Flash

BAN2

 

 *‘’Tous les observateurs avisés sont convaincus que l'Union Sacrée, cette plateforme créée par Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour gouverner le pays, entame son déclin à la suite de l'activisme des membres du Cabinet présidentiel et de leur ignorance des forces politiques réelles sur terrain ainsi que de leur violation intentionnelle des textes régissant les institutions et, en particulier, le gouvernement qui, conformément à la Constitution, conduit la politique de la Nation et répond de sa gestion auprès de deux chambres du parlement’’. C’est l’avis d’un politique proche de l’USN, qui pense qu’il y a un grain de sable dans l’engrenage de cette méga plateforme politique fourre-tout née  au lendemain de l’affaissement du FCC savamment provoqué par le mécanisme du déboulonnage mis en place par Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l’Etat.

Il devient une habitude, soutient ce cadre de l’USN qui a requis l’anonymat, de voir des conseillers du Président, eux qui devaient rester dans l'ombre et ne faire rapport qu'au Président de la République, se substituer ou tout simplement USURPER  les prérogatives des ministres au grand jour. Les cas sont multiples. 

La goutte qui va faire déborder le vase, soutient l’intéressé, c'est la constitution d'un gouvernement parallèle que dirigerait Guylain Nyembo, Directeur de Cabinet du Président de la République, fruit de la diaspora qui, dit-il, ‘‘ne maîtrise pas la scène politique et les réalités congolaises’’. 

‘’En violation de la Constitution, des lois et règlements et de l'ordonnance fixant les attributions des ministères, M. Guylain Nyembo Mbwizya a mis sur pied un groupe informel pour distribuer, sans tenir compte des piliers politiques de la majorité, des postes dans le portefeuille de l'Etat à l'insu du Premier Ministre et de la Ministre d'Etat au Portefeuille. Il va jusqu'à les notifier aux chefs des regroupements politiques, tout  en se réservant les meilleurs postes pour lui, ses amis et son parti politique comme si la révolution  ayant conduit au changement de la majorité n'avait pas bénéficié de l'apport des autres forces politiques’’, explicite ce cadre de l’USN assurément frustré. 

  1. Nyembo ne s'arrête pas là, dit-il. Et de poursuivre : ‘‘il se substitue au parlement (autorité budgétaire), au gouvernement et au ministre des finances pour donner des injonctions aux dirigeants des Régies financières en violation des textes légaux’’’.

Pour finir, ce proche de la grande famille du Chef de l’Etat promet d’y revenir avec force détails,  quant à ce qu’il qualifie ‘‘d’excès de Monsieur Nyembo qui,  pourtant,  devait rester dans l'ombre du Chef de l'Etat’’.

‘‘Vaut mieux prévenir que  guérir. Le pays n'a pas besoin d'une nouvelle crise politique’’, conclut-il.  

Ekwalanga Bamolona Crispin/CP

Pin It

Statistiques

18692234
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
3110
14108
33375
18541891
427291
491245
18692234

Your IP: 94.177.248.212
2021-09-28 03:53

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg