Flash

Dans un message de vœux adressé au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, M. N’simba-M’vuedi Simon, ci-devant membre du collège des Fondateurs, Président du comité des sages de la plate-forme « ZAIRE et président national du MPR-Fait Privé/Zaïre, rappelle que le 09 janvier 1991 a vu le MPR se transmuter de parti Etat en fait privé et ce, en application idéale des préceptes politiques définis le 24 avril 1990 par le Maréchal MOBUTU lorsqu’il a lancé le multipartisme prudentiel à trois avec le MPR.

Cette date, soutient N’simba-M’vuedi Simon, coïncide avec le début de l’année et qui autorise la direction politique Nationale du MPR, en plus de souhaiter bon anniversaire aux milliers de militantes et militants du parti, de souhaiter aussi et surtout une très bonne et heureuse année 2021 à Son Excellence Monsieur Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Et ce, dit-il, ‘‘à l’effet que toutes les grâces divines couplées à celles de nos ancêtres que le peuple exalte par sa foi en l’authenticité, l’accompagnement dans la réussite, et le succès qu’il vient de remporter déjà sur les forces du mal. Et ce en chassant dès l’abord par exemple, cette maman, anciennement Présidente du Bureau de l’Assemblé Nationale, rébarbative aux initiatives pourtant exaltantes et profitables, de notre Chef de l’Etat. Et dans la foulée, en faisant taire, ces prophètes de malheur, qui, adoptant des inepties scientifiques, et hérésie de la Constitution ont contesté maladroitement la décision pourtant bien à propos, du Président de la République de désigner un informateur. Et en réclamant maladroitement qu’il faille, préalablement à la nomination d’un informateur, enregistrer la démission du premier Ministre. Erreur patente de ces analystes malheureux, car l’informateur, n’est guère une institution de la République et n’assure guère le fonctionnement de n’importe quelle institution de la République. Puisqu’il n’est qu’un collaborateur du Chef de l’Etat, choisi par lui pour découvrir la nouvelle majorité’’. Ci-après, l’intégralité du message de vœux de N’Simba Vuedi Simon à Félix Antoine Tshisekedi.
VŒUX LES MEILLEURS DE NOUVELLE ANNEE A SON EXCELLENCE FELIX ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO, CHEF DE L’ETAT ET PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO PAR LA COMMEMORATION DE L’ANNIVERSAIRE DU LANCEMENT DU MPR/FAIT PRIVE
Le 09 janvier 1991 a vu le MPR, se transmuter de parti Etat, en fait privé et ce en application idéale des préceptes politiques définis le 24 avril 1990 par le Maréchal MOBUTU lorsqu’il a lancé le multipartisme prudentiel à trois avec le MPR. Date qui coïncide fort heureusement avec le début de l’année. Et qui autorise la direction politique Nationale du MPR, en plus de souhaiter bon anniversaire aux milliers de militantes et militants du parti ;
De dire, pour l’essentiel, qu’en ce début d’année nouvelle, que le peuple de la RDC entame avec d’importants et avantageux acquis par une gouvernance à venir décidée à assurer son bonheur et son bien-être, en le tirant du misérabilisme et de la pauvreté, que le Mouvement Populaire de la Révolution (MPR) parti d’enseignement et d’exaltation des préceptes politiques et de bonne gestion, du Maréchal Mobutu, très regretté chef de l’Etat du pays, en communion avec tous les disciples du mobutisme se fait un devoir patriotique, de souhaiter les vœux les meilleurs. C'est-à-dire, une très bonne et heureuse année 2021, à son excellence Monsieur Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Et ce à l’effet que toutes les grâces divines couplées à celles de nos ancêtres que le peuple exalte par sa foi en l’authenticité, l’accompagnement dans la réussite, et le succès qu’il vient de remporter déjà sur les forces du mal.
Et ce en chassant dès l’abord par exemple, cette maman, anciennement Présidente du Bureau de l’Assemblé Nationale, rébarbative aux initiatives pourtant exaltantes et profitables, de notre Chef de l’Etat.
Et dans la foulée, en faisant taire, ces prophètes de malheur, qui, adoptant des inepties scientifiques, et hérésie de la Constitution ont contesté maladroitement la décision pourtant bien à propos, du Président de la République de désigner un informateur. Et en ce réclamant maladroitement qu’il faille, préalablement à la nomination d’un informateur, enregistrer la démission du premier Ministre.
Erreur patente de ces analystes malheureux, car l’informateur, n’est guère, une institution de la République et n’assure guère le fonctionnement de n’importe quelle institution de la République. Puisqu’il n’est qu’un collaborateur du Chef de l’Etat, choisi par lui pour découvrir la nouvelle majorité. Pour le surplus, jadis il avait plu au Président de la République de designer un Haut-Représentant du Président de la République sans que cela e t exigé préalablement l’élimination des Représentants du Président de la République, tant de l’intérieur du pays que sont les gouverneurs des provinces, que de l’extérieur, que sont des ambassadeurs.
Car il n’y a aucune antinomie, ni contradiction. Puisque le Chef de l’Etat, au nom de Dieu (étant entendu que la voix du peuple est la voix de Dieu) est chargé de veiller, par son arbitrage, au bon fonctionnement des institutions. Et mû par cette responsabilité, il s’est aperçu de ce que la majorité du gouvernement s’était effritée. Aussi, puisque gouverner c’est prévoir, s’est-il organisé à épargner le gouvernement et autres structures du gouvernement, d’être chassés par des motions d’une majorité qui leur est contraire.
Et pour éviter cette humiliation, le Chef de l’Etat a choisi de dévoiler, par l’appréciation de son informateur, qui allait la repérer, la nouvelle majorité. Et il avait d’ autant plus raison, qu’avant même, de designer officiellement l’informateur, le peuple, lui-même, par la voix de ses représentants à l’Assemblée Nationale, a chassé depuis le 10 décembre 2020, les membres du FCC du bureau. Geste humiliant dont le peuple se serait épargné si l’on n’avait pas douté de la vision et perspicacité intellectuelles évidentes du Chef de l’Etat.
Tout comme il faille regretter les analyses de ceux que feu le premier Ministre Jules SAMBWA, qualifiait d’économistes de chambre, pour insuffisance de maîtrise de l’homo-économicus ; dès lors qu’ils proposent à la gouvernance de l’Etat, un développement par pallier, dans un pays pourtant multisectoriel et dont l’économie est régie par une politique de contingentement au niveau mondial. Contingentement qui, à temps, prévoit la hauteur de la demande internationale des biens et services face à l’offre entre autre de notre pays.
Car il est hautement conseillé de se référer objectivement aux indications des organismes internationaux qui déterminent la hauteur de la demande internationale des biens sectoriels et par voie de conséquence conseillent la fixation des capacités productives des secteurs productifs.
Sinon autrement, qu’arrivait-il si, en fixant le pallier, ce dernier se trouvait être en retard ou en avance sur le niveau de la demande internationale. N’est-ce pas que dans le premier cas le pays perdrait, malgré lui, l’opportunité de réaliser d’importantes et intéressantes recettes dont il a besoin, pour se tirer du misérabilisme. Et dans le second cas, le pays, produirait irrationnellement plus qu’il ne pourra vendre, provoquant ainsi des pertes. Alors qu’il a un impérieux besoin de ressources pour que le Président, en harmonie avec son heureuse et efficiente vision économique, sorte le pays de la pauvreté.
C’est certainement aussi, consécutivement à l’insuffisance de maîtrise de notion, rationnellement économique, que certains analystes font croire à l’Etat, qu’il y a une distinction entre croissance et développement. Si cela peut paraitre acceptable sur le plan strict de sémantique ; il n’est guère évident sur le plan de réalité économique, car, il s’agit d’une seule et même réalité, c’est-à-dire d’une augmentation de volume des biens et services, au départ d’un critère de référence.
Comme qui dirait, existe-il une différence entre Mère de Jésus et maman de Jésus ?
Pourquoi croire ?
Aussi, face à ces prophéties, sinon analyses de mauvais augure, le mouvement Populaire, approuve et partage totalement, les conclusions de Monsieur le Président de la République, tirées des consultations politiques.
Consultations auxquelles le MPR a participé consciemment et avec foi, en communion avec d’autres mobutismes qui ont foi en l’action et vision de son excellence Monsieur Fatshi Tshisekedi, Président de la République.
Voilà pourquoi, nous, représentants des milliers et milliers des militantes et militants du MPR repartis dans tout le pays et le monde entier, remercions profondément et très sincèrement son Excellence Monsieur le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour avoir bien voulu accepter les dirigeants du MPR parmi les personnalités politiques désireuses et donc engagées à apporter leur soutien à la constitution et à l’ action profitable prochaine de l’ Union Sacrée du peuple qui instaurera une nouvelle gouvernance qui sera heureuse et avantageuse pour le peuple.
D’autant que, le 22 novembre 1996, feu honorable Etienne Tshisekedi revenant d’une visite de la Côte d’Azur en France au près de feu le Maréchal Mobutu, initiateur, créateur et président National et de tout temps du Mouvement Populaire de la Révolution, a déclaré : Urbi et orbi : « Nous avons mis une croix sur le passé » ; pour construire l’avenir. Et 24 ans après, soit le 22 novembre, 2020, les fidèles disciples du maréchal Mobutu, militants dans le MPR, c’est-à-dire sa famille politique pour laquelle Mobutu a dit : « le MPR est un parti de juxtaposition et non d’opposition », c'est-à-dire du choc des idées jaillit la lumière. Et donc en communion avec les fils du Maréchal militant dans l’UDEMO, c’est -à –dire sa famille biologique, communion intégrée, dans la plate-forme politique « ZAIRE », ont ensemble rencontré ; avec paix au cœur, dans des consultations politiques qu’il a organisées, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, fils de feu Etienne Tshisekedi, sa famille biologique, assisté des dirigeant de l’UDPS, constituant sa famille politique.
Et ce pour édifier l’Union Sacrée du peuple congolais à laquelle les mobutismes adhèrent en âme et conscience puisque sur le plan politico-constitutionnel, il a mis fin à la présence des Kabilistes dans la gestion des institutions de la République.
Ce qui réclamait le MPR car :
1) Au nom de l’alternance, bien comprise dans son essence, il fallait éliminer, du pouvoir politique, non seulement la personne physique de Kabila Joseph, mais bien plus, c’est-à -dire la famille politique de Kabila, devait absolument disparaitre de la présidence de la République, de la direction du parlement, du gouvernement et de l’appareil judiciaire. Et devait être remplacée, en vertu du scrutin majoritaire par la famille oppositionnelle à celle du Président Kabila.
2) Dépolitiser l’administration du territoire en privilégiant les nominations par la promotion des non originaires ; politique appliquée très heureusement et donc avec efficience par le MPR. Et qui a fait que Koyagialo, ancien gouverneur du Katanga (dans sa globalité) mais originaire du Sud-Ubangi dans l’Equateur, a été pleuré en deuil national au Katanga pour lui rendre hommage de la bonne gouvernance qu’il a exercée au Katanga.
Tout comme Feu Désiré Konde Vila Kikanda (KVK) gouverneur et pratiquement créateur de la province du Nord-Kivu, mais originaire du Kongo-Central, a été élu Député et même président du groupe Parlementaire du Nord-Kivu où il fut pleuré, presqu’en deuil national à sa mort. Jonas Mukamba, gouverneur de l’Equateur est toujours admiré et traité en bienfaiteur de l’Equateur qu’il a dirigé avec bonheur.
3) Elaboration de la loi sur la nationalité à l’effet de permettre aux nombreux citoyens de la diaspora de conserver selon le cas, la nationalité congolaise d’origine et participer à la politique du pays.
4) Maintenir la stabilité du cadre macro-économique aux fins de stimuler la production nationale qui débouchera sur un PIB, qui pourrait avoir, par exemple, la vertu d’être plus important que celui du Nigeria qui n’a que du pétrole et du cinéma ; pendant que la RDC, a non seulement du pétrole et un scandale géologique, mais aussi un massif de forêts et terres fertiles, d’importantes forces hydro-électriques, une jeunesse très importante générant une main d’œuvre abondante, et moins chère ; connectée à une strate des mamans laborieuses et donc productives.
5) Par l’appui du plan National, en dotant chaque province d’un plan de développement en phase avec les secteurs productifs, que chacune d’elles possède en avantage comparatif ; programmation qui avait conseillé au Maréchal Mobutu, de structurer le pays, en 3 zones économiques intégrant, dans un ensemble économique cohérent, toutes les provinces, les ethnies et tributs, avec interconnexion avantageuse et leurs secteurs respectifs de production.
Tout en veillant à une meilleure représentation de la femme (maman) dans les institutions de la République, ce qui a fait dire jadis à la population
« Otumoli ba mama, otumoli Mobutu ! »
« Otumoli Mobutu, otumoli ba mama ! »
C'est-à-dire qui cherche noise à Mobutu ou à la maman, trouve l’autre sur son chemin.
6) Créer des institutions adéquates de crédit, car le crédit enrichit celui qui en bénéficie et enrichit celui qui l’accorde par ses effets multiplicateurs.
Et Franco de Mi-Amor, icône de la chanson congolaise, ne chantait-il pas : « Kota Nyongo oyebana », c'est-à-dire, celui qui s’endette, s’épanouit en devenant très fréquentable !
7) Bénéficiant de la maîtrise, sinon l’annihilation curative de coronavirus, d’autant que le MPR, des mobutistes étant parmi les premiers politiciens congolais ayant réclamé le lancement du vaccin anti-épidémie aux fins de combattre le mal à sa source.
Voilà les appréciations et le pourquoi de l’adhésion du MPR à la vision politique éclairée par le Chef de l’Etat, tirée des consultations politiques.
Le MPR le proclame, en ce jour de son anniversaire. Car c’est le 09 janvier que le MPR, tirant les leçons des directives du maréchal énoncées dans son message historique du 24 avril 1990, s’est mué en MPR/Fait privé. Et ce après avoir été Mouvement de masse, puis Institution Unique Suprême, Parti-Etat, et terminant son évolution par devenir un Parti Fait-Privé ; comme n’importe lequel des partis politiques à créer. Car le Maréchal Mobutu a indiqué, le 24 avril 1990 : « que chaque citoyen est libre d’adhérer au parti de son choix » parmi les 3 partis qui s’afficheront dans le tripartisme prudentiel y compris le MPR.
Aussi, le MPR des fidèles mobutistes, bon œil et bon pied, après s’être débarrassé des égratignures d’une scissiparité pernicieuse qui s’est sabordée d’elle-même, profite de son anniversaire de renaissance pour souhaiter à Son Excellence Monsieur Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, bonne et heureuse nouvelle année 2021, et pleins succès à l’Union Sacrée du peuple congolais, qu’il va mettre sur pied à l’effet d’appliquer les heureuses et efficaces actions qu’il a tirées des consultations politiques qu’il a organisées avec succès évident. Et ce à l’effet de sortir le peuple congolais de la pauvreté, en vue de lui permettre d’être dans le pays où il fait beau vivre.
Pour la direction Politique Nationale
Le président National
N’SIMBA-M’VUEDI Simon
Membre du collège des Fondateurs
Président du comité des sages de la plate-forme « ZAIRE ».

Pin It

Statistiques

12926992
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
17488
25757
69859
12643498
511514
776676
12926992

Your IP: 114.119.148.47
2021-01-19 14:56

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg