Flash

BAN2

 

Faut-il rire ou pleurer du spectacle en cours dans notre pays? Le théâtre servi par les acteurs politiques congolais en rapport avec la constitution du gouvernement Sama Lukonde Kyenge pousse les observateurs avertis à se poser cette question. Car, le numéro qui nous est offert c'est du jamais vu sous d'autres cieux.


En effet, la semaine qui vient de s'achever a été riche en couleurs. Elle a démontré que la naissante démocratie congolaise est gravement malade ou mal partie comme dirait l'autre.
Des gens se bousculent pour entrer au gouvernement de l'Union Sacrée de la Nation comme si c'était la fin du monde.
Des ministres sortants dont la plupart n'ont pas été performants, se paient des panneaux et encarts publicitaires, s'achètent des armées de crieurs et applaudisseurs, exercent des pressions et menacent les directions de leurs partis politiques pour figurer dans le prochain gouvernement sans tenir compte de leurs bilans désastreux dans le gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba, considéré comme le plus inactif et mollasson de tous les gouvernements de l'histoire de notre pays.
Le folklore - oui il s'agit du folklore grandeur nature - ne s'arrête pas là ! Mêmes les sociétaires de l'Union Sacrée de la Nation, nouvelle coalition gouvernementale présidentielle, tels des charognards, réclament, chacun, sa part de la "dépouille" de ce qui reste de la République Démocratique du Congo amenée à l'abattoir par nos politiciens sans scrupule. Sans foi ni loi. Oubliant leur responsabilité dans la descente aux enfers de notre pays.
Est-il moralement soutenable que les gens se réunissent, même parmi les soi-disant partenaires ou associés du Président de la République, pour revendiquer publiquement leur quota pour l'avoir accompagné lors de sa lutte pour la magistrature suprême ? C'est le monde à l'envers.
En rapport avec leur appui conjoncturel, que diront alors les membres de l'UDPS, parti présidentiel, qui ont consenti d'énormes sacrifices jusqu'au sacrifice suprême en 37 ans de lutte! Ils se découvrent comme de faux chauves au bal des chauves.
La perfidie ? C'est le cas de le dire ! Des politiciens qui s'empoignent dans leurs propres partis ou regroupements politiques comme des chiffonniers. Tous tiennent mordicus à entrer au gouvernement de la République qui ne sera jamais élastique. Les plus malfaisants vocifèrent publiquement comme si la formation du gouvernement était réservée à tout le monde. Quel raisonnement bancal !
On ne cessera jamais de le répéter. La constitution du gouvernement est une prérogative présidentielle exclusive. Un point, un trait.
Personne - et personne alors - n'a le droit d'influencer le Président de la République. Que les politiciens congolais aient au moins du respect à l'égard de l'institution "Président de la République". Que veulent-ils? Désacraliser la fonction présidentielle pour la ramener dans la rue ? C'est impossible.
Si le ridicule pouvait tuer, il n'existerait plus d'institutions républicaines dans notre pays.

Pin It

Statistiques

15000855
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
25231
23554
70844
14765126
307973
764873
15000855

Your IP: 2a03:2880:13ff:14::face:b00c
2021-04-13 23:50

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg