Flash

«Nous ne pouvons pas comprendre qu’un homme de 80 ans qui est dans un état absolument alarmant, ne bénéficie pas du même traitement qui s’impose que Monsieur Vital Kamerhe».

C’est une vive interpellation des avocats de l’homme d’affaires libanais Samih Jammal, qui alertent sur l'état de santé inquiétant de leur client, incarcéré à la Prison centrale de Makala depuis le 20 juin de l’année en cours. Ils l’ont fait savoir ce dimanche 4 octobre 2020 au cours d’un point de presse tenue à Kinshasa. Ils s’interrogent, en effet, sur la différence de traitement qui, finalement, ne leur permet pas de présenter convenablement les moyens de défense de leur client, afin que la décision du premier degré lors du procès 100 jours soit infirmée pour qu’il recouvre sa liberté.
Jacqueline Lafront, Benjamin Grundler, Jamal Taleb, Eric Diamantis et François Artuphel, tous avocats au barreau de Paris, plaident de sorte que le patron de la société Samibo bénéficie des soins de santé appropriés à l'extérieur du Centre Pénitentiaire. Ils sont également revenus sur les preuves présentées lors du procès dit de 100 jours, ayant conduit à la condamnation de Samih Jammal au même titre que le Directeur de Cabinet du chef de l’Etat qui, lui, poursuit des soins en dehors de Makala.
«Nous ne pouvons que nous réjouir nous en tant qu'avocats que Vital Kamerhe s'il est souffrant ait fait l'objet d'une libération comme c'est le cas depuis un certain temps et qu'il puisse recevoir des soins appropriés. En revanche, ce que nous ne pouvons pas comprendre est qu'un homme de 83 ans qui est dans un état absolument alarmant ne bénéficie pas du même traitement qui s'impose. Nous demandons à ce que Monsieur Samih Jammal ait le droit au même traitement, un traitement qui est le seul compatible aux droits de l'homme. C'est-à-dire qu'il puisse être soigné parce qu'il ne peut pas l'être là où il se trouve… », ont lancé ces avocats.
«Son état se dégrade de jour en jour et nous sommes extrêmement inquiets. Nous ne sommes pas les seuls à l'être, même les médecins le sont », ont-ils soulevé.
Plus d'une fois, les demandes de mise en liberté provisoire de Samih Jammal et de Vital Kamerhe, co-accusés dans le cadre dudit procès, ont été rejetées par la justice. Pendant ce temps, le procès en appel ne cesse de subir de nouveaux reports.

Totale transparence
Revenant sur la chronologie des faits ayant, selon eux, injustement conduit leur client en prison où il se trouve actuellement, les Avocats de Samih Jammal insistent sur le fait que ce dernier a agi de manière tout à fait transparente, et les différents contrats signés depuis la mandature précédente ainsi que les nombreuses correspondances le prouve.
« Monsieur Samih Jammal a agi de manière transparente à l’égard et au bénéfice de plus hautes autorités du pays et auprès du chef, le Président de la République. Le Premier ministre était également en copie de l’ensemble des correspondances, les ministres du budget, des Finances, différents Directeurs d’administration centrale… Comment peut-on prétendre un seul instant que tout cela s’est fait dans l’opacité, en catimini entre Monsieur Vital Kamerhe et notre client ? C’est absurde ! », s’indignent ces avocats.

Ils affirment, documents à l’appui, que sur les 1500 maisons préfabriquées qui devaient être érigées dans 5 provinces du pays par la société SAMIBO, 100% de ces bâtisses ont été fabriquées, et 80% acheminées en RDC ou bloquées dans les ports limitrophes. Une situation qu’ils qualifient d’incompréhensible, au vu de ce projet moderne avec des conséquences positives du point de vue social, qui malheureusement n’a pas abouti.
Rappelons que Samih Jammal a été condamné le 20 juin dernier à payer 20 millions $ de dommages et intérêts, et à 10 ans de prison pour blanchiment d'argent dans le cadre du procès du programme d'urgence de 100 jours du chef de l'Etat Félix Tshisekedi.
Plus d'une fois, les demandes de mise en liberté provisoire de Samih Jammal et de Vital Kamerhe, co-accusés dans le cadre dudit procès, ont été rejetées par la justice de la République Démocratique du Congo. Pendant ce temps, le procès en appel ne cesse de subir de nouveaux reports.

La Pros.

Pin It

Statistiques

11601036
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
15867
24889
198156
11202085
807452
833699
11601036

Your IP: 66.249.66.83
2020-11-29 14:25

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg