Flash

BAN2

 

Dans une déclaration faite dimanche 5 septembre, les jeunes cadres de l’UDPS/Tshisekedi dénoncent à haute voix les vices au niveau du Ministère de la Jeunesse notamment, sur un prétendu Etablissement Public ainsi que l’usurpation du pouvoir de la part du Ministre de la tutelle, Yves Bunkulu. Pour ces jeunes cadres du parti cher au Président de la République, Félix Tshisekedi, étant géniteurs dudit Projet de création du Fonds de Promotion de la Jeunesse, la lettre du Ministre de la jeunesse leur adressée serait un scandale et ne peut pas être admise dans un état de droit, ou tous sont soumis à la loi. A en croire ces derniers, pour qu’un établissement public existe, cela implique un décret du Premier Ministre délibéré un conseil des Ministres, une Ordonnance du Président de la République conformément à l’article 81 point 5 de la Constitution et aux articles 9 et 12 de la loi du 07 juillet 2008 nommant respectivement, les membres du Conseil d'Administration et ceux de la direction générale, un arrêté du Ministre de tutelle portant mesure d'application. Arrêté qui n'existe pas aussi, une adresse physique ou bâtiment abritant le siège social pour rendre effectif l'Etablissement. ‘’Aussi longtemps qu'il n'y a pas encore une ordonnance du Président de la République rendant opérationnel l'Etablissement, nous inscrivons en faux contre la lettre du Ministre de la jeunesse confirmant l'existence de l'Etablissement, car le Ministre ne peut pas se substituer à la place du Chef de l’Etat. Nous voulons être remis dans nos droits’’, ont-ils martelé.

DECLARATION DES JEUNES CADRES DE L’UDPS/TSHISEKEDI DE LA CELLULE WILLY KAMANDA, SECTION MASINA II DE LA FEDERATION TSHANGU DE «L’INTERKAS»

Dans le cadre de la lutte contre le chômage des jeunes actuellement généralisé, nous avions initié un ambitieux projet de création d’un établissement public dénommé Fonds de Promotion de la Jeunesse (FPJ), capable de créer 15.000 emplois directs et 10.000 emplois indirects chaque mois.

Pour contourner les plagiats, le projet de 33 pages fut déposé en date du 21 juillet 2021 à travers toutes les institutions concernées à savoir : La Présidence de la République, le Président de l’Assemblée nationale, le Président du sénat, président de la commission PAJ du Sénat, président de la commission PAJ de l’Assemblée nationale, le Premier Ministre, le Ministre de Plan, le Ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale, le Ministre des Finances et la primeur du Projet a été réservée conformément à l'article 93 de la constitution au Ministre de la Jeunesse en sa qualité de Ministre de tutelle avec une lettre de Transmission du projet demandant l’audience , sans oublier aussi les autorités de l’UDPS/Tshisekedi.

Après un long moment d’attente sans suite, le Ministre de la jeunesse va, à la veille de la Journée Internationale de la jeunesse le 13 août do 2021, sachant que le Chef de l’Etat va annoncer le financement de 100 millions USD des activités liés à l'entreprenariat des Jeunes, ce dernier va nous répondre par une lettre datant du 11 Août 2021 nous informant qu'il existe déjà un Etablissement public dénommé ‘’Fonds spécial pour la promotion l’entreprenariat et l'emploi des jeunes’’ sans faire allusion à notre demande d'audience sollicitée pour explication de faisabilité. 

Curieusement, après investigation sur terrain, l’on se rend compte que cet Etablissement public que le Ministre de la jeunesse invoque n’existe pas, sauf un décret datant du 15 novembre 2018 signé par l'ancien Premier Ministre Bruno Tshibala, contresigné par Guy Mikulu serait dans les archives  comme projet laissé par le régime du PPRD.

Sur le plan de droit des grands services publics, c'est la loi N° 08/009 du 07 juillet 2008 portant dispositions générales applicables aux Etablissements Publics qui règlemente cette matière.

En interrogeant cette loi, pour qu’un établissement public existe, il faut :

  1. Un décret du Premier Ministre délibéré un conseil des Ministres, alors que le décret Bruno Tshibala est déjà obsolète et désuet et n’a jamais était accompagné d’une ordonnance de l'ancien Président Kabila.
  2. Une ordonnance du Président de la République conformément à article 81 point 5 de la Constitution et aux articles 9 et 12 de la loi du 07 juillet 2008 nommant respectivement les membres du Conseil d'Administration et ceux de la direction générale.

NB: A ce jour, une telle ordonnance n'existe pas.

  1. Un arrêté du Ministre de tutelle portant mesure d'application. Arrêté qui n'existe pas aussi.
  2. Une adresse physique ou bâtiment abritant le siège social pour rendre effectif l'Etablissement. Nulle part, il n'y a aucun endroit où cet Etablisse Public existe.

A la lumière de tout ce qui vient d'être démontré, il s'observe que le Ministre de la jeunesse a menti lorsqu'il affirme que l'Etablissement Public existe et n'a pas qualité de confirmer l'existence d’un tel Etablissement qui est une matière relevant de la compétence exclusive du Conseil des Ministres et du Président de la République, Chef de l'Etat.

Nous qui sommes géniteurs du Projet de création du Fonds de Promotion de la promotion de Jeunesse, la lettre du Ministre de la jeunesse, nous adressée est un scandale et ne peut pas être admise dans un état de droit, ou tous sont soumis à la loi.

Pour clore, aussi longtemps qu'il n'y a pas encore une ordonnance du Président de la République rendant opérationnel l'Etablissement, nous inscrivons en faux contre la lettre du Ministre de la jeunesse confirmant l'existence de l'Etablissement, car le Ministre ne peut pas se substituer à la place du Chef de l’Etat.

Nous voulons être remis dans nos droits.

Fait à Kinshasa le 05 septembre 2021

Alexis Lubangi Lubangi &  Justin Lupungu

 

Pin It

Statistiques

18692234
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
3110
14108
33375
18541891
427291
491245
18692234

Your IP: 94.177.248.212
2021-09-28 03:53

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg