Flash

BAN2

 

 

Sortie du gouvernement Sama Lukonde : vers la fumée blanche ?

 

Chaque responsable tente de justifier le retard pris dans la mise en place du gouvernement dit des «Warriors». Le Haut Représentant du Chef de l’Etat, Kitenge Yezu, a aussi donné un son de cloche. Selon ce patriarche, la publication de l’équipe gouvernementale interviendra dès le retour de Félix Tshisekedi qui vient de  boucler sa visite officielle au Qatar. Autrement dit, le 1er avril semble être le Jour J. Alors que d’autres sources insistent plutôt sur la journée pascale, le 4 avril. Dans tous les cas de figure, c’est la dernière semaine ou le dernier virage pour qu’enfin soient connus les «Warriors». Impatient, le peuple congolais s’attend plus à un cadeau de Pâques plutôt qu’à un poisson d’avril.

Quant à lui, le Secrétaire Général a.i. de l’UDPS, Augustin Kabuya, persiste et signe : «la sortie du gouvernement Sama Lukonde est assujettie à la représentativité conséquente des femmes sur les listes des partis politiques, regroupements ou de la société civile». A en croire Kitenge Yezu, a-t-on pu aplanir tous les points de divergence, les facteurs de blocage ou procéder aux derniers réglages en l’absence de l’initiateur de l’Union Sacrée de la Nation ?

«Il ne faut pas confondre l’urgence et la précipitation», déclarait le nouveau Premier Ministre après un échange avec le Président de la République. Au regard de la situation socio-économique désastreuse, plus de temps à perdre. Plusieurs zones d’ombre semblent justifier l’inquiétude ou le désarroi de l’opinion. Est-ce que ces partis et regroupements politiques de même que la société civile ont eu le temps de concocter de nouvelles listes pour remédier au phénomène genre ? Ou bien les causes réelles du blocage sont ailleurs ? 

«Je ne suis pas prêt à engager des débats stériles sur cette question avec qui que ce soit, dès lors que ma source demeure authentique», affirme la personnalité qui gère au quotidien le parti présidentiel. Augustin Kabuya a également parlé de l’autre écueil qu’est l’équilibre géopolitique. En dehors de ces deux vraies raisons, le Secrétaire Général de l’UDPS met au défi quiconque détiendrait d’autres causes de ce retard.

Pendant qu’on tergiverse à l’Union Sacrée de la Nation, le Front Commun pour le Congo (FCC) cher à Joseph Kabila, l’ancien Chef de l’Etat, se réorganise, affûte ses armes pour 2023. Les sociétaires de ce regroupement politique se disent même prêts à faire occuper leur autorité morale le fauteuil de Porte-parole de l’Opposition. A travers deux communiqués, l’un signé par Emmanuel Ramazani Shadary pour le compte du PPRD, et l’autre par Raymond Tshibanda pour le compte du FCC, les lieutenants du Raïs ont réservé une fin de non-recevoir à une quelconque demande d’intégration de l’équipe Sama Lukonde. Optant ainsi clairement pour une Opposition républicaine.

Le moment est donc venu pour que Félix Tshisekedi matérialise sa vision déclinée dans ses récents discours. Car, lui seul sera comptable face au souverain primaire lors du prochain scrutin présidentiel qui, semble-t-il, aura lieu en 2023 pour les uns, en 2025 pour les autres. Si le gouvernement des «Warriors» tarde à se mettre au travail, à prendre à bras-le-corps les innombrables attentes de la population, quel bilan sera-t-il dressé pendant la campagne électorale ? Vivement la fumée blanche à l’Hôtel du gouvernement.

La Pros.

Pin It

Statistiques

17754467
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1482
10211
59948
17561587
650273
816200
17754467

Your IP: 66.249.66.223
2021-07-30 02:03

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg