Flash

BAN2

 

L’ancien Premier Ministre de la République a été appelé à émettre son avis sur le discours du Président de la République dans lequel celui-ci venait de mettre fin à la coalition FCC- CACH. Dans la foulée, il a aussi annoncé la nomination d’un Informateur après avoir constaté l’effritement de l’ancienne majorité.


Adolphe Muzito s’étonne du fait que le Président de la République puisse chercher à nommer un informateur sans la démission du Premier Ministre. «En plus, on ne nomme pas un Informateur quand le Gouvernement est encore en place. En réalité, Félix Antoine Tshisekedi ne pourra nommer un Informateur que si le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba démissionne».

A la question de savoir ce qui adviendrait si le Premier Ministre refusait de démissionner, Adolphe Muzito dit que le Président de la République serait bloqué. C’est justement ce que compte faire le FCC qui se dit pas concerné par les annonces ‘’illégales’’ du Président de la République qui crée de manière intentionnelle une crise superficielle là où elle n’existe pas. Pour eux, venant de quitter la coalition, le Président devrait tirer les conséquences qui s’en suivent. Qu’il retire ses Ministres de la coalition et que la cohabitation continue parce que seules les élections peuvent constater l’effritement de la majorité du FCC qui reste forte et qui n’a pas bougé. Il ne compte pas laisser le Premier Ministre démissionner. C’est-ce qui ressort de la Réaction du FCC lue aujourd’hui comme première réaction de la plateforme.
Adolphe Muzito concède quand même que si le Premier Ministre démissionne comme le demande le CACH, cela veut dire que Joseph Kabila continuerait son entente avec Félix Tshisekedi sous une autre forme ; celui-ci pourrait alors nommer un informateur et puis un premier Ministre avec une majorité remodelée.

Pour lui, le seul plan de sortie fiable est celui de Lamuka qui serait appliquée avec l’actuelle coalition, si médiocre qu’elle soit et une mise en place paritaire consensuelle des réformes à appliquer avant les prochaines élections.
Le public Congolais se retrouve devant deux logiques diamétralement opposées sur la sortie de cette crise.

Pour CACH, la majorité actuelle du FCC est totalement effritée. Pour preuve, une pétition contre son bureau en majorité FCC qui a déjà récolté plus de 250 signatures est déjà prête. Les pétitionnaires ont eu tout le mal à déposer le samedi leur pétition, parce que le secrétariat était fermé. Ils se sont débrouillés pour déposer leur pétition devant un huissier de la justice et le Secrétaire Général de l’Assemblée Nationale. Pour la Présidente du Bureau, les bureaux de l’Assemblée Nationale ne sont pas ouverts le samedi. La Pétition a été déposée de manière irrégulière.
C’est cela la cause des échauffourées de la journée d’hier dans l’hémicycle national durant lesquelles des destructions méchantes ont été constatées.

C’est donc au Parlement que le Président de la République livre l’ultime bataille pour le recouvrement de la totalité du pouvoir d’Etat qu’il n’avait pas au début de cette législature. La suite se précisera dans les prochaines heures.

LB

Pin It

Statistiques

14991598
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
15974
23554
61587
14765126
298716
764873
14991598

Your IP: 54.36.148.138
2021-04-13 14:25

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg