Flash

Depuis sa nomination et reconduction à la tête du Ministère du Commerce extérieur de la RD Congo, le Ministre Jean-Lucien Bussa travaille inlassablement pour garder le cap de l’économie de son pays, en apportant naturellement son expertise et expérience en la matière.

Ainsi, dans le cadre de la redevabilité, le ‘’Gardien du commerce extérieur’’ était vendredi 2 octobre 2020, face à la presse de la capitale, afin d’éclairer la lanterne de congolaises et congolais sur un bon nombre de sujets, tout en passant en revue quelques réalisations de son ministère, avant de dresser un bilan élogieux du gouvernement que chapeaute des mains de maître le Professeur Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Remettre de l’Ordre
D’entrée, ce membre actif de l’actuel gouvernement de la coalition a répondu à toutes les questions lui posées par les journalistes. Concernant les accusations des cimentiers portées contre lui au sujet de son arrêté limitant l’importation du ciment gris, Jean-Lucien a signifié expressis verbis aux médias, qu’il ne s’agissait pas d’une importation de 100.000 tonnes sur quatre ans, mais tout simplement du quota au-delà duquel tout ciment importé de la République du Congo doit s’en tenir à ne pas dépasser et que tout opérateur économique devrait se référer à ce plafond avant de pouvoir s’engager. A l’entendre dire, ce membre du Gouvernement a pris cette décision ultime pour permettre aux 13 provinces de la RDC éprouvant des difficultés d’approvisionnement en ciment gris, de s’approvisionner sur le marché à des prix abordables. A l’en croire, c’est son devoir et sa responsabilité de protéger l’industrie locale et permettre aux consommateurs d’avoir accès à un marché où l’offre et la demande se rencontrent sans céder à la spéculation. A telle enseigne que ledit arrêté a remis un peu les choses en ordre et protégé en même temps l’industrie locale.

Fini la contrebande…
Dans le même chapitre, le numéro Un du Commerce extérieur congolais a laissé entendre que la demande en ciment gris pour les provinces de l’Equateur, Orientale et Kasaï dans leur configuration ancienne, a augmenté à plus de 400.000 tonnes. De quoi faciliter la tâche aux nationaux. Mais, toujours est-il qu’au cours de deux dernières années où les industries ont bénéficié des mesures de protection, l’offre en ciment gris pour les provinces précitées n’a pas pu couvrir le quart de la demande exprimée, d’où, c’est ce qui justifie le déficit d’approvisionnement de plus au moins 300.000 tonnes qu’il faudrait combler. «Je me devais de mettre fin au doping, la pratique du prix bas qui causait du tort à l’industrie locale naissante», a pris les soins de préciser Jean –Lucien Bussa qui a estimé qu’en prenant ces mesures en 2018, renouvelée en 2019, il voulait à tout prix, comme aujourd’hui d’ailleurs, mettre fin à la contrebande et aux importations frauduleuses à l’Ouest du pays en particulier à Lufu où règne des pratiques illégales.

Nécessité des Industries locales compétitives
Rendre les industries congolaises compétitives est aujourd’hui, plus que jamais une nécessité pour la RDC qui continue à subir les effets néfastes de la Covid-19 sur son économie nationale. «Il faut faire plus et mieux afin de rendre nos industries compétitives dans la perspective de l’ouvertures des marchés africains. Parce qu’avec les économies qui s’ouvrent de plus en plus et les effets néfastes de la COVID-19 sur nos économies, l’Etat doit soutenir son industrie», clame-t-il. Et de noter que le gouvernement congolais prête d’ores et déjà mains fortes aux opérateurs économiques par les mesures prises pour la protection des industries locales de manière répétée ces deux dernières années. En même temps, le gouvernement a offert certaines mesures d’allègement fiscales aux industriels, renchérit le Ministre du Commerce extérieur.

Plus de deux ans à la tête du Ministère du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa se considère toujours comme un Ministre protectionniste. «Ma conviction n’a pas changé, je continue toujours à protéger les industries locales», martèle-t-il. De la cimenterie, en passant par la sucrerie et l’huile de palme, Bussa assume ses décisions qui, selon lui, ont permis de faire face à la demande intérieure de plus en plus croissante, de protéger les industries locales mais aussi de protéger les consommateurs qui ont droit d’accéder aux produits de qualité au meilleur prix de façon ininterrompue. En parlant du bilan du gouvernement, ce membre du gouvernement dresse un bilan élogieux, nonobstant la Covid-19 qui a, de manière générale, handicapé l’économie mondiale.

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

10614547
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
26804
27716
189173
10237135
654662
852369
10614547

Your IP: 18.210.11.249
2020-10-24 22:41

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg