Dernières publications

Flash

Le leadership est l’ingrédient de base de tout processus du développement, tant sur le plan microéconomique, des organismes ou des entreprises, que sur le plan macroéconomique ou de la gouvernance publique. Un constat prouvé, en effet, par des évidences empiriques et certifié par de nombreux travaux de recherche du Cabinet d’étude Congo Challenge.

C’est dans cette optique qu’il a été initié l’Ecole de Leadership de Kinshasa dont la cérémonie inaugurale a eu lieu vendredi 30 octobre 2020 à l’Université Protestante au Congo (UPC), site sur lequel elle est abritée. Selon le Professeur Matata Ponyo Mapon, Initiateur et fondateur de cette école, cette dernière aura le mérite de former et d’encadrer les jeunes congolais, mais aussi africains, ayant le potentiel de diriger et de permettre des changements innovants dans leurs communautés et dans la région africaine.
En fait, l’Ecole du leadership de Kinshasa s’inscrit dans la logique de faire reculer les murs de l’impossible, et vise à créer un esprit parmi les acteurs destinés à jouer un rôle important dans le processus de développement des Nations Africaines, en général, et la Nation congolaise, en particulier.
Pour le Professeur Matata Ponyo, l’une des principales missions de cette école est de contribuer à l’amélioration de l’offre de leadership public et privé en RDC et en Afrique.
‘’Grande est notre satisfaction de voir cette école faire son premier pas aujourd’hui. Plus grande sera encore notre satisfaction de voir la génération présente et les générations futures s’approprier cette vision ambitieuse et d’en faire leur. Nous sommes profondément convaincus que toute personne, dès sa naissance, est potentiellement leader […] A travers cette école, nous voulons offrir des outils qui aideront à harmoniser les interactions entre l’offre et la demande du leadership au sein de nos sociétés‘’, a-t-il laissé entendre, avant de remettre les clés de la nouvelle bâtisse au Recteur de l’UPC.

L’ancien Premier ministre congolais reste convaincu du fait que le leadership ne doit pas être vu comme un simple synonyme du management, de la gestion d’entreprise ou de la capacité de conduire les projets publics, mais comme un concept multidimensionnel qu’il convient de mieux comprendre, mieux appréhender et surtout de mieux connaître pour en tirer pleinement profit. D’où, justement, l’initiative de créer une école consacrée au leadership.
‘’Au-delà de l’existence des marchés boursiers, des marchés du travail ou des marchés des biens et services, j’ai toujours pensé qu’il existe également un marché du leadership‘’, a-t-il souligné.
Ainsi, en créant cette école de leadership, poursuit le Sénateur, l’ambition est donc d’entreprendre un programme consistant, d’une part, à comprendre en profondeur le fonctionnement du marché du leadership et, d’autre part, à développer les outils susceptibles de formaliser la dynamique du marché du leadership tant sur le plan microéconomique, que sur le plan macroéconomique ou de la gouvernance publique.
Sur ce point, il a noté le fait qu’en RDC, le leadership stratégique s’est véritablement manifesté entre 2012 et 2016, période au cours de laquelle il était chef du Gouvernement, où le pays a enregistré des performances historiques parmi lesquelles, un niveau de croissance par habitant élevé comparativement aux autres périodes, une stabilité exceptionnelle du taux de change, un niveau d’inflation particulièrement faible, mais aussi des progrès significatifs dans l’indice du développement humain.

Missions de l’école de leadership à Kinshasa
Basée au sein de l’Université Protestante au Congo, la mission de l’école de Leadership à Kinshasa est principalement de promouvoir et d’inspirer le leadership stratégique, le leadership public et le leadership sectoriel en République démocratique du Congo en particulier, et en Afrique en général, et même au-delà des frontières africaines.
‘’Les actions que compte mettre en œuvre l’école ne se limitent pas uniquement à la conceptualisation des théories sur le leadership ou à l’étude des «success stories» passés. En plus du cadre théorique formel, l’école a également l’ambition d’inspirer, d’encourager et de promouvoir la concrétisation et la pratique de ces théories dans la gouvernance privée et dans la gouvernance publique‘’, a-t-il signifié.

Partant de cela, pour favoriser une interaction harmonieuse entre l’offre du leadership et la demande du leadership, l’école entend organiser une série d’activités, notamment les cours formels sur le leadership, les séminaires scientifiques, les ateliers de formation, les clubs de lecture, les forums de discussion et les groupes de réflexion. Ces activités s’appuieront exclusivement sur des travaux de recherche empiriques et théoriques innovantes dans le domaine de leadership, mais aussi sur l’examen approfondi des différents success stories à travers le monde.
Il y a lieu de retenir parmi les missions de l’Ecole, le renforcement des capacités des personnes en formation et, en conséquence, des communautés, institutions et organisations dans lesquelles elles vivent et travaillent.

Aussi s’engage-t-elle à contribuer à construire une base de connaissances holistique, basée sur la théorie et l’analyse critique, sur les causes du sous-développement en Afrique, et en RDC en particulier ; Nourrir une base de connaissances solide, en vue de constituer une base pour l’innovation et l’établissement de programmes sur le leadership en Afrique ; Accroître, en portée et en qualité, les connaissances sur le leadership et le développement au sein d’institutions académiques en RDC ; Contribuer à un engagement critique avec des analyses scientifiques et innovantes sur le leadership, la qualité de la gouvernance et le développement.

Dans la même logique, l’Ecole de leadership de Kinshasa entend également contribuer à nourrir et à intensifier la production et l’appropriation d’un paradigme scientifique autour du leadership et du développement pour l’Afrique, solidement ancré dans les réalités africaines. Mais aussi contribuer dynamiquement à l’émergence d’une masse critique de dirigeants et chercheurs générant des pratiques innovantes et des connaissances de pointe sur le leadership, la qualité de la gouvernance et le développement en Afrique.
Par ailleurs, cette nouvelle école mettra à la disposition du public une vaste bibliothèque et librairie sur le leadership et facilitera l’accès aux ouvrages rédigés ou consacrés aux leaders ayant influencé le cours de l’histoire humaine.

Activités principales
L’une des principales activités de l’école consistera à réunir des acteurs de différents secteurs autour de questions clés de la société afin de s’attaquer à des problèmes qui semblent insolubles et d’établir de nouveaux réseaux d’expertise et de confiance basés sur le leadership.
Aussi, l’Ecole s’engage dans la production des conseils stratégiques fondés sur des données probantes. Ainsi, elle agira comme une plaque tournante transversale, rassemblant et s’appuyant sur les ressources académiques de différentes facultés de l’université protestante au Congo, ainsi que sur celles de partenaires locaux et internationaux.

Plus important encore, l’Ecole s’engage dans la conduite des recherches originales. ‘’En effet, à ce jour, de nombreuses théories du leadership offrent un large éventail d’explications sur la façon dont le leadership influe sur la motivation, la pensée, les comportements et les performances des suiveurs. Pourtant, nous savons qu’une grande partie de la recherche accumulée a été basée sur des enquêtes sur le terrain plutôt que sur des modèles expérimentaux. Par conséquent, les conclusions qui peuvent être tirées de cette littérature sont limitées pour ce qui est de pouvoir vérifier et valider les relations de cause à effet proposées dans les différentes théories du leadership‘’, a relevé le Professeur Matata.

C’est en suivant notamment, cette perspective que l’Ecole s’est proposée de mettre en place un vaste programme de recherche consistant à appliquer des essais contrôlés randomisés afin de répondre scientifiquement à la question: « Quel serait le rendement d’une unité de dollar américain investie dans le leadership par rapport à une unité de dollar américain investie dans les infrastructures physiques ?».

Boris Luviya

 

Pin It

Statistiques

11677235
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9786
28647
92066
11402880
38433
845218
11677235

Your IP: 54.36.149.89
2020-12-02 08:53

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg