Flash

BAN2

 

*Il  a condamné, d’entrée de jeu,  les actes de vandalisme perpétrés dernièrement  par des inciviques contre l’Archevêché de Kinshasa et des propos discourtois tenus   envers l’église catholique et le Cardinal Fridolin Ambongo. Leurs  auteurs, une fois appréhendés,  devront subir la rigueur de la loi.  Et, très rassurant,  il a affirmé que le  Gouvernement travaille  d’arrache-pied pour la maximisation des recettes   en vue de la tenue des élections en 2023, conformément à la Constitution. D’où, il en a  appelé  à la paix et à un sursaut patriotique. Quant à la Loi Tshiani, Sama Lukonde a soutenu  qu’à ce stade, son gouvernement n’en est pas encore formellement  saisi. Et le que le moment venu,  si le Parlement, en vertu de ses propres délibérations,  juge  nécessaire   de solliciter l’avis du gouvernement sur cette proposition de loi, celui-ci  s’y prononcera sans atermoiement.  Pour le reste, il a lancé  un appel à la mobilisation générale de tous les congolais  derrière les   FARDC engagées au front dans le cadre de l’état de siège décrété au Nord-Kivu et en Ituri,  et  les efforts du gouvernement axés sur  les défis qui sont, à la fois, multiples et complexes que seul, un peuple déterminé,  peut relever   au bout d’un travail acharné. 

Responsabilité, redevabilité…

Sens de responsabilité. Devoir de transparence et de  redevabilité. Démarche citoyenne. Obligation des résultats. Sensibilisation et mobilisation générale.  Sama Lukonde Kyenge, 44  ans, nommé Premier Ministre de la RD. Congo, le 15 février 2021, et investi, le 26  avril 2021, mesure à sa juste valeur  l’immensité de ses engagements pris devant  la nation congolaise, telle que représentée à l’Assemblée Nationale.

Ce mardi 3 août 2021,  il en a donné la preuve en dressant   l’état des lieux de la situation générale du pays en rapport avec ses prérogatives et les missions qui lui ont été confiées. Il a, à cet effet, présenté   ses premières réalisations, tout en  indiquant églement  les défis et  perspectives. Il a démontré, sur toute ligne,  qu’il est  temps que  lui-même et l’ensemble des membres de  son gouvernement, après un séminaire de trois jours  d’incubation dans les notions essentielles des valeurs éthiques et de la bonne gouvernance, mettent  le cap sur de nouvelles actions à impact visible.

Concrètement, il  était,  ce jour-là, placé dans l’obligation républicaine de fixer l’opinion sur l’évolution de la gestion des différents secteurs vitaux  de la vie nationale. Ainsi, a-t-il répondu à l’invitation de Willy Kalengay et Sandra Nyangi, deux journalistes qui ont été  sélectionnés comme tels,  pour accomplir leur travail, dans le cadre d’une émission spéciale organisée à ShowBuzz, à la Gombe, en marge de cent premiers  100 jours, depuis  l’avènement de son gouvernement aux commandes, le 26 avril 2021.  

Stabilité et nouveaux horizons 

Inflation maîtrisée. Taux de change stabilisé. Reprise progressive de l’activité économique. Réserves de change en constante hausse. A l’aune d’une feuille de route, les réformes pour l’amélioration du climat des affaires sont engagées. La lutte contre la corruption et les crimes économiques est, elle aussi, en action. La relance du plan Triennal de l’ITIE RDC 2021- 2023 pour plus de transparence dans le secteur minier, la mise sur pied d’un plan directeur de l’industrialisation, la série de mesures d’incitations à l’investissement, de protection de l’industrie locale et de réduction de la facturation d’importations.  Telles sont, aux yeux de Sama Lukonde Kyenge, le Premier Ministre, les premières indications de la trajectoire adoptée par  son Gouvernement des ‘’Warriors’’ pour inverser les tendances et inoculer un changement profond  aussi bien dans la gouvernance des différents agrégats macro-économiques que dans les autres secteurs, en commençant par la restauration de l’autorité de l’Etat, le maintien de la paix, l’amélioration du  social et le renforcement de la  coopération avec les autres peuples du monde et de la Région des Grands Lacs. Il dit avoir cristallisé les efforts du gouvernement sur   l’amélioration des facteurs fondamentaux, en dépit de la crise due à la pandémie à coronavirus, de l’insécurité et de tant d’autres catastrophes, à l’instar de l’éruption volcanique de Nyiragongo qui n’ont tenté  de perturber l’agenda du programme d’action constitué de quinze piliers.  

Taux de change

Au niveau du taux de change, par exemple, il a expliqué  à l’aide d’un tableau, l’évolution. Juillet 2019,  un dollar à 1650 FC, juillet 2020, un dollar à 1977 et juillet 2021, un dollar à 1989 au taux officiel. Tout ceci a permis, selon lui, un glissement annuel du taux d’inflation jusqu’à la hauteur de 7,2 % alors qu’en juillet 2020, il était à 14,2 %. Au niveau du taux de croissance, il parle de 4,4% en 2019, de 1,7% en 2020 et de 4,9 % en 2021. Aujoud’hui, les réserves de change  sont passées de 783,7 USD  en avril 2021 à 1,631 milliard de dollars US. Bien d’efforts fournis permettraient encore d’appuyer sur l’accélérateur notamment, pour la mobilisation accrue des recettes publiques tout en constituant une nouvelle  marge budgétaire de plus de 100 millions de dollars américains, selon les statistiques fiables établies et qui démontrent que la RD. Congo est sortie du déficit (-212 milliards de CDF) du 2ème trimestre 2020 vers (+763) milliards de CDF au 2ème Trimestre 2021.

Focus sur la qualité de la dépense

Le Premier Ministre Sama table ainsi sur un focus axé sur la qualité de la dépense en priorisant les secteurs sociaux.  Bien plus, il indique qu’avec le montant de  (1,5 milliard d’USD attendu du FMI), la RD. Congo, pour conclure un nouveau programme, a procédé à des réformes structurelles d’envergure et la nomination de  nouveaux animateurs à la Banque centrale du Congo pour renforcer la crédibilité du gouvernement de la RD. Congo. Sur ce montant-là, 1,1 milliard de dollars seront à l’énergie, aux infrastures, à la santé ainsi qu’à la gratuité de l’éducation de base. 

Retour au Programme avec le FMI

Tout en saluant la reprise du programme sous l’impulsion du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, il a relevé qu’il permettrait de réaliser des appuis aux réformes économiques majeures du Gouvernement, il servirait de catalyseur des financements des bailleurs bi et multilatéraux, il constituerait un matelas pour la réducation de la vulnérabilité extérieure et favoriserait une croissance durable et créatrices d’emplois, avec une incidence sur le doublement des réserves de change. Le Gouvernement, dit-il, a initié la politique dencadrement renforcé des flux en devise USD notamment, pour le rappatriement des devises des miniers, le respect strict de la réglementation sur les assurances, l’accroissement du Crédit net à l’Etat et, surtout, la mobilisation des financements extérieurs en devise USD.

Réserves de change et juste prix

Les Réserves de change accrues de 200 %, soit de 693 millions de dollars USD à 1,631 milliard USD  en l’espace de quelques mois. Si bien qu’au niveau du pouvoir d’achat des consommateurs, il suffit d’appliquer le juste prix, pour que le pouvoir d’achat s’améliore. Deux secteurs ont été ciblés. Il s’agit du secteur aérien où grâce à l’amélioration des tarifs du transport et de la structure des prix des produits pétroliers, avec  un régime de contrôle économique renforcé  mais aussi,  du secteur des produits surgelés pour lequel le gouvernement plaide pour une réduction concertée des structures des prix. Un billet d’avion Kinshasa-Goma qui revenait à 340 USD pourrait être réduit à 200 USD, une fois le prix revu.

Relance de la production

Au niveau du secteur productif, le Gouvernement, souligne, par ailleurs, le Premier Ministre, a déjà cliqué sur les leviers pour la mise en œuvre du  Fonds de garantie de l’entrepreneuriat au Congo, la validation du programme de développement et d’innovation pour l’entrepreneuriat des jeunes en RDC et la mise à disposition des subventions financières pour les PME dans le cadre des projets d’appui au développement des micro, petites et moyennes entreprises.

Infrastructures

Dans la même optique, dans le domaines d’infrastructures, Sama Lukonde a rappelé qu’il y a des projets qu’il a trouvé en cours et son gouvernement parachève. Il y a également des projets initiés par son gouvernement qui s’est assigné l’obligation de réaliser un Plan Triennal situé à 36 milliards de dollars USD. La Réhabilitation du Pont Kasaï à Tshikapa, le lancement des travaux du bitumage des routes Kasindi-Beni-Butembo et Bunagana-Rutshuru-Goma, l’acquisition de 30 ponts métalliques modulaires et le financement de l’entretien des pistes rurales, l’entretien des routes dans le cadre du FONER et le financement de 300 écoles préfabriquées à travers le RD. Congo. En tout, dit-il, des chantiers sont ouverts à travers le pays pour assurer l’intégration nationale. Il en sera de même dans le secteur de l’énergie (Eau et électricité) où des jalons ont été posés pour accroître la fourniture. Cinq axes prioritaires sont visés. L’opérationnalisation de l’Autorité de régulation du secteur de l’Electricité, l’opérationnalisation de l’Agence de l’électrification et de ses services énergétiques en milieu rural et péri-urbain (ANSER), de l’achèvement des lignes de transport de la Centrale Zongo 2, de l’amélioration de la desserte en eau à Kinshasa (de 50 à 65%) et,  enfin, de la signature des accords sur le projet Kin Elenda avec la Banque Mondiale. 

LPM

Pin It

Statistiques

18551139
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9248
15973
131117
18323016
286196
491245
18551139

Your IP: 3.238.95.208
2021-09-19 13:12

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg