Flash

BAN2

 

*Dans un dossier comme celui-là, les non-initiés devraient, logiquement,  s’en remettre aux   vraies interprétations   des techniciens. Surtout qu’il s’agit, ici,  d’une affaire des spécialistes des questions minières   où seuls ceux qui s’y connaissent,  peuvent s’inviter   au menu des échanges et discussions.  Et, dans le cas d’espèce, le contrat à l’origine de cette  confusion inutile  prévoit   quatre,  voire cinq principaux droits pour la Gécamines.  D’abord, le paiement d’un pas de porte initial de 10 millions USD qui est un acompte sur les réserves estimées; le paiement d’un pas de porte additionnel sur les réserves additionnelles. Ensuite,  le paiement des royalties initiales de 2,5% du chiffre d’affaires estimé et, enfin,  le paiement des royalties additionnelles de 2,5% du différentiel positif entre le chiffre d’affaires estimé et le chiffre d’affaires réel. Il est donc inexact d’affirmer que la durée du contrat est de 23 ans. 

Ce contrat et les droits y afférents  restent  en vigueur jusqu’à la date la plus proche, c’est-à-dire,  entre  primo, la date intervenant   23 ans à compter de la date de signature.  Secundo, l’épuisement des gisements. Tertio, la date à laquelle le permis ne peut plus être renouvelé. Quarto, la date à laquelle le contrat est résilié ou résolu. Et, quinto, il y a lieu de souligner que la Gécamines reste “propriétaire” des gisements amodiés étant donné que l’opération conclue entre elle  et  la Somika n’est qu’un louage des droits miniers.

Autrement dit, il est question d’un   Contrat d’amodiation du PE 2590 sur Lupoto, signé au départ le 21 mai 2015 entre Gécamines et Iverland, mais résilié pour faire place à celui conclu entre Gécamines et Somika,  le 30 novembre 2017. Une amodiation est   un louage des droits.  Sinon, comment peut-on vendre  une mine à 10 millions de dollars alors qu’elle vaut raisonnablement  3,5 milliards de dollars ?  Ici, selon les dernières nouvelles, les experts  expliquent, par ailleurs,  que les 10 millions de dollars américains  évoqués ne constituent   qu’un acompte sur le pas de porte et non le prix d’une quelconque vente, ni d’une   cession d’une mine.

Remake

Accuser gratuitement le  «président de la République honoraire, Joseph Kabila», un dirigeant en poste à la Gécamines  notamment,  le PCA «Albert Yuma», et un ancien Directeur général de cette entreprise publique, Jacques Kamenga,  d’avoir cédé à vil prix  à 10 millions de dollars US à la Société minière du Katanga -Somika-, pour 23 ans d’exploitation, une mine de la Gécamines,  relève d’une démarche totalement  viciée.

Puisque les chiffres existent. Et,  les droits  miniers mentionnés dans les contrats  aussi. Ne  serait-il pas  recommandable à quiconque veut en savoir en plus,  d’aller à la source, pour  puiser la bonne information que  de traiter une matière aussi   sensible   que technique avec autant d’interprétations malencontreuses ?

La Pros.

Pin It

Statistiques

18551433
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9542
15973
131411
18323016
286490
491245
18551433

Your IP: 41.243.14.226
2021-09-19 13:43

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg