Dernières publications

Flash

Joseph Kabila avait mal géré la République pendant ses 18 ans de pouvoir.
Nous le savons et nous n'avions cessé de le décrier et de le dénoncer publiquement, dès sa prise de pouvoir, dans les médias comme dans les auditoires et les salons privés.


Nous avions attaqué notamment, son plagiat de la mauvaise et inique politique de rigueur du temps de Kengo, à travers son Programme Intérimaire Renforcé (PIR) à la base de la pseudo "stabilité" du pseudo "cadre macro-économique" qui n'était rien de plus qu'un véhicule de corruption à grande échelle et d’inégalités sociales par l'approfondissement de l'indice de Gini.
Kabila n'avait encore que 4 mois de pouvoir, quand il amorça sa perdition. Nous l'avions dit et écrit, jusqu'à la fin de son mandat. Les textes, les images et les sons existent pour le confirmer.
Donc, ce n'est plus la peine de nous le répéter, à moins d'avouer que vous étiez distraits.
Félix Tshilombo commence mal sa gestion de la République, par un accord de coalition avec ceux-là même que nous avions décriés parce qu'ils ont lamentablement échoué.
Et, comme dans un exercice de saut-de-mouton, il a enjambé les PME congolaises, avec leurs problèmes, pour chercher les capitaux et investisseurs occidentaux en vue d'un développement "importé".
Nous l'avons dénoncé et décrié, haut et fort, dans le même timing que sous Kabila. Et vous nous avez traité de jaloux et de haineux.
Nous lui avons conseillé de résilier ce deal et de choisir la cohabitation. Vous nous avez traité de sorcier.
Nous avons dénoncé sa violation de la constitution en lançant son programme de 100 jours au lieu de nommer le gouvernement sur base d'un programme endossé par l'assemblée nationale.
Vous nous avez traité de théoricien. Les images et les sons existent pour le confirmer. Nous vous avons dit que la gratuité de l'éducation, bien que constitutionnelle, n'est pas encore applicable faute de ressources (financières, matérielles et humaines) appropriées.
Et que telle gratuité risque de tuer l'éducation, comme l'aide alimentaire a tué l'agriculture depuis le Zaïre.
Vous nous avez traité de pessimiste, négativiste. Etc.
Et voilà qu'on a perdu deux ans déjà. On retourne aux consultations qui frisent l'imbroglio.
Le Président de la République, en tant qu'Institution et Garant du bon fonctionnement des autres Institutions de la République, a le devoir de respecter ces dernières et d'assurer leur survie pour l'intérêt de l'Etat congolais. C'est un devoir que lui imposent la Constitution et le bon sens.
L'inter-institutionnelle existe notamment, pour "laver le linge sale en famille".
A cet égard, il me semble confus sinon frustrant que le PR consulte les députés nationaux au même titre que les comédiens ou les professeurs d'universités sur une question de crise entre lui et ses partenaires FCC ou entre lui (institution) et toute autre institution dont il doit préserver l'image et le fonctionnement.
S'agit-il d'une crise politique ? Il y a, disais-je, l'inter-institutionnelle pour la régler, ou alors, le référendum populaire si la mésentente persiste ou tend à dégénérer.
Où est le problème de l'artiste comédien ou du professeur d'université dans ce que j'ai cru entendre dans le discours de 6" du PR ?
Pourquoi saucissonner l’assemblée nationale en invitant quelques députés, d'ici ou de là, au lieu de traiter le problème avec le bureau qui rendra compte à la plénière représentant le peuple congolais dans son ensemble?
Terminons, pour nous faire comprendre, qu'il ne s'agit pas, ici, de limiter ou de condamner les initiatives du Chef de l'Etat.
Il est, d'ailleurs, plus qu'important d'encourager le PR à tendre souvent une oreille attentive aux analyses, critiques et suggestions de différents corps des métiers et des experts assermentés pour mieux s'imprégner des outils de son leadership.
Alors, il pourrait mieux orienter le gouvernement dans l'articulation de sa politique pour le progrès de différents secteurs.
Mais, quant aux présentes consultations, il est à craindre qu'elles ne s'avèrent, au finish, aussi impertinentes qu'improductives.
A la place, une offre d'emplois ferait mieux.
Michel Nsomue

 

Pin It

Statistiques

11678488
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11039
28647
93319
11402880
39686
845218
11678488

Your IP: 114.119.140.111
2020-12-02 10:01

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg