Les agents fictifs, les matricules inexistants, les matricules d’appoints, les cumulards et doublons des différentes administrations payés en violation de la loi et des textes réglementaires en vigueur, n’auront plus leur place au sein de l’administration publique grâce justement à la digitalisation du fichier de référence mise en place par la ministre d'Etat en charge de la Fonction Publique, Yollande Ebongo Bosongo.

Déjà, hier à l'hôtel Venus, Madame le ministre a clôturé les travaux de certification des données des agents des services centraux dans le fichier de référence de l'administration Publique.
En dépit du contexte difficile lié à la pandémie à COVID-19, le ministère de la Fonction publique s'est impliqué à travers sa direction de gestion de la base de données numériques de ressources humaines de l'Etat et de recensement dans la mise en place de ce fichier en vue de l'amélioration de la marche des Institutions de la République. Mme Yollande Ebongo a, d’entrée de jeu, indiqué que ce fichier de référence est l’un des poumons du système intégré de gestion des ressources humaines et de la paie du personnel de l’administration publique. Aussi, dit-elle, il s’inscrit non seulement dans le cadre d’amélioration du système d’informations, des statistiques et des transmissions des données de l’administration publique mais aussi dans la vision dictée par le plan national du numérique de la RDC en vue de l’amélioration du capital humain et de la transformation du numérique des administrations et des entreprises dans l’atteinte des objectifs à l’horizon 2025.
« Je voudrais qu’à l’issue de ces travaux de certification d’information des données des agents des services centraux dans le fichier de référence de l’administration publique, renouvelée encore une fois ma déférence au Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi pour le choix porté à ma modeste personne en vue de continuer la mise en œuvre de la réforme à travers sa vision de faire de la digitalisation de l’administration publique un levier d’intégration, de bonne gouvernance, de croissance économique et de progrès social », a-t-elle déclaré.

Succès de la digitalisation de l’administration publique
A en croire Mme Yollande Ebongo, ils sont parvenus à cerner tous les paramètres de gestion réelle et ceux de manière électronique, des dossiers administratifs des agents de l'Etat et à mieux les connaître grâce au fichier de référence de l'administration publique outil adéquat de la maîtrise des effectifs et de la masse salariale.
Ce fichier, en effet, est géré au ministère de la Fonction publique mais, précise-t-elle, il ne s'agit pas d'un fichier du ministère sectoriel de la Fonction publique d'autant plus qu'au moyen de l'approche participative, chaque administration a eu à contribuer en amont avec la transmission des listes déclaratives actualisées par un amendement mais aussi avec la remontée des informations administratives de chaque agent dans la base des données des ressources humaines sur cloud.
Ainsi, ce logiciel a permis au numéro Un de l'administration publique de mettre, d'ores et déjà, une croix à tous les maux qui gangrènent l'administration publique à l'instar des agents fictifs, aux matricules inexistants, aux matricules d'appoints, aux cumulards et doublons des différentes administrations qui, du reste, violent la loi et des textes réglementaires en vigueur.

Résultat escompté du fichier de référence
Il ressort, après les travaux de certification des données des agents des services centraux, que 49,59% de cas réguliers dans le fichier d e référence de l’administration publique (FRAP) sur 113.462 agents examinés au niveau central avec comme conséquence la baisse de plus ou moins 40% de l'enveloppe salariale dans le budget. Ce qui, selon la ministre, permettra, dorénavant, de tabler avec certitude sur les effectifs dans le cadre de la commission paritaire sur la politique salariale entre le gouvernement de la République et le banc syndical. La ministre de la Fonction publique, Yollonde Ebongo Bosongo a fait de la vision du Chef de l'Etat Félix Tshisekedi sienne de rendre moderne l'administration publique au service des fonctionnaires d'abord. Dans ce registre, elle a exhorté les directeurs, chefs de service, Chefs, cadres et agents de la direction de gestion de la base de données des ressources humaines de l'Etat, à plus d'ardeur et de ne rien craindre car le travail qu'ils abattent, à ce jour, fait donc la fierté de la RDC.

Christian Okende