Flash

L’affaire est loin d’être terminée. L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) reste convaincue de l’innocence de son Président, Vital Kamerhe, condamné à 20 ans des travaux forcés dans le procès 100 jours.

Après leur démonstration de force dans les rues de plusieurs villes du pays, les cadres et militants de l’UNC projettent une nouvelle marche ce vendredi 21 août 2020 sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, pour exiger la libération de leur leader. Deuxième force politique du Cap pour le Changement (CACH), le parti cher à Vital Kamerhe sera dans la rue au moment où va se dérouler son audience en Appel, déjà renvoyée deux fois.
«En marge de l’ouverture du procès en appel du Directeur de cabinet du chef de l’Etat, l’Honorable Vital Kamerhe, l’Union pour la Nation Congolaise, son parti politique projette une nouvelle marche pacifique ce vendredi 21 août 2020 sur toute l’étendue de la République Démocratique Congo. Cette marche pacifique de soutien sera une nouvelle occasion pour les militants et autres partisans de Vital Kamerhe, toujours convaincus de son innocence, d’exiger son acquittement », peut-on lire dans le communiqué de l’UNC. Ce dernier signale également que les militants et cadres de l’UNC se mobilisent déjà pour une réussite de cette manifestation. Ils s’étaient réunis, samedi 15 août, autour du Secrétaire General a.i de l’UNC, l’Honorable Aimé Boji Sangara qui a battu le rappel des troupes. Le bureau interfédéral de Kinshasa était notamment représenté, accompagné de tous les fédéraux, les coordonnateurs nationaux de la cellule de mobilisation et propagande ainsi que celle du recrutement et implantation.
Rappelons ici que vendredi 7 août dernier, à la prison centrale de Makala siégeant en chambre foraine, la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, chargée d’examiner en profondeur le jugement prononcé par la première instance, avait en guise de rappel, renvoyé la cause au 21 août, afin de régulariser la saisine pour le compte de la plaignante, la République. L’audience n’avait duré qu’une dizaine de minutes.
Avant celle-ci, les avocats de Vital Kamerhe avaient saisi la Cour de Cassation, qui s’était déclinée face au recours en appel introduit par ses avocats contre le verdict rendu par la Cour d’Appel concernant sa demande de mise en liberté provisoire, par une requête tendant à prendre à partie les trois juges du Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe ayant officié son affaire et prononcé sa condamnation à 20 ans de travaux forcés.
La Pros.

Pin It

Statistiques

11471502
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
14180
26867
68622
11202085
677918
833699
11471502

Your IP: 54.36.148.19
2020-11-24 12:06

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg