissement continu de la jeunesse congolaise. «Les boissons fortement alcoolisées sont entrées dans le commerce général et nos jeunes s’y adonnent continuellement. Non seulement dans les villes, mais aussi dans les villages. Ces jeunes s’y adonnent puisque effectivement la production et l’importation des produits de base constitués nécessairement par l’alcool éthylique non dénaturé, posent problème. Et nous pensons qu’il y a lieu de revoir le code des accises sur l’importation de tous ces alcools et produits de base», a renseigné le Député Ndjoloko après qu’il ait déposé cette proposition. A l’en croire, la protection de la jeunesse congolaise constitue "Le Congo d'aujourd'hui" et par la suite l'avenir du pays. Donc, les actions urgentes s'imposent.

«L’aspect financier est l’un des facteurs qui favorisent l’accès aux jeunes. Avec  200 ou 500 francs on peut déjà accéder aux boissons hautement alcoolisées. Et nous pensons qu'avec cette loi, on va limiter l'aspect financier à ces breuvages destructeurs. Nous sommes convaincus que même les commerçants ne vont plus s’adonner, outre mesure, à ne faire que ça comme commerce puisque ça sera moins rentable», a-t-il poursuivi.

«La modification du code des accises pour ramener les droits d’accises sur l’alcool éthylique non dénaturé à ce taux de taxation constitue à la fois un défi et une contribution à l’accomplissement de l’obligation constitutionnelle des pouvoirs publics de protéger la jeunesse contre toute atteinte à sa santé, à son éducation et à son développement intégral telle que consacrée à l’article 42 de la constitution», a conclu l’élu de Pangi. La balle est désormais dans le camp de l’Assemblée nationale qui devrait aligner et examiner en plénière cette proposition ô combien louable pour la survie de la jeunesse congolaise.

Merdi Bosengele

Pin It

Statistiques

18615128
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5032
16555
73237
18420022
350185
491245
18615128

Your IP: 54.36.148.154
2021-09-23 04:55

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg