Flash

BAN2

 

*De plus en plus, l’on parle de deux millions de dollars qui auraient été découverts dans ses bagages. Est-ce vrai ou faux ?

A ce stade, la question reste, en tout cas,  posée. Voilà pourquoi, l’extradition exigée permettrait à la justice congolaise de fureter en profondeur et d’en savoir un peu plus. Car, jusqu’ici, après tout ce qui a été rapporté hier, toute la journée, aucune source officielle n’a certifié  la  nouvelle concernant cette  scandaleuse  détention d’une telle somme faramineuse entre les mains de Willy Bakonga Wilima,  Ministre d’Etat sortant de l’EPST en RD. Congo. Mais, pour sa part, Me  Georges Kapiamba, de l’ACAJ, les autorités congolaises sont appelées à agir vite pour que l’intéressé soit rapidement ramené à Kinshasa  afin qu’il réponde devant la justice  de ses actes traduisant ainsi  des indices  sérieux de détournement des deniers publics, dans cette nouvelle affaire aux accents d’un énième scandale financier en l’espace de plus deux ans, depuis le règne de Félix Tshisekedi au summum  de l’Etat  en RD. Congo, si jamais les allégations autour de ces  deux millions de dollars américains, telles que distillées sur la toile,  se confirmaient.

Récit

«Monsieur Willy Bakonga a fui le pays, il a tenté d’aller dans un pays étranger par Brazzaville. Il était arrivé à Brazzaville et il était même déjà monté à bord de l’avion, comme l’information avait déjà circulé au niveau du pays ici à Kinshasa, l’autorité a dû s'investir pour obtenir de Brazzaville son arrestation et le mettre à la disposition des services de sécurité de Congo-Brazzaville. Pour le moment, il est en détention là-bas. Nous demandons aux autorités congolaises d’agir vite en demandant son extradition pour pouvoir venir répondre des actes de corruption et de détournement de plusieurs milliers de dollars dans le cadre de la gratuité de l’enseignement », a déclaré  Georges Kapiamba, au nom  de l’Acaj.

Contexte

Tout récemment, en effet, pas plus tard qu’au mois de mars 2021, la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe avait  condamné à 20 ans des  travaux forcés et une amende de 100 millions de FC, Djamba Kaombe Michel, Inspecteur Général de l’EPST et Delon Kampay, Directeur national du Service de Contrôle et de Paie des personnels des enseignants (SECOPE) pour détournement des fonds alloués au secteur de l’éducation.

Tous, dans leurs dépositions et cherchant, sans nul doute, à disculper, avaient tenté de décliner leurs responsabilités en faisant porter le chapeau de l’escapade,  pour des fins indues,  des fonds alloués à la gratuité de l’EPST  à leur ‘’hiérarchie’’.   Willy Bakonga s’en trouvait ainsi apostrophé et sérieusement placé dans les mauvais draps.

Colère sainte ?

Aujourd’hui, en raison de la persistance des soupçons de détournements et, surtout, de corruption au niveau de SECOPE, en février 2021,  la Banque Mondiale qui  avait, pourtant, décidé d’appuyer le programme de la gratuité de l’Enseignement décrétée par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, dès son accession  aux affaires, en janvier 2019, avait  suspendu le processus de décaissement de cent millions de dollars américains prévus à cet effet. Comment la  RD. Congo va-t-elle retrouver la confiance de  la Banque Mondiale dont la  colère sainte reste intacte, au regard de la cruauté  des actes d’évasion des deniers publics dans ce secteur stratégique de l’EPST ?

LPM

Pin It

Statistiques

15644314
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
26045
26384
185935
15267101
214722
736710
15644314

Your IP: 114.119.139.110
2021-05-08 23:10

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg