Flash

Quand on analyse toutes les prestations menaçantes de Zacharie Badiengila, alias Ne Muanda Nsemi, proférées au cours de ces trois dernières décennies, on a l'impression d'entendre un esprit supérieur capable de donner des ordres à la nature.
Ainsi, peut-il (télé-commander) l'apparition ou la disparition du soleil, la maladie ou la guérison, la conservation ou la perte de la vie, et sa volonté s'accomplit !


Le Congo n'est pas le seul à "produire" un gourou du genre.
Plusieurs pays ont aussi les leurs. La liste comprend des "célébrités"comme Charles Manson, Gilbert Bourdin, Jim Jones, David Berg, David Koresh et le couple Sun Myung Moon et HakJa Han.
Dans l'ouvrage " Les gourous les plus dangereux de l'Histoire des Sectes ", sont cités notamment les "Davidiens", le "Temple du Peuple", le "Mouvement Raelien"...
On sait, par exemple, que les Etats-Unis ont " produit" deux des gourous parmi les plus célèbres et les plus cruels du monde : David Koresh qui causa le 19 avril 1993 la mort de 76 membres de sa secte à Elk (Waco) dans le Texas, et surtout Jim Jones qui, le 18 novembre 1978, fit périr 908 membres de la sienne - dont 304 enfants - dans la Guyane britannique. A la tête de son "église" dénommée "Temple du Peuple", il prétendait se réincarner en Jésus-Christ. Ce sont les Marines qui avaient pris d'assaut sa " Cité sainte " pour en finir avec lui.
Dans la dernière vidéo en date annonçant pour le samedi 25 avril dernier sa conférence devant la presse nationale et mettant en garde l'Autorité établie si ses émoluments de Député national ne lui sont pas versés alors que Serge Mayamba et Papy Mantezolo soutiennent le contraire, Ne Muanda Nsemi a " révélé " la visitation de Kimpa Vita et Simon Kimbangu à Luozi lors de son dernier séjour. Il a affirmé avoir reçu d'eux des "armes" que ne détiennent ni Tshisekedi, ni Kabila. Des armes mystiques comprenant des abeilles et des serpents venimeux en plus de ces fameuses "noix de palme" qui se transforment en balles réelles.
Dans la culture judéo-chrétienne, cela n'est que gesticulations. Dans la culture négro-africaine, on y croit.
Aussi, l'homme s'est-il bâti la réputation de mener une guerre "asymétrique" puisque, à l'en croire, des planches en bois peuvent devenir des fusils d'assaut, et des noix de palme des balles réelles.
Il paraît, laisse-t-on entendre, que les policiers et les militaires congolais qui affrontent sa milice (makesa) depuis trois décennies tombent comme des mouches devant les "balles" de ses hommes qui, eux, deviennent invulnérables...
Dans l'Histoire de la RD. Congo depuis 1960, ce phénomène est quasiment "certifié".
Avant Ne Muanda Nsemi, il y a eu une certaine mamaOnema en Province Orientale. De même qu'il y a eu les Maï-Maï du Kwilu (avec Pierre Mulele) avant d'essaimer dans le Kivu et se répandre dans tout l'Est. Sur ces entrefaites, est apparu à l'ex-Equateur un certain Udjani à la tête des Enyeles, cela avant Gédéon Kyungu, " guide" des Bakata Katanga actifs au Katanga.
Tout récemment, il y a eu dans le Grand Kasaï le phénomène Kamwina Nsapu.
Bien entendu, les gourous ont, eux, besoin de "massacres à répétition" de la part des forces de l'ordre et de sécurité ! Ce qui leur permet de gagner les Occidentaux à leur cause et de faire perdre en dignité les forces gouvernementales.
Il va sans dire que la police et l'armée gouvernementales n'aiment pas se retrouver en corps-à-corps, en face-à-face, ni en côte-à-côte avec ces compatriotes obéissant d'abord à leurs gourous avant d'obéir à l'Etat.
Quand il y a affrontements (armés ou non armés), les policiers et les militaires ont, à leur corps défendant, tendance à en finir vite avec les "ennemis mystiques".
Evidemment, les activistes des droits de l'homme (parrainés par les Occidentaux) ne voient que " réactions disproportionnées ", sans tenir compte du contexte psychologie et psychique dans lequel les opérations se déroulent.
Les événements en date autour de Ne Muanda Nsemi et de Bakata Katanga sont en train de (nous) le prouver : les bourreaux sont en passe de devenir des victimes, et les victimes sont vite transformées en bourreaux.
La facilité avec laquelle s'ouvre et s'opère ce piège, c'est bien de cela il est question lorsqu'on parle du danger public que représentent les gourous...

Omer Nsongo die Lema/CP

Pin It

Statistiques

7666297
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
21411
30761
111606
7326759
476473
932920
7666297

Your IP: 3.237.25.253
2020-07-15 17:43

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg